Etat islamique en Irak - Page 4

  • Etat islamique : Activité de Daech entre juillet 2020 et août 2021 en Syrie et Irak

    Imprimer

    Le nombre des attaques de l'Etat islamique a à nouveau diminué en Irak et en Syrie en août. La plupart des attaques ont eu lieu en Irak. Trois attaques seulement ont eu lieu en Syrie.

    Nombre des attaques 
    2021
    Août (jusqu'au 21 août) : 62
    Juillet :74
    Juin : 86
    Mai : 125
    Avril : 120
    Mars : 69
    Février : 64
    janvier : 80
    2020
    Décembre : 75
    Novembre : 85
    octobre : 101
    Septembre : 99
    Août : 139
    Juillet '20 : 115

    Carte des attaques en Irak et en Syrie
    E-M3DWkXIAEBy15.jpeg

  • Irak : Un mort et 10 blessés dans une explosion à Kirkouk

    Imprimer

    Un civil irakien a été tué et 10 autres personnes, dont 3 policiers,  blessées, lundi 30 août , dans l’explosion d’un engin, dans le gouvernorat de Kirkouk, au nord de l'Irak, a rapporté une source sécuritaire locale.

    La même source a affirmé que des inconnus ont fait exploser un engin sur la route principale du village de Samaka, relevant du district de Daquq, au sud de Kirkouk, ciblant une patrouille de police et un véhicule transportant des employés municipaux.

    Ces derniers mois, la fréquence des attaques menées par des éléments présumés de Daech a augmenté, notamment dans la zone située entre Kirkouk et Salaheddin (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "triangle de la mort".

  • Irak : Arrestation d'un djihadiste qui a participé à l'introduction de 50 engins piégés à Salaheddine

    Imprimer

    Lundi 30 août, les services de sécurité irakiens ont arrêté un "terroriste" appartenant à un groupe de 300 éléments de l'Etat islamique, responsables de l'introduction de 50 engins piégés pour des attaques dans le gouvernorat de Salaheddin.

    La Cellule des médias de la sécurité de l'État  a déclaré dans un communiqué de presse : « Des informations précises et des filatures sur le terrain des cellules terroristes dormantes ont conduit l'Agence fédérale de renseignement et d'enquête du ministère de l'Intérieur à arrêter un suspect recherché par la justice conformément aux dispositions de l'article 4 sur le terrorisme dans le gouvernorat de Kirkouk."

    Elle a ajouté : « Après interrogatoire, il a été découvert qu'il appartenait à des gangs terroristes en 2014, et travaillait pour le soi-disant émir de Salaheddin. Il travaillait également avec des groupes terroristes dans le district de Baiji, dans le gouvernorat de Salaheddin,  ciblant les membres des services de sécurité.

    La cellule a indiqué que "le terroriste arrêté a participé à deux attaques avec d'autres éléments terroristes, estimés à 300, introduisant 50 engins piégés sur les pièces de maintien de la raffinerie de Baiji".

    Elle a ajouté : "Les terroristes ont introduit les engins piégés au cours de deux attaques. Ils ont explosé à l'intérieur de la raffinerie, ce qui a entraîné des pertes matérielles.

  • Irak : Deux dirigeants de l'Etat islamique tués lors d'une opération sécuritaire dans l'est du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé mercredi 25 août 2021 que deux dirigeants de l'Etat islamique avaient été tués lors d'une frappe aérienne dans la province orientale de Diyala.

     Le porte-parole du commandant en chef des forces armées, le général de division Yahya Rasoul, a déclaré dans un communiqué que des avions de l'armée de l'air irakienne avaient lancé une frappe aérienne dans le gouvernorat de Diyala (est) qui a entraîné la mort de deux dirigeants de l'Etat islamique, sans mentionner leurs noms. et leurs positions dans l'organisation.

    Le communiqué ajoute que les forces du Service du contre-terrorisme (l'élite de l'armée) ont arrêté 4 membres de "l'Etat islamique" à Tarmiyah, Abu Ghraib, le quartier d'Al-Furat et le district d'Al-Radwaniyah, dans la capitale, Bagdad.

    Il a également signalé que les forces de sécurité avaient arrêté 3 autres membres de l'organisation dans les gouvernorats d'Anbar (ouest), Ninive et Kirkouk (nord).

