Fakhrizadeh Mohsen (tué le 27/11/2020) - Page 2

  • Iran : Le Mossad suivait Fahrizadeh depuis 1993

    Imprimer

    Des sources au sein des structures de sécurité israéliennes ont déclaré que le "père de la bombe atomique iranienne" Mohsen Fakhrizadeh était suivi par le Mossad depuis 1993. Il y a 27 ans, un agent du Mossad avait réussi à prendre contact avec Fahrizadeh et à découvrir les détails du projet militaire nucléaire iranien, écrivent Yediot Ahronot et l'agence de presse Maan .

    Fakhrizade devait être liquidée en 2008, lorsque Ehud Olmert était le Premier ministre d'Israël et Ehud Barak ministre de la Défense. Mais l'opération avait été annulée au dernier moment.

    Liquidation de Fakhrizadeh
    Les informations sur les circonstances de la mort de Mohsen Fakhrizadeh, qui a supervisé les travaux de création de la bombe atomique iranienne, sont contradictoires. On sait de manière fiable qu'il a été tué le 27 novembre 2020 à Absard (une banlieue de Téhéran).

    L'agence iranienne Fars a écrit sur cette attaque comme suit: Mohsen Fakhrizadeh se trouvait dans une voiture à Absard (une banlieue de Téhéran), accompagné de deux véhicules de sécurité, lorsque, soudainement, une voiture Nissan bourrée d'explosifs a explosé à quelques mètres de distance. L'explosion a été si forte qu'elle a endommagé des arbres et des voitures garées dans un rayon de 500 mètres. Les assaillants ont alors ouvert le feu sur la voiture dans laquelle se trouvait Fakhrisadeh, un de ses gardes du corps a bifurqué sa voiture de manière à bloquer l'accès à la voiture du scientifique, et a été tué presque immédiatement. Après l'attaque, Fakhrizadeh a été transporté à l'hôpital, où il est mort peu après son arrivéet. Les tireurs ont pris la fuite et leur recherche se poursuit.

    Le blogueur israélien "Abu Ali", citant ses propres sources, écrit: l'équipe de tueurs était composée de 12 personnes, selon les services spéciaux iraniens. Ces personnes auraient suivi une formation militaire spéciale en dehors de l'Iran; une cinquantaine de personnes supplémentaires ont fourni un soutien logistique à l'opération; le groupe de tueurs a utilisé une jeep Hyundai Santa Fe, une camionnette Nissan (piégée) et quatre motos; l'électricité dans la zone a été coupée une demi-heure avant la phase active de l'opération; Le cortège de Fakhrizadeh se composait de trois voitures (toutes blindées), le scientifique lui-même conduisait la troisième voiture; les tueurs ont raté la première voiture de sécurité et ont ouvert le feu sur les deuxième et troisième voitures, peu de temps après, une camionnette Nissan piégée a percuté la deuxième voiture du cortège et a explosé; 12 hommes armés ont ouvert le feu sur les premier et troisième véhicules du cortège; le chef du groupe des tueurs a sorti le scientifique blessé de la voiture et a tiré un coup de grâce; les liquidateurs ont quitté le lieu de l'opération (aucun d'entre eux n'a été blessé ou arrêté).

    Plus tard, l'agence Fars a publié une nouvelle version de ce qui s'était passé., selon laquelle une arme automatique télécommandée installée sur une camionnette Nissan a pris pour cible le cortège, puis le camionnette a explosé. Selon Fars, Mohsen Fakhrizadeh, ayant entendu l'impact des balles sur la carrosserie de sa voiture, n'a pas compris ce qui se passait. Il a pensé que le bruit était le résultat d'une collision avec un obstacle ou un dysfonctionnement du moteur et est sorti de la voiture pour vérifier. C'est là qu'il est tombé sous une pluie de balles. À ce moment, le garde du corps au volant de la deuxième voiture l'a virée pour bloquer l'accès à la voiture du scientifique et a été tué presque immédiatement. Quelques instants plus tard, la voiture Nissan explosait. L'explosion a été si violente qu'elle a endommagé des arbres et des voitures garées dans un rayon de 500 mètres. Après l'attaque, Fakhrizadeh a été transporté à l'hôpital, où il devait décéder. Fars déclare que l'attaque a duré environ trois minutes. Les assaillants n'ont pas eu à se cacher de la scène, puisqu'ils n'étaient pas sur place, et toute l'opération s'est déroulée «à distance».
    Les autorités iraniennes ont déclaré qu'elles étaient sur la piste des tueurs, promettant de divulguer les détails plus tard.

