ÉMIRATS ARABES UNIS - Page 2

  • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)

    La police de Malaisie a annoncé lundi l’arrestation de quatre hommes liés au groupe jihadiste Etat islamique (EI) et la saisie d’explosifs avec lesquels ils prévoyaient d’attaquer des lieux de culte non musulmans.
    Les suspects – deux Rohingyas de Birmanie, un Indonésien et un Malaisien qui dirigeait le groupe – ont été arrêtés la semaine dernière lors d’opérations menées aux alentours de Kuala Lumpur et dans l’Etat de Terengganu (nord-est).
    Selon le chef de la police nationale, Abdul Hamid Bador, ils constituaient « une cellule de l’Etat islamique » et préparaient « des assassinats de personnalités ainsi que l’attaque de lieux de culte hindous, chrétiens et bouddhistes en Malaisie ». Il n’a fourni aucun détail à propos des personnalités visées. La police a également saisi six engins explosifs artisanaux, un pistolet et 15 balles, a-t-il ajouté.
    Les attaques en préparation visaient selon la police à venger la mort d’un pompier musulman survenue durant des violences près de Kuala Lumpur l’année dernière.
    L’un des deux Rohingyas arrêtés a déclaré soutenir l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA) et comptait également s’en prendre, selon la police, à l’ambassade de Birmanie à Kuala Lumpur.
    Le deuxième Rohingya, âgé de 25 ans, a avoué avoir des liens avec l’EI, selon la police.
    Les Rohingyas de Birmanie sont une minorité musulmane apatride victime de longue date de persécutions dans ce pays majoritairement bouddhiste.
    La police recherche trois autres suspects membres du même groupe, qui auraient planifié des attaques contre des lieux de loisir.
    Les autorités en Malaisie, pays majoritairement musulman, annoncent régulièrement des arrestations d’extrémistes liés à l’EI mais rarement des saisies d’armes ou d’explosifs.
    Aucun attentat d’envergure n’a frappé le pays ces dernières années, mais les forces de sécurité craignent le retour de combattants après la perte de ses territoires par l’EI au Proche-Orient.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 13 mai 2019

    • Afghanistan: Quatre explosions ont retenti à Jalalabad – Abonnés
    • Algérie: Arrestation de deux terroristes à In Guezzam – Abonnés
    • Cameroun : un poste militaire, une église et des dizaines des maisons incendiés par Boko Haram – Abonnés
    • Emirats Arabes Unis: 2 des 4 navires sabotés étaient des pétroliers saoudiens – Abonnés
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs – Lire l’article
    • Syrie: Le chef de l’ex-branche d’el-Qaëda en Syrie appelle à défendre Idleb – Abonnés
    • Syrie : 35 morts dans des combats entre régime et jihadistes, selon l’OSDH – Abonnés
  • Burkina: six morts dans une attaque contre une église catholique du centre-nord du pays

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Six personnes, dont un prêtre, ont été tués dimanche matin lors d’une attaque contre une église catholique à Dablo, commune de la province du Sanmatenga, dans le nord du Burkina Faso, a-t-on appris de sources locales et sécuritaires.
    « Vers 09H00, au cours de la messe, des individus armés ont fait irruption dans l’église catholique. Ils ont commencé à tirer alors que les fidèles essayaient de s’enfuir », a déclaré à l’AFP le maire de Dablo, Ousmane Zongo. Les assaillants « ont pu immobiliser certains fidèles. Ils ont tué cinq (personnes). Le prêtre qui célébrait la messe a également été tué, portant à six le nombre de morts ».
    Selon une source sécuritaire, l’attaque a été menée par un « groupe d’hommes armés estimé entre vingt et trente ».
    « Ils ont incendié l’église, puis des boutiques et un maquis (petit restaurant ou bar) avant de se rendre au centre de santé où ils ont fouillé le local et incendié le véhicule de l’infirmier chef de poste », a ajouté M. Zongo. « Dans la ville règne un climat de panique. Les gens sont terrés chez eux, aucune activité n’est fonctionnelle. Les boutiques et magasins sont fermés. C’est pratiquement une ville morte ». « L’alerte a été donnée vers 10H00 et des renforts ont été déployés à partir de Barsalogho« , une commune située à 45 km au sud de Dablo, a confirmé à l’AFP une source sécuritaire. Les éléments des forces de défense et de sécurité procèdent à des ratissages.
    Cette attaque survient deux jours après la libération dans le nord du Burkina Faso de quatre otages par les forces spéciales françaises.
    Le Burkina Faso est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes jihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’organisation État islamique au grand Sahara (EIGS).
    D’abord concentrées dans le Nord, ces attaques ont ensuite visé la capitale et d’autres régions, notamment l’Est, et fait depuis 2015 près de 400 mors, selon un comptage de l’AFP. Les attaques ciblent régulièrement des responsables religieux, principalement dans le Nord. Si des prélats chrétiens et musulmans ont déjà été visés par des attaques jihadistes, il s’agit de la deuxième attaque, en deux mois, d’une église depuis 2015, date des premières attaques.
    Fin mars, six personnes avaient été tuées lors de l’attaque de l’église protestante de Silgadji, dans le nord du Burkina Faso.
    À la mi-mars, l’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo, dans le nord du pays, a été enlevé par des individus armés.
    Le 15 février, le père César Fernandez, missionnaire salésien d’origine espagnole, a été tué lors d’une attaque armée attribuée à des jihadistes à Nohao, dans le centre-est du pays.
    Plusieurs imams ont également été assassinés par les jihadistes dans le Nord. Selon des sources sécuritaires, ceux-ci étaient « considérés comme pas assez radicaux » par les jihadistes ou « accusés de collaborer avec les autorités ».

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le dimanche 12 mai 2019

    • Burkina: six morts dans une attaque contre une église catholique du centre-nord – Lire l’article
    • Egypte: Condamnation à mort de deux jihadistes qui avaient attaqué une église copte – Abonnés
    • Emirats Arabes Unis: « Actes de sabotage » contre quatre navires près de l’émirat de Fujairah – Abonnés
    • Inde: L’Etat islamique affirme avoir établi une « province » au Cachemire – Abonnés
    • Nigéria : L’État islamique affirme avoir tué 11 soldats dans le nord-est du pays – Abonnés
    • Pakistan: Attaque d’un hôtel de luxe du port de Gwadar au Pakistan, au moins cinq morts – Abonnés
    • Syrie : cinq civils tués dans des frappes des insurgés contre une localité chrétienne, selon Damas – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Vendredi 3 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 3 mai 2019

    • Algérie: Nouveau vendredi de manifestation contre le régime – Abonnés seulement
    • Gaza : Une nouvelle « marche du retour » se déroule à la frontière – Abonnés seulement
    • Irak: La France rapatrie ses canons Caesar engagés contre l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Libye: Un drone russe Orlan-10 a été abattu alors qu’il n’a pas été officiellement fourni à ce pays – Abonnés seulement
    • Libye: Attention! le conflit est de plus en plus international – Lire la suite
    • Le Maroc a neutralisé une cellule terroriste – Abonnés seulement

    Lire la suite