Armée de l'air russe en Syrie - Page 3

  • France: Attaque de Lyon du 24 mai 2019 - Mise à jour des informations

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Dernières informations
    Rappelons les faits: Le 24 mai, à Lyon, à l’angle de la rue Victor Hugo et de la rue Sala, près de la boulangerie « La Brioche dorée », une explosion a retenti.
    Elle a été provoquée par un engin explosif qui se trouvait dans une boîte qui, deux minutes avant, avait été projetée sur le bord de la route par un cycliste. Le moment a été enregistré par des caméras de vidéosurveillance.
    Actuellement, la police recherche un suspect. Son identité est établie, mais non révélée. Il s’agit d’un homme de 30 à 35 ans. Il portait un pull noir, un bermuda clair et des lunettes noires au moment des faits.
    Du TATP, un explosif artisanal instable aurait été utilisé parle terroriste, selon l’enquête. Le dispositif contenait des billes et des clous et était télécommandé. La police aurait trouvé la trace d’ADN d’une personne sans qu’on sache si elle pourra faire avancer l’enquête.
    Les personnes qui achèteraient les composants chimiques pour fabriquer du TATP sont systématiquement (en théorie ) fichés. Mais il est plus difficile de repérer les individus dans le cas de très petites quantités de produits, ce qui peut expliquer la faible puissance de l’engin.

    Nouvelles photos du terroriste (pas vraiment de meilleure qualité):

    Lire la suite

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    La semaine dernière, Associated Press a publié un article sur les  drones utilisés par les combattants houthis du Yémen pour attaquer des cibles stratégiques ennemies.
    Cette publication est citée par de nombreux médias arabes qui affirment que des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite et quatre navires marchands près du port de Fujairah dans les Emirats arabes unis ont été attaqués au cours des dix derniers jours.
    Il apparait que les Houthis ont à disposition des drones iraniens. La publication d’AP évalue que ces drones peuvent opérer à une distance allant jusqu’à 1 500 km, et s’ils sont lancés depuis le Yémen, ils pourraient atteindre la centrale nucléaire en construction à l’ouest des EAU et l’aéroport international à Dubaï.
    AP apporte la preuve que l’attaque des stations de pompage d’oléoducs en Arabie saoudite a été menée à l’aide de drones. Les Houthis confirment avoir utilisé des drones pour effectuer cette opération. A noter que les Houthis utilisent des drones de combat depuis mars 2015, aussi bien en reconnaissance que dans des missions d’attaque.
    L’Associated Press publie la photo d’un des drones utilisés par les Houthis : Il s’agit d’un drone de 4,5 mètres d’envergure avec une poutre de queue en V, équipé d’un moteur arrière avec des réservoirs de carburant supplémentaires. Ce drone peut porter une charge de combat jusqu’à 18 kg. Les experts pensent qu’un tel drone est programmé pour frapper à un point spécifique (à une certaine latitude et longitude), et sa portée peut atteindre 1500 kilomètres.
    La rédaction a demandé à Denis Fedutinov, l’un des principaux spécialistes russes dans le domaine des véhicules aériens téléguidés, de lui faire part de ses commentaires. « Il y a eu une certaine évolution (si le mot est approprié dans ce contexte) dans l’utilisation des véhicules aériens sans pilote. Les drones kamikazes ont déjà été utilisés non seulement contre les forces de l’ordre, mais aussi pour des événements de masse et pour des personnalités politiques, comme le défilé au Venezuela, qui en est un exemple. Les aéroports sont de plus en plus visés, ce qui, heureusement, n’a pas encore eu de conséquences tragiques. Aujourd’hui, nous constatons qu’on utilise des drones pour attaquer des infrastructures dans l’espoir de causer des dommages économiques à l’ennemi. Nous pouvons supposer qu’à l’avenir, on peut s’attendre à ce que d’autres secteurs de l’énergie, des communications, des transports, etc. soient la cible des véhicules aériens sans pilote et que ces risques, bien sûr, doivent être pris en compte dans leur conception et leur exploitation « , a déclaré Fedutinov.
    Répondant à une question de notre équipe éditoriale sur l’évaluation de la portée maximale du drone houthi (1 500 km), Fedutinov a déclaré : « On peut supposer qu’un tel drone d’une masse au décollage de plusieurs dizaines de kilogrammes, transportant à son bord environ 10 kg de charge explosive, sera capable d’effectuer des vols de plus de 10 heures qui, à la vitesse de croisière, typique pour ces drones, donneront des paramètres similaires à la portée maximale annoncée.
    Contre Israël, l’Iran utilise généralement ses forces de substitution, le Hezbollah libanais, ainsi que le Djihad islamique et le Hamas à Gaza. Mais la distance entre la frontière occidentale de l’Iran et toute cible en Israël n’est pas supérieure à 1500 km.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 20 mai 2019

