Coalition sunnite arabe anti-Houthis - Page 2

  • Yémen : Plus de 115 rebelles tués dans de nouveaux raids

    Imprimer

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen a affirmé, jeudi 4 novembre, avoir tué plus de 115 rebelles houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids dans la province de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays en guerre.

    La coalition, qui vient en aide au gouvernement depuis 2015, affirme quasi quotidiennement, depuis plus de trois semaines, infliger d'importantes pertes aux rebelles dans des frappes aériennes, mais ces bilans ne peuvent être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

    L'aviation de la coalition appuie les troupes gouvernementales au sol qui tentent de repousser l'offensive des houthis cherchant à s'emparer de la ville de Ma'rib, chef-lieu de la province du même nom. "Quatorze véhicules militaires ont été détruits et plus de 115" insurgés ont été tués lors des dernières 24 heures dans des raids à Serwah (à l'est de la ville de Ma'rib) et al-Jawf (au nord de la ville de Ma'rib), a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    Les rebelles chiites houthis ont détruit les tours de communication de la ville de Marib avec un missile balistique
    Jeudi 4 octobre, un missile balistique a frappé des tours de communication dans la périphérie ouest de la ville de Marib, qui est contrôlée par les forces soutenues par les Saoudiens.

    Le missile aurait été lancé par les Houthis depuis la province de Saada, au nord de Marib. À la suite de la frappe, toutes les communications ont été coupées dans la ville de Marib.

    Les tours de communication étaient équipées de systèmes militaires et civils. Les deux principales sociétés de télécommunications au Yémen, MTN et Sabafon, transmettaient depuis ces tours.

    Le 28 octobre , un missile balistique avait frappé la maison de Cheikh Abdul Latif al-Qibli Nimran, un chef tribal soutenu par les Saoudiens, dans la ville d'Al Sayyad. Le cheikh a survécu à l'attaque. Cependant, 12 personnes, dont deux de ses enfants, ont été tuées. Le 1er novembre , une frappe de missiles balistiques a visé une mosquée et une école religieuse dirigées par l'érudit salafiste Yahia al-Hajuri dans la ville d'al-Aumd. Al-Hajuri a survécu à l'attaque. Néanmoins, 39 personnes ont été tuées.

    Alors que toutes les récentes frappes de missiles balistiques sur Marib ont été attribuées aux Houthis, le groupe n'a pas encore officiellement revendiqué la responsabilité.

     

     

  • Yémen: plus de 140 rebelles tués dans de nouveaux raids (coalition)

    Imprimer

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen a affirmé mercredi avoir tué plus de 140 rebelles ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids près de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays en guerre.

    La coalition affirme quasi quotidiennement depuis plus de trois semaines infliger d'importantes pertes aux rebelles dans des frappes aériennes, mais ces bilans ne peuvent être vérifiés de source indépendante et les Houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

  • Yémen : 115 rebelles tués près de Marib

    Imprimer

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen pour soutenir le gouvernement légitime, a affirmé mardi avoir tué plus de 115 rebelles Houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids près de Marib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays en guerre.

    La coalition, qui vient en aide au gouvernement depuis 2015, affirme quasi quotidiennement depuis plus de trois semaines infliger d'importantes pertes aux rebelles dans des frappes aériennes, mais ces bilans ne peuvent être vérifiés de source indépendante. Quelque 2.300 rebelles auraient péri au total dans ce secteur selon elle. "Quatorze véhicules militaires ont été détruits et plus de 115" insurgés ont été tués lors des dernières 24 heures, a-t-elle indiqué dans un communiqué, diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    Les rebelles ont péri dans des raids aériens à al-Jawbah, à quelque 50 km au sud de Marib, et à al-Kassara, à 30 km au nord-ouest, poursuit le communiqué. Les houthis, proches de l'Iran, ne communiquent que rarement sur leurs pertes. La coalition militaire apporte principalement un soutien aérien aux troupes gouvernementales au sol qui cherchent à repousser l'offensive des rebelles à Marib. Cette offensive, débutée en février 2021, s'est intensifiée ces dernières semaines, les rebelles affirmant que la prise de la ville n'était qu'une "question de temps".

    Un responsable militaire loyaliste a indiqué mardi que les rebelles avaient enregistré "de nouvelles avancées dans les combats contre les troupes progouvernementales". Un autre responsable du camp loyaliste a confirmé que les insurgés s'approchaient de plus en plus de la ville. Dans le même temps, le porte-parole des forces rebelles, Yahya Sari, a affirmé mardi que les houthis se trouvaient "sur plusieurs fronts en banlieue de Marib", selon leur chaîne de télévision al-Massirah.

