Bagdad - Page 5

  • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)

    La police de Malaisie a annoncé lundi l’arrestation de quatre hommes liés au groupe jihadiste Etat islamique (EI) et la saisie d’explosifs avec lesquels ils prévoyaient d’attaquer des lieux de culte non musulmans.
    Les suspects – deux Rohingyas de Birmanie, un Indonésien et un Malaisien qui dirigeait le groupe – ont été arrêtés la semaine dernière lors d’opérations menées aux alentours de Kuala Lumpur et dans l’Etat de Terengganu (nord-est).
    Selon le chef de la police nationale, Abdul Hamid Bador, ils constituaient « une cellule de l’Etat islamique » et préparaient « des assassinats de personnalités ainsi que l’attaque de lieux de culte hindous, chrétiens et bouddhistes en Malaisie ». Il n’a fourni aucun détail à propos des personnalités visées. La police a également saisi six engins explosifs artisanaux, un pistolet et 15 balles, a-t-il ajouté.
    Les attaques en préparation visaient selon la police à venger la mort d’un pompier musulman survenue durant des violences près de Kuala Lumpur l’année dernière.
    L’un des deux Rohingyas arrêtés a déclaré soutenir l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA) et comptait également s’en prendre, selon la police, à l’ambassade de Birmanie à Kuala Lumpur.
    Le deuxième Rohingya, âgé de 25 ans, a avoué avoir des liens avec l’EI, selon la police.
    Les Rohingyas de Birmanie sont une minorité musulmane apatride victime de longue date de persécutions dans ce pays majoritairement bouddhiste.
    La police recherche trois autres suspects membres du même groupe, qui auraient planifié des attaques contre des lieux de loisir.
    Les autorités en Malaisie, pays majoritairement musulman, annoncent régulièrement des arrestations d’extrémistes liés à l’EI mais rarement des saisies d’armes ou d’explosifs.
    Aucun attentat d’envergure n’a frappé le pays ces dernières années, mais les forces de sécurité craignent le retour de combattants après la perte de ses territoires par l’EI au Proche-Orient.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 13 mai 2019

    • Afghanistan: Quatre explosions ont retenti à Jalalabad – Abonnés
    • Algérie: Arrestation de deux terroristes à In Guezzam – Abonnés
    • Cameroun : un poste militaire, une église et des dizaines des maisons incendiés par Boko Haram – Abonnés
    • Emirats Arabes Unis: 2 des 4 navires sabotés étaient des pétroliers saoudiens – Abonnés
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs – Lire l’article
    • Syrie: Le chef de l’ex-branche d’el-Qaëda en Syrie appelle à défendre Idleb – Abonnés
    • Syrie : 35 morts dans des combats entre régime et jihadistes, selon l’OSDH – Abonnés
  • Burkina: l’armée française libère quatre otages, deux militaires tués

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD - LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)



    Les forces spéciales françaises ont libéré quatre otages – deux Français, une Américaine et une Sud-coréenne – lors d’une intervention « complexe » dans le nord du Burkina Faso, au cours de laquelle deux militaires français ont été tués, ont annoncé vendredi les autorités.
    « Cette libération a pu être obtenue grâce à une opération militaire, conduite par les forces françaises dans la nuit de jeudi à vendredi, au nord du Burkina Faso », a précisé l’Elysée dans un communiqué.
    Les deux Français, Patrick Picque (51 ans) et Laurent Lassimouillas (46 ans), avaient été enlevés le 1er mai dernier lors d’un séjour touristique au Bénin, pays jusque-là épargné par l’insécurité en Afrique de l’Ouest, où opèrent de nombreux groupes jihadistes liés à el-Qaëda et à l’organisation Etat islamique (EI).
    Le corps du guide béninois des deux enseignants français avait été retrouvé samedi dans le parc national de la Pendjari. Leur véhicule avait ensuite été retrouvé dans l’est du Burkina Faso, pays voisin confronté à une dégradation de la situation sécuritaire sur son sol depuis 3 ans, avec une accélération alarmante ces derniers mois.
    L’identité des deux autres otages libérés n’était pas connue dans l’immédiat.
    Au cours de leur libération, deux militaires ont trouvé la mort au combat, le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, tous deux commandos de marine affectés au commandement des opérations spéciales (COS), qui supervise les forces spéciales françaises. Ils appartenaient au Commando Hubert basé à Saint Mandrier.
    Quatre terroristes ont également été tués.