    • Arabie saoudite: Deux missiles interceptés dans le ciel saoudien, l’un d’eux aurait eu pour cible la Mecque – Abonnés
    • Egypte : 12 jihadistes tués dans une opération de police, annonce le ministère de l’Intérieur – Abonnés
    • Irak : La fusée tirée dimanche soir dans la zone verte de Bagdad aurait été lancée depuis une zone contrôlée par des milices chiites soutenues par l’Iran – Abonnés
    • Irak : Incidents sécuritaires – Abonnés
    • Mali : 7 personnes, dont 2 gendarmes, tuées par des assaillants dans le Sud – Abonnés
    • Mali : Un soldat nigérian tué, trois blessés dans des attaques au Mali – Abonnés
    • Syrie : au moins 10 civils tués dans des frappes russes sur Idleb – Abonnés
    • Tadjkistan : émeute de prisonniers jihadistes, 32 morts – Abonnés
    • Yémen : Les rebelles chiites houthis utilisent des drones kamikazes iraniens d’une portée allant jusqu’à 1500 km – Lire l’article complet
  • Frontlive-Chrono – Samedi 18 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 18 mai 2019

    • Libye : 2 gardes tués et 4 autres enlevés dans une attaque de Daech à l’extérieur du champ pétrolifère de Zillah – Abonnés
    • Libye : Recrudescence des combats dans le sud de Tripoli – Abonnés
    • Somalie : Affrontement entre l’armée et les jihadistes Shabab dans la région du Ghedo – 7 jihadistes et 2 soldats tués – Abonnés
    • Syrie: L’armée de l’air israélienne attaque des cibles au sud de Damas – Abonnés
    • Syrie : les insurgés ont attaqué la base aérienne russe de Hmeimim ; un mort – Abonnés
    • Syrie : Le Front de libération nationale (FLN) soutenu par la Turquie déploie des centaines de combattants dans le nord de Hama (Vidéo) – Abonnés
  • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien)

    La police de Malaisie a annoncé lundi l’arrestation de quatre hommes liés au groupe jihadiste Etat islamique (EI) et la saisie d’explosifs avec lesquels ils prévoyaient d’attaquer des lieux de culte non musulmans.
    Les suspects – deux Rohingyas de Birmanie, un Indonésien et un Malaisien qui dirigeait le groupe – ont été arrêtés la semaine dernière lors d’opérations menées aux alentours de Kuala Lumpur et dans l’Etat de Terengganu (nord-est).
    Selon le chef de la police nationale, Abdul Hamid Bador, ils constituaient « une cellule de l’Etat islamique » et préparaient « des assassinats de personnalités ainsi que l’attaque de lieux de culte hindous, chrétiens et bouddhistes en Malaisie ». Il n’a fourni aucun détail à propos des personnalités visées. La police a également saisi six engins explosifs artisanaux, un pistolet et 15 balles, a-t-il ajouté.
    Les attaques en préparation visaient selon la police à venger la mort d’un pompier musulman survenue durant des violences près de Kuala Lumpur l’année dernière.
    L’un des deux Rohingyas arrêtés a déclaré soutenir l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA) et comptait également s’en prendre, selon la police, à l’ambassade de Birmanie à Kuala Lumpur.
    Le deuxième Rohingya, âgé de 25 ans, a avoué avoir des liens avec l’EI, selon la police.
    Les Rohingyas de Birmanie sont une minorité musulmane apatride victime de longue date de persécutions dans ce pays majoritairement bouddhiste.
    La police recherche trois autres suspects membres du même groupe, qui auraient planifié des attaques contre des lieux de loisir.
    Les autorités en Malaisie, pays majoritairement musulman, annoncent régulièrement des arrestations d’extrémistes liés à l’EI mais rarement des saisies d’armes ou d’explosifs.
    Aucun attentat d’envergure n’a frappé le pays ces dernières années, mais les forces de sécurité craignent le retour de combattants après la perte de ses territoires par l’EI au Proche-Orient.