    Le journaliste iranien Mohamad Ahvaz a tweeté que les services spéciaux locaux avaient envoyé à tous les hôtels des photos de quatre hommes soupçonnés d'avoir tué le physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh. Les services secrets ont demandé aux propriétaires des hôtels de les héberger et de contacter les services de sécurité si des hommes correspondant aux photos les approchaient.

     

  • l'Iran répond au meurtre du responsable du programme nucléaire iranien par une accélération du programme

    Imprimer

    Les députés iraniens ont décidé d'accélérer l'examen du projet de loi sur la revitalisation des activités nucléaires du pays, a rapporté ICANA.

    Une réunion pour examiner cette question s'est tenue le 27 novembre dans le contexte de l'assassinat du scientifique nucléaire Mohsen Fakhrizadeh.

    Le projet de loi "nucléaire» prévoit une augmentation du niveau d'enrichissement d'uranium jusqu'à 20% et plus (Il est actuellement de 4% au lieu des 3,67%, prévus par l'accord nucléaire).

    Téhéran pourrait utiliser des centrifugeuses pour l'enrichissement de l'uranium IR-2M à Natanz et installer des centrifugeuses IR-6 à l'usine de Fordo, alors que l'accord nucléaire autorise seulement l'utilisation de centrifugeuses IR-1 de première génération.

    Si le document est adopté, le réacteur d'Arak sera restauré dans la forme dans laquelle il était avant l'accord. En outre, la construction d'une autre installation similaire sera lancée.

    L'accord sur le programme nucléaire iranien implique sa transformation pour la production de radio-isotopes, de sorte qu'il serait impossible d'y produire du plutonium de qualité militaire.

    Rappelons que Fakhrizadeh a été éliminé au cours d'une attaque menée contre sa voiture avec un véhicule chargé d'explosifs et une fusillade. Téhéran soupçonne Israël et les Etats-Unis d'être derrière son assassinat.

  • Iran : Un scientifique du nucléaire assassiné, Israël pointé du doigt

    Imprimer

    Vendredi 27 novembre, l'IRNA a annoncé la mort de Mohsen Fakhrizadeh, physicien nucléaire et chef de l'organisation de recherche et d'innovation du ministère iranien de la Défense.

    Selon le ministère iranien de la Défense, le scientifique a été victime d'un attentat terroriste à Absard, une banlieue de Téhéran.

    Détails de l'attaque
    Le chef de l'organisation pour la recherche et l'innovation du ministère iranien de la Défense , le physicien nucléaire Mohsen Fakhrizadeh, voyageait dans une voiture blindée de la ville de Rostamkol dans la province de Mazandaran vers Absard, accompagné de trois véhicules de son service de sécurité.

    Il y a eu une explosions, provoquée par un véhicule piégé. Selon la télévision d'État iranienne, il s'agissait de l'explosion d'un pick-up de marque Nissan transportant une énorme quantité d'explosifs cachés sous une cargaison de bois. La voiture du cortège qui précédait la voiture de Fakhrizadeh s'est éloignée pour vérifier la situation. C'est alors qu'un 4x4 avec des personnes armées à bord a commencé à tirer sur la voiture de Fakhrizadeh depuis l'autre côté de la rue. L'attention de Fakhrizadeh a été attirée par les bruits de balles frappant la voiture. Il semble avoir pris ces détonations pour une collision avec un obstacle routier ou un problème de moteur. Il est sorti de sa Nissan blindée. C'est alors qu'il a été touché par les tirs d'un fusil automatique. Deux balles ont touché le côté et le dos, et également le cerveau. Le garde du corps a lui-même été blessé par quatre balles alors qu'il couvrait le scientifique. Fakhrizadeh lui-même a été transporté à l'hôpital par hélicoptère, mais il n'a pas été possible de le sauver.