    Ces dernières frappes interviennent au surlendemain d'un bombardement sur une mosquée dans le secteur d'al-Jawbah dans lequel au moins 22 personnes, dont des enfants, ont été tuées, selon des responsables gouvernementaux qui ont pointé du doigt les houthis. Les rebelles n'ont pas réagi à ces accusations.

    Déclenchée en 2014, la guerre a plongé le Yémen dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées selon des ONG internationales.

  • Yémen : 218 Houthis ont été tués lors de raids de la coalition dans les environs de Marib

    Imprimer

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a annoncé dimanche 31 octobre 2021 que 218 membres de la milice houthie ont été tués lors de frappes aériennes qui ont visé deux zones proches de la ville de Marib au cours des trois derniers jours.

    La coalition a déclaré dans un communiqué, rapporté par l'agence de presse officielle saoudienne, qu'elle "a mené 57 opérations ciblant des équipements et éléments de milice (houthie) à al-Jawbah et al-Kasara (à proximité de Ma'rib) au cours des 72 dernières heures. "

    Les raids ont provoqué "la destruction de 24 véhicules militaires et la mort de plus de 218 éléments terroristes", selon le communiqué.

    Les deux zones d'Al-Kasara sont situées à environ 30 km au nord-ouest de Marib et Al-Jawbah, à environ 50 km au sud de Marib.

    La coalition a mené des frappes aériennes dans les environs de Marib sur une base quasi quotidienne au cours des deux dernières semaines, au cours desquelles plus de 2 200 rebelles ont été tués, selon la coalition.

    Dimanche, les Houthis ont pris le contrôle de l'importante zone de Yarra dans le district de Jawbah, au sud du gouvernorat de Ma'rib.

    Une source a déclaré que le contrôle de la zone est intervenu après de violents affrontements avec l'armée et les tribus qui se sont poursuivis depuis samedi soir.

    Selon les sources, le contrôle des Houthis sur la région de Ya'arah couperait la ligne asphaltée entre al-Amud et al-Jawbah.

    Il y a quelques jours, les Houthis ont pris le contrôle du centre du district de Jawbah, dans le sud de la province, après de violents combats avec les forces armées.

     

     

     

  • Yémen : Plus de 90 rebelles tués près de Ma'rib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé, vendredi 22 octobre 2021, avoir tué plus de 90 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Marib, théâtre d'une bataille qui a redoublé d'intensité ces dernières semaines.

    "Seize véhicules militaires ont été détruits et plus de 92 terroristes éliminés" ces dernières 24 heures à Al-Jawba (50 km au sud de Marib) et à Al-Kassara (30 km au nord-ouest de Marib), a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle saoudienne SPA.

    Ces chiffres n'ont pu être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen, Marib est depuis février 2021 au coeur d'une bataille sanglante qui s'est intensifiée ces derniers jours avec les avancées des rebelles.

    La plupart des raids annoncés quasi-quotidiennement par la coalition la semaine dernière ont été effectués à Al-Abdiya, à 100 kilomètres au sud de Marib et ont tué plus d'un millier de houthis dans cette zone, assure la coalition.

    Les rebelles, soutenus par l'Iran, affrontent les forces du gouvernement depuis sept ans et se sont emparés de la majeure partie du nord du pays dont la capitale Sanaa en 2014. L'année suivante, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue pour appuyer les forces loyalistes en peine.

    Mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé à la "désescalade" au Yémen afin de contrer "le risque croissant d'une famine à grande échelle" dans ce pays.

    La guerre au Yémen a plongé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit.

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites Houthis bombardent Jizane, en Arabie saoudite, avec 5 missiles balistiques

    Imprimer

    La milice chiite yéménite houthie soutenue par l'Iran a déclaré avoir bombardé un camp de l'armée saoudienne à Jizane, en Arabie saoudite, peu de temps après des raids lancés par la coalition arabe contre des positions des houthis dans la capitale yéménite, Sanaa. 

    La milice houthie a revendiqué avoir bombardé un camp de l'armée saoudienne avec cinq missiles balistiques dans la région de Jizane, au sud-ouest de l'Arabie saoudite.