    Autres articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 13 mai 2019

    • Afghanistan: Quatre explosions ont retenti à Jalalabad – Abonnés
    • Algérie: Arrestation de deux terroristes à In Guezzam – Abonnés
    • Cameroun : un poste militaire, une église et des dizaines des maisons incendiés par Boko Haram – Abonnés
    • Emirats Arabes Unis: 2 des 4 navires sabotés étaient des pétroliers saoudiens – Abonnés
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Malaisie: démantèlement d’un groupe lié à l’Etat islamique et saisie d’explosifs – Lire l’article
    • Syrie: Le chef de l’ex-branche d’el-Qaëda en Syrie appelle à défendre Idleb – Abonnés
    • Syrie : 35 morts dans des combats entre régime et jihadistes, selon l’OSDH – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Vendredi 26 avril 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 26 avril 2019

    • Irak: La milice al Hashd al-Shaabi a éliminé l’un des chefs de l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Sri Lanka : Dernières informations sur les attentats – Lire la suite
    • Syrie: 10 civils tués dans des raids aériens russes à Idleb – Abonnés seulement

    Lire la suite

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 14 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 14 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    FRANÇAIS

    • Afghanistan : 31 insurgés tués dans des frappes aériennes – Abonnés
    • Algérie – Le pouvoir tente de reprendre le contrôle – Évènements minute par minute – Abonnés
    • Indonésie: l’épouse du terroriste Abou Hamzah se fait sauter à Sibolga au moment de son arrestation – Abonnés
    • Maroc: Démantèlement d’une cellule de l’Etat islamique qui tentait de planifier des attentats – Abonnés
    • Philippines: Les combats entre l’armée philippine et l’Etat islamique font rage à Datu Piang (île de Mindanao) – Abonnés
    • Syrie : Nouvelle reddition de centaines de jihadistes à Baghouz – Abonnés
    • Syrie : l’armée de l’air russe attaque Idlib, des dizaines de morts et de blessés – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Afghanistan: 31 insurgents killed in air strikes – Subscribers
    • Algeria – The power launches its media counter-offensive – Events Minute by minute – Subscribers
    • Indonesia: Terrorist Abu Hamzah’s wife blows herself up in Sibolga at the time of her arrest – Subscribers
    • Morocco: Dismantling of an Islamic state cell that was planning attacks in the Kingdom – Subscribers
    • Philippines: Fighting between the Philippine army and the Islamic state rages in Datu Piang (Mindanao Island) – Subscribers
    • Syria: ISIS Militants, Families Surrender in Baghuz – Subscribers
    • Syria: Russian Air Force attacks Idlib, dozens killed and wounded – Subscribers

     

    العربية (ARABIC)

    سوريا: 13 قتيلاً في ضربات روسيّة هي الأولى على إدلب منذ الاتفاق الروسي التركي
    سوريا: 
    استسلام عشرات الدواعش وأسرهم.. وقسد تتوغل في الباغوز
    المغرب
     يفكك خلية موالية لداعش سعت للتخطيط لعمليات إرهابية

    ESPAÑOL

    • Afganistán: 31 insurgentes muertos en ataques aéreos – Suscriptores
    • Argelia: El poder intenta convencer a los argelinos de una crucial movilización – Suscriptores
    • Filipinas: Violentos combates entre el ejército filipino y el Estado islámico en Datu Piang (isla de Mindanao)
    • Filipinas: Violentos combates entre el ejército filipino y el Estado islámico en Datu Piang (isla de Mindanao) – Suscriptores
    • Indonesia: La esposa del terrorista Abu Hamzah se hizó explotar con su niño en Sibolga en el momento de su detención – Suscriptores
    • Marruecos: Desmantelamiento de una célula del Estado islámico que intentaba planear ataques – Suscriptores
    • Siria: Rendición de cientos de yihadistas en Baghuz – Suscriptores
    • Siria: La Fuerza Aérea Rusa ataca a Idlib, decenas de muertos y heridos – Suscriptores

     

    INDONESIA

    • Indonesia: Istri Terduga Teroris Abu Hamzah di Sibolga Meledakkan Diri – Masuk

     

    ITALIANO

    • Afghanistan: 31 ribelli uccisi in attacchi aerei – Abbonati
    • Algeria: il potere cerca di convincere gli algerini di una mobilitazione cruciale – Abbonati
    • Filippine: violenti combattimenti tra l’esercito filippino e lo stato islamico infuria a Datu Piang (isola di Mindanao) – Abbonati
    • Indonesia: la moglie e il bambino del terrorista Abu Hamzah sono esplosi a Sibolga al momento del suo arresto – Abbonati
    • Marocco: Smontaggio di una cellula di stato islamica che cercava di pianificare gli attacchi – Abbonati
    • Siria: Capitolazione di centinaia di jihadisti a Baghouz – Abbonati
    • Siria: l’aviazione russa attacca Idlib, decine di morti e feriti – Abbonati

     