    Déroulement des évènements
    Le renseignement militaire français, en coopération avec l’armée américaine (AFRICOM), avait repéré et suivait le cheminement des terroristes et de leurs otages à travers le Burkina Faso. Le renseignement militaire a très vite compris que les terroristes avaient l’intention de gagner le Mali pour sans doute remettre les otages à la Katiba Massima affiliée au Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans. La Katiba Massima, dirigée par Amadou Koufa, est considérée comme le groupe rebelle le plus puissant du Mali.  Ce groupe de Koufa est apparu il y a trois ans dans le centre du Mali.
    Le Chef des opérations spéciales, le général Isnard savait qu’une fois arrivés au Mali et remis à la Katiba Massima, les otages seraient très difficiles à libérer. Mais le général Isnard savait que les terroristes devraient probablement faire un arrêt avant d’arriver au Mali. Et ayant constaté qu’ils s’étaient effectivement arrêtés pour dresser un camp, il a décidé, en accord avec les autorités politiques françaises, de lancer une attaque pour libérer les otages.
    Des moyens logistiques et sanitaires ont été pré-déployés dans la plus grande discrétion, en coopération avec l’armée burkinabé, tandis que les commandos étaient acheminés par hélicoptère à quelque distance de l’endroit où s’étaient arrêtés les terroristes et leurs otages. Les commandos ont poursuivi leur chemin en pleine nuit et, parvenu à proximité du camp des terroristes, parcouru à découvert les derniers 200 mètres sans faire le moindre bruit. Ils ont été finalement repérés par une sentinelle alors qu’ils ne se trouvaient plus qu’à une dizaine de mètres des quatre abris où se trouvaient les otages et les terroristes. Les commandos ont alors donné l’assaut sans faire usage de leurs armes dans un premier temps pour ne pas atteindre les otages dans l’obscurité. Les officiers mariniers Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello ont été tués au cours de cet assaut par des tirs à bout portant alors qu’ils entraient dans les abris. Les commandos ont alors ouvert le feu, neutralisé quatre terroristes et libéré les otages.

    Les deux soldats français tués
    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 10 mai 2019

    • Afghanistan: 4 enfants tués et 5 autres blessés par l’explosion d’une mine – Abonnés
    • Afghanistan : 21 militants tués lors d’une frappe aérienne menée en soutien aux soldats afghans à Kandahar – Abonnés
    • Afghanistan: Plus de 20 militaires tués dans des attaques des talibans contre plusieurs postes de contrôle – Abonnés
    • Burkina: l’armée française libère quatre otages, deux militaires tués – Lecture libre
    • Gaza: Un Palestinien tué et au moins 14 autres blessés par les Israéliens – Abonnés
    • Irak : Informations contradictoires au sujet d’une explosion à Sadr City (Bagdad) – Abonnés
    • Somalie : 13 membres de l’Etat islamique tués dans une frappe américaine – Abonnés
    • Syrie : Des groupes islamistes lancent une attaque surprise dans le nord de la province de Hama t entrent dans Kafr Nabudah – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Mardi 16 avril 2019

    Imprimer

    Liste des articles parus sur Frontlive-Chrono le mardi 16 avril 2019

    • Algérie: des étudiants à nouveau dans la rue malgré un fort dispositif policier – Abonnés
    • Bahreïn: 138 personnes condamnées pour « terrorisme », déchues de leur nationalité – Abonnés
    • France: L’incendie de Notre Dame de Paris est vraisemblablement d’origine accidentelle mais on ne peut oublier la série d’incendies criminels et de vandalisme contre des églises – Abonnés
    • Irak : 4 membres de l’État islamique arrêtés à Bagdad avec 600 cartes SIM – Abonnés
    • Libye: 174 morts depuis le début de l’offensive des forces de Haftar sur Tripoli – Abonnés
    • Libye: Des manifestants en gilets jaunes à Tripoli pour dénoncer le « soutien » de Paris à Haftar – Abonnés
    • Libye: Situation militaire en Libye le 16 avril 2019 – Abonnés
    • Libye : OIM, 677 717 migrants identifiés dans le pays – Voir l'article ci-dessous
    • Soudan : le Conseil militaire limoge le procureur général – Abonnés

     

    Lire la suite