    Le porte-parole de la milice, le général de brigade Yahya Sari, a déclaré dans un communiqué sur Twitter : "La force des missiles a pu mener une opération qualitative visant le camp des forces armées à Jizane, hier mercredi, avec 5 missiles balistiques visant le quartier général du commandement, des stocks d'armes et les hangars des hélicoptères Apache."

    Au moins six officiers et 12 soldats saoudiens ont été tués
    Des militants saoudiens ont identifié certaines des victimes : Lieutenant-colonel Abdullah bin Nasser al-Wahaibi.
    Premier lieutenant Nasser Awaid Obaid al-Dhiabi.
    Le capitaine Abdullah al-Sulaimi al-Harbi.
    Le capitaine Faisal bin Fahd al-Ajyan.
    Le capitaine Ali ben Saleh al-Luhaidan.
    Premier caporal El Hassan Mohamed Atoudi.

    Opération au cœur de Sanaa
    Le porte-parole des forces de la "Coalition pour soutenir la légitimité" au Yémen, le brigadier Turki Al-Maliki, a déclaré que les forces aériennes de la coalition ont mené, jeudi 21 octobre 2021, une opération militaire dans la capitale yéménite, Sanaa, avertissant les Houthis d'une "opération plus large et plus complète en cas de poursuite des violations graves. »

    Selon la télévision pro-Houthis al-Masirah, les frappes aériennes saoudiennes sur Sanaa ont visé les départements de l'ingénierie, de l'électricité, de l'eau et des travaux publics ainsi que des dépôts de médicaments. Un civil a été tué et trois autres blessés lors des bombardements.

    Il a ajouté qu'il s'agissait d'une opération contre « des cibles militaires légitimes dans la capitale, Sanaa, en réponse à la menace et pour neutraliser la menace d'attaques imminentes avec des missiles balistiques et des drones piégés sur des installations civiles du Royaume » tels que des aéroports, et une tentative de cibler des centrales électriques et des infrastructures (...) Sans dissuasion internationale, l'opération militaire a été menée pour protéger les civils.

    Avertissement saoudien aux Houthis
    Il a averti que « dans le cas où la milice houthie continuerait et persisterait dans ses graves violations en ciblant des civils, des biens et des infrastructures civils, la milice doit s'attendre à une riposte plus large et plus complète en conformité au droit international humanitaire ».

     

     

  • Yémen : Cent-soixante rebelles tués dans leur progression vers Marib

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé samedi avoir tué 160 rebelles houthis dans de nouveaux raids au sud de la ville stratégique de Marib, où les combats ont fait des centaines de morts ces derniers jours.
    tMSpZFOl.jpeg

    "Nous avons mené 32 frappes à al-Abdiya (à quelque 100 km au sud de Marib) au cours des 24 dernières heures (...) 11 véhicules militaires ont été détruits et plus de 160 éléments terroristes éliminés", a indiqué la coalition, citée par l'agence officielle saoudienne SPA.

    Les rebelles progressent et sont désormais "au centre du secteur d'al-Abdiya après un siège qui a duré quatre semaines", a affirmé samedi 15 octobre 2021 à l'AFP une source loyaliste.

    Dernier bastion du gouvernement dans le nord du Yémen largement dominé par les houthis, Marib, chef-lieu de la province qui porte le même nom, est au coeur d'une violente bataille.

    Les houthis ont lancé en février une campagne pour prendre la ville et ont récemment intensifié leur offensive. La coalition a répondu depuis lundi par une salve de frappes aériennes qui ont tué selon elle plus de 700 insurgés. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés de source indépendante. Et les houthis ne communiquent que très rarement sur les victimes dans leurs rangs.

    Selon la source pro-gouvernementale, les rebelles ont "kidnappé, emprisonné et maltraité" des membres de tribus ayant appuyé les forces loyalistes. Près de 20 membres des forces loyalistes et de ces tribus ont été tués ces dernières 24 heures et 47 ont été blessés, a-t-il déclaré. 

    Les deux camps se livrent une guerre dévastatrice depuis 2014, date à laquelle les houthis, proches de l'Iran, se sont emparés de la capitale Sanaa (nord). Depuis 2015, la coalition dirigée par les Saoudiens intervient pour appuyer les forces loyalistes. 

    La guerre au Yémen a plongé le pays le plus pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU, poussant la population au bord de la famine. Des dizaines de milliers de personnes, la plupart des civils, ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit. Près de 10.000 personnes ont été déplacées pour le seul mois de septembre dans la province de Ma'rib, selon l'Organisation internationale pour les migrations.

    FBwz6hoWUAsSBj7.jpeg