    PORTUGUÊS

    • Afeganistão: 31 rebeldes mortos em ataques aéreos – Assinantes
    • Argélia: O poder tenta convencer os argelinos de uma mobilização crucial – Assinantes
    • Filipinas: Violentos combates entre o exército filipino e o Estado Islâmico em Datu Piang (Ilha de Mindanao) – Assinantes
    • Indonésia: A esposa do terrorista Abu Hamzah explodiu-se com seu filho em Sibolga no momento de sua prisão – Assinantes
    • Marrocos: desmantelamento de uma célula do estado islâmico que tentava planear ataques – Assinantes
    • Síria: Centenas de jihadistas em Baghouz renderam-se – Assinantes
    • Síria: Força Aérea Russa ataca Idlib, dezenas de mortos e feridos – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Афганистан: 31 мятежник погиб в авиаударах — Подписчики
    • Алжир — Власть пытается вернуть контроль — события минуты за минутой — Подписчики
    • Индонезия: Жена и ребенок террориста Абу Хамзы взорвались в Сиболге во время ареста — Подписчики
    • Марокко: Ликвидация ячейки Исламского государства, которая пыталась спланировать атаки — Подписчики
    • Сирия: Сдача сотен джихадистов в Багхазе — Подписчики
    • Сирия: Pоссийские ВВС атаковали Идлиб, десятки убитых и раненых — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com


     

     