    Le 23 août, le Premier ministre Mustafa Al-Kazimi avait annoncé le lancement d'une opération de sécurité , en coopération avec la population du district de Tarmiyah (au nord de Bagdad), pour éliminer les cellules dormantes de l'Etat islamique dans la région.

    Ces derniers mois, la fréquence des attaques des militants de l'Etat islamique a augmenté, notamment dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "triangle de la mort".

  • Irak : toujours des menaces contre la coalition anti-Etat islamique

    Imprimer

    Un convoi de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis a été touché par un engin explosif dans la nuit du 16 au 17 août alors qu'il circulait dans le gouvernorat de Dhi Qar, dans le sud de l'Irak. Il s'agit du deuxième épisode de ce type en moins de 24 heures.

    La nouvelle a été rapportée mardi 17 août par le quotidien al-Araby al-Jadeed , sur la base d'informations fournies par des sources locales. Ce dernier a rapporté que le convoi de la coalition, destiné à fournir un soutien logistique, a été attaqué alors qu'il passait sur l'autoroute internationale près de la ville de Nassiriya, au centre du gouvernorat de Dhi Qar. Selon ce qui a été précisé, la bombe a touché un véhicule du convoi, sans faire de victimes. Le 16 août, un autre convoi avait été pris pour cible alors qu'il se rendait dans la ville d'Abou Ghraib, à l'ouest de la capitale Bagdad. Encore une fois, aucune victime n'a été enregistrée.

    Le  16 août, le quotidien al Araby al-Jadeed, des sites d'information et des plateformes affiliés à des groupes armés irakiens ont diffusé une vidéo documentant l'attaque d'un convoi de la coalition internationale à l'ouest de Bagdad par un groupe militant chiite irakien, connu sous le nom d'Ashab Ahl al- Kahf. C'est ce dernier qui a précisé que la cible touchée était un "convoi militaire américain". La veille, le 15 août, le même groupe avait publié une déclaration menaçant de cibler des cibles américaines en Irak, déclarant : « Nous allons frapper les convois, y mettre le feu et les détruire.

    Depuis le début de 2021, environ 43 attaques ont eu lieu contre des cibles américaines en territoire irakien. La plupart des raids sont effectués via des bombes frappant des convois logistiques, tandis que d'autres attaques ont été menées à  l'aide de missiles. Certaines de ces attaques ont été revendiquées par des factions pro-iraniennes.  Depuis octobre 2019, les bases et structures américaines en Irak font l'objet d'attaques, qui ont conduit Washington à menacer de représailles les milices irakiennes pro-iraniennes que les Etats-Unis rendent responsables. Sont notamment dans le collimateur des Etats-Unis, les Brigades du Hezbollah, soupçonnées d'être responsables de plusieurs attaques. .  Une autre zone irakienne ciblée à plusieurs reprises est la  zone verte, une zone fortifiée située dans la capitale Bagdad, qui abrite des institutions gouvernementales et des ambassades, dont celle des États-Unis. 

    Les tensions entre Washington et Téhéran sur le sol irakien ont souvent fait craindre que l'Irak ne devienne un champ de bataille entre les deux rivaux. Au cours de l'année écoulée, les États-Unis ont amorcé une réduction progressive de leurs troupes en Irak, actuellement au nombre de 2.500. Dans ce contexte, le 26 juillet, le président des États-Unis, Joe Biden, et le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazimi, ont signé un accord visant à clôturer formellement la mission de combat américaine en Irak d'ici fin 2021. Biden a en fait parlé de "changement" de la mission. En particulier, Washington s'est dit prêt à continuer à "former, assister et aider" les forces irakiennes à faire face à la menace terroriste, posée avant tout par l'Etat islamique. Cependant, comme l'a précisé le chef de la Maison Blanche, d'ici la fin de l'année, les troupes américaines ne seront plus engagées dans une "mission de combat", mais elles apporteront une assistance dans le domaine du conseil militaire, de la formation, de la logistique et soutien au renseignement. 

    L'annonce est intervenue en marge du dernier cycle du "dialogue stratégique", initié par le Premier ministre irakien à la suite de sa nomination, le 7 mai 2020, dans le but de définir le rôle des Etats-Unis en Irak et discuter de l'avenir des relations économiques, politiques et sécuritaires entre les deux pays. Le but ultime est de créer une sorte de stabilité dans l'axe Washington-Bagdad et de renforcer les liens entre les deux pays sur la base d'intérêts mutuels.