    En1dRerXcAcHYff.jpeg

    L.e chef de la diplomatie iranienne a accusé Israël d'avoir joué un "rôle" dans cet "acte terroriste". "Des terroristes ont assassiné aujourd'hui un éminent scientifique iranien. Cette lâcheté --avec des indications sérieuses du rôle d'Israël-- montre le bellicisme désespéré de ses auteurs", a tweeté Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie a également appelé la communauté internationale à "mettre un terme à ses honteuses positions ambivalentes et à condamner cet acte terroriste".

    La chaîne d'information arabe Al-Alam , diffusant depuis l'Iran et appartenant à la société de presse publique Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), affirme que le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, décrit par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu comme le "père de la bombe iranienne", "est le Mossad, les services secrets israéliens. Le Mossad avait déjà tenté de tuer Fakhrizadeh."

    z8pfZrjG.jpeg

    Rappelons que Mohsen Fakhrizadeh occupait un poste élevé au sein du Corps des gardiens de la révolution islamique et dirigeait les travaux de création d'ogives nucléaires. En 2006, il a accusé les autorités d'arrêter le financement de ses laboratoires et a quitté le projet, mais est retourné au travail en 2012.

    Son assassinat intervient deux jours avant le 10e anniversaire de l'assassinat d'un autre scientifique iranien, Majid Shahriari, le 29 novembre 2010.

    Le Corps des gardiens de la révolution islamique a tweeté un message indiquant que le CGRI était prêt à se venger d'Israël pour le meurtre de Fahrizadeh.

    Le chef de l'état-major iranien, le général Mohammad Bakri, a déclaré que la réaction à l'assassinat de Fakhrizadeh "sera dure".

    Nouveau message circulant sur Telegram après l'assassinat de Mohsen Fakhrizadeh :

    En2gTVAXIAEvaye (1).jpeg

    L'ancien ministre de la Défense de la République islamique d'Iran Hossein Dehkan, qui occupe le poste de conseiller militaire du guide suprême Ali Khamenei, a tweeté que "les sionistes utilisent les derniers jours de la vie politique de leur partenaire, le président américain Donald Trump, pour accroître la pression sur l'Iran et provoquer guerre à grande échelle. "

    Programme nucléaire
    Cet assassinat intervient moins de deux mois avant l'arrivée à la Maison Blanche du démocrate Joe Biden, président élu à l'élection du 3 novembre aux Etats-Unis. M. Biden entend changer de posture vis-à-vis de l'Iran après les quatre années de présidence du républicain Donald Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord avec les grandes puissances signé à Vienne trois ans plus tôt portant sur le programme nucléaire de Téhéran. Les Etats-Unis ont ensuite rétabli puis renforcé les sanctions à l'encontre de l'Iran.

    M. Trump estime que cet accord n'offre pas de garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de l'arme nucléaire. L'Iran a toujours nié vouloir un tel armement. Le président américain a re-tweeté vendredi des informations sur l'assassinat du scientifique iranien, mais sans y adjoindre de commentaire personnel.

    Plusieurs autres scientifiques spécialisés dans le domaine nucléaire en Iran ont été assassinés ces dernières années, la République islamique en attribuant systématiquement la responsabilité à Israël. Et le quotidien américain New York Times a rapporté mi-novembre qu'Abdullah Ahmed Abdullah, alias Abou Mohammed al-Masri et numéro deux d'Al-Qaïda, avait été abattu à Téhéran par des agents israéliens, lors d'une mission secrète commanditée par Washington. L'Iran a démenti.