  • Syrie : L’offensive finale du régime syrien pourrait être reportée en raison du manque de troupes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Selon les chefs militaires de l’opposition syrienne, la grande offensive du gouvernement syrien visant à reconquérir la province d’Idlib, aux mains des rebelles, dont les Nations Unies craignent qu’elle ne fasse des milliers de morts et ne déplace un million de civils, pourrait ne pas avoir lieu en raison d’un manque de forces.
    Le régime syrien a au plus 25 000 soldats basés dans la région, y compris environ 5.000 hommes en renfort, dont certains sont des conscrits provenant d’enclaves rebelles qui ont capitulé et dont il reste à vérifier la fiabilité lors des combats. Ils seront confrontés à plus de 100.000 défenseurs motivés, dont beaucoup ont été forcés de quitter d’autres régions et n’ont nulle part où aller.
    Mais l’élément essentiel manquant est le Hezbollah libanais et les milices soutenues par l’Iran, qui avaient servi de force d’appoint au président Bachar al-Assad à Alep et dans la région de Damas après l’effondrement de son armée en raison des désertions. Il n’y a aucun signe que ces milices soient prêtes à participer à la bataille, et l’Iran semble montrer peu d’intérêt à participer à une rencontre sanglante avec de lourdes pertes.
    « Nous pouvons dire que la bataille d’Idlib a été reportée« , a déclaré le colonel Fateh Hassoun, un officier déserteur de l’armée syrienne qui a représenté les intérêts des rebelles lors de pourparlers entre la Turquie, la Russie et l’Iran dans le processus dit d’Astana. Or, « la Russie a besoin d’un partenaire au sol pour ses avions de combat, » a-t-il ajouté.
    Le régime n’étant pas en mesure de fournir les forces et l’Iran ne s’intéressant apparemment pas à la bataille d’Edleb, la seule autre source de combattants pourrait être les Kurdes, mais la Force de protection du peuple kurde, ou YPG, sert de composante terrestre à l’armée américaine dans la bataille contre l’État islamique en Syrie orientale.
    Columb Strack, un analyste du Moyen-Orient pour HIS Market (la société mère des publications de Jane sur la défense), pense, lui aussi, que l’offensive pourrait bien être retardée. « C’est très probable. C’est juste une question de jusqu’à quand« , a-t-il dit. Et quand ce sera le cas, « ce sera une affaire à combustion lente« , étant donné l’écart dans la taille des forces. « Ce sera étape par étape, reprenant les villages, un à la fois, en comptant sur les frappes aériennes aveugles pour déplacer ou forcer leurs adversaires à se rendre. »
    Idlib sera probablement le dernier grand chapitre de la guerre syrienne, qui a commencé par un soulèvement national contre Assad en mars 2011, et qui risque d’être encore plus meurtrier que tout ce qui a été vu jusqu’à présent dans une lutte qui a coûté des centaines de milliers de vies et provoqué des flux migratoires massifs déstabilisant la région et créant de graves problèmes politiques en Europe occidentale.
    3,3 millions de personnes dans la province d’Idlib
    La province compte quelque 3,3 millions d’habitants, dont la moitié environ est déplacée d’ailleurs en Syrie, et une proportion énorme dépend de l’aide humanitaire extérieure. Comme nous l’avons mentionné, il y a au moins 100.000 combattants antigouvernementaux, dont une importante fraction sont des extrémistes radicaux affiliés à al-Qaïda.
    La Russie veut détruire les factions d’Al-Qaïda
    La raison invoquée par la Russie pour déployer ses forces aériennes à l’appui d’une offensive du gouvernement syrien est de détruire les factions plus ou moins affiliées à al-Qaïda.
    Erdogan demande à Poutine et Assad de ne pas passer à l’offensive
    La Turquie, qui a une frontière longue de 100km avec la province d’Idlib, est devenue garante d’une zone de « déconfliction » à Idlib sur la base d’un accord avec la Russie et l’Iran conclu il y a un an, et a activement essayé de négocier avec les islamistes pour réduire considérablement leur profil, éliminant ainsi une excuse majeure pour une intervention militaire.
    La Turquie est l’une des principales donatrices d’aide humanitaire et accueille actuellement 3,5 millions de réfugiés sur son territoire. Elle craint qu’une offensive généralisée ne pousse des millions d’autres à sa frontière.
    « 98,8% de la population d’Idlib’ sont des civils. »
    L’envoyé spécial de l’ONU Staffan de Mistura a noté vendredi que « 98,8% des habitants d’Idlib sont des civils, et « les protéger est notre priorité absolue ».
    Lors des pourparlers au sommet de Téhéran vendredi, M. Erdogan a supplié le président russe Vladimir Poutine d’annoncer un cessez-le-feu afin de laisser plus de temps aux responsables turcs pour convaincre le HTS de se dissoudre et d’organiser une sortie pour Horas Al-Din. Mais Poutine a rejeté la demande turque et exigé que les extrémistes déposent les armes.
    Mais l’affirmation de la Russie selon laquelle elle lutte contre le  » terrorisme  » est en fait un prétexte pour éradiquer toute opposition armée contre son « client » Assad. Depuis le jour où Poutine a envoyé ses forces aériennes en Syrie, en septembre 2015, les cibles ont été principalement les forces rebelles modérées, les hôpitaux, les écoles et les habitations civiles.
    Lors des pourparlers de Téhéran, M. Poutine a reconnu que  » beaucoup de civils  » vivaient à Idlib, mais il a déclaré que les combattants des groupes terroristes qui ont fui alors que la Russie et le régime reconquièrent les territoires tenus par les rebelles près de Damas et au sud de la Syrie sont maintenant « tous à Idlib » et disposent  » d’armes en quantité « . Il a ajouté que « la tâche la plus difficile sera de les neutraliser » et que « les groupes terroristes utilisent les civils comme boucliers humains… ils le font toujours« . Il a promis que la Russie veillerait à ce qu’il y ait une voie de fuite pour les civils, mais en fait, le seul endroit où les résidents d’Idlib peuvent fuir est la Turquie.
    Jihadistes et anciens djihadistes
    La faction islamiste la plus forte à Idlib est Hayat Tahrir al-Sham (HTS). Elle affirme qu’elle n’est plus affiliée à Al-Qaïda, mais elle figure toujours sur la liste des groupes terroristes, et environ la moitié des 10.000 combattants qui la composent sont des jihadistes étrangers. Aujourd’hui, le principal affilié d’al-Qaïda est Horas Al-Din, un groupe beaucoup plus restreint de combattants qui s’est séparé de HTS et qui est maintenant enfermé dans une confrontation avec HTS.
    HTS a rejeté l’appel d’Erdogan à se dissoudre, et le seul espoir de se débarrasser pacifiquement de Horas Al-Din est de donner à ses membres une sortie sûre de la province.
    Les civils sont ciblés
    Les bombardements effectués par le régime Assad dans les villes et villages de la province d’Idlib au cours des dix derniers jours ont rarement touché des groupes terroristes. Selon Ramesh Rajasingham, un fonctionnaire du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, « en quatre jours, quatre installations médicales auraient été bombardées, ce qui a mis de nombreuses ambulances et un hôpital totalement hors service« . Dans un tweet lundi, il a rappelé aux parties en conflit de faire respecter le droit international humanitaire, indiquant que ces bombardements sont des crimes de guerre potentiels.
    La destruction d’hôpitaux et d’installations médicales a été l’une des caractéristiques du régime Assad et des tactiques russes lors de la reconquête d’Alep en 2016 et dans de nombreux autres endroits. L’objectif apparent a été d’affaiblir et de détruire les factions rebelles modérées et de semer la panique parmi les civils, qui réalisent que sans accès aux soins médicaux d’urgence, ils ont peu d’espoir de survivre aux bombes, roquettes et obus qui leur sont lancés.

    Lire la suite