    Les soldats américains stationnés dans des bases irakiennes sont engagés dans la lutte contre le terrorisme au sein de la coalition internationale anti-Etat islamique dirigée par les États-Unis depuis 2014. Outre les campagnes militaires menées en Irak et en Syrie, la coalition vise également à saper l'infrastructure financière et économique de l'Etat islamique, à freiner le flux de combattants étrangers à travers les frontières et à rétablir la stabilité et les services publics essentiels dans les zones libérées de l'emprise du groupe islamiste radical.

    Selon les " Country Reports on Terrorism 2019 ", l'Irak représente un membre clé de la coalition internationale anti-Etat islamique et participe à tous les différents groupes de travail qui s'y rapportent, y compris les combattants terroristes étrangers, le groupe financier de lutte contre Daech, la stabilisation et les communications. . Malgré, l'État islamique continue de représenter une menace sérieuse.

    Vidéo 1
    Vidéo 2

  • Irak : Huit démineurs tués en faisant exploser des engins de l'Etat islamique

    Imprimer

    Huit membres des forces de sécurité ont été accidentellement tués et un neuvième blessé, mercredi 11 août, dans le nord de l'Irak alors  qu'ils faisaient exploser des charges de l'Etat islamique, a-t-on appris auprès d'une source sécuritaire.

    Un militaire était en train de préparer l'explosion d'une charge non explosée déposée par les jihadistes dans la province de Salaheddine "quand une erreur est survenue et l'explosion s'est produite", tuant six soldats et deux membres de la police qui se consacre à la protection des installations pétrolières, a indiqué cette source à l'AFP.

    La région où l'accident est survenu concentre certaines des plus grandes raffineries de pétrole d'Irak. Elle était tombée aux mains de l'Etat islamique en 2014 avant d'être reconquise par l'armée irakienne en 2016.

    L'Irak a annoncé sa "victoire" face à l'Etat islamique en 2017. Les attaques jihadistes dans les villes ont diminué depuis. Mais  les troupes irakiennes continuent de combattre des cellules de l'organisation jihadiste dans les zones montagneuses et désertiques. Régulièrement, des jihadistes parviennent à tuer, principalement des militaires mais aussi des civils, lors d'attaques perpétrées généralement de nuit et dans des zones reculées.Le mois dernier, un attentat revendiqué par l'Etat islamique avait fait plus de 30 morts sur un marché populaire de Sadr City, quartier densément peuplé et bastion chiite dans l'est de Bagdad.

  • Irak : Opération de ratissage contre l'Etat islamique dans l'ouest du pays

    Imprimer

    Une opération de sécurité a été lancée, mercredi 11 août, dans le désert de Rutba, dans l'ouest de l'Irak, avec la participation de l'armée, du Service antiterroriste et de la Division d'intervention rapide, avec le soutien des forces de la coalition, dans le but de "nettoyer" des éléments de l'Etat islamique la zone dans la province sunnite d'Anbar .

    La cellule des médias de sécurité du commandement des opérations conjointes irakiennes a déclaré dans un communiqué publié sur sa page Facebook que « des parties de l'armée irakienne, du service antiterroriste et de la division d'intervention rapide ont commencé, à l'aube aujourd'hui, à effectuer une opération de sécurité à grande échelle dans le désert de Rutba au sein du secteur des opérations d'Anbar avec le soutien aérien de l'armée de l'air et de l'aviation, ainsi que l'armée et l'aviation de la coalition internationale. »

    Le communiqué ajoute : "Cette opération vise à poursuivre les restes des gangs terroristes de l'Etat islamique, à rechercher leurs cachettes et à nettoyer les zones relevant du secteur de responsabilité".

    Province de Kirkouk
    Une force conjointe des  18e et  19e brigades, la cinquième division de police, en partenariat avec les détachements de renseignement de la division, a mené une opération d'inspection et de ratissage dans la zone Wadi Al-Khassa du district d'Al-Rashad dans la province de Kirkouk. Au cours de cette opération, une cache de l'Etat islamique a été découverte comprenant plusieurs engins explosifs et des détonateurs.
    E8ckNtpXMAYcVJx.jpeg