Armée Arabe Syrienne (AAS) - Page 2

  • Syrie : Des jihadistes syriens soutenus par la Turquie revendiquent avoir tué un membre des forces spéciales russes dans la région d'Edleb

    Imprimer

    Des sources liées au groupe jihadiste soutenu par la Turquie, Hayat Tahrir al-Sham (anciennement la branche syrienne d'Al-Qaida), affirment que ses membres ont tué un membre des forces spéciales russes sur la ligne de contact près de Kafranbel dans le sud d'Edleb.

    Les militants affirment avoir repoussé une attaque des forces pro-gouvernementales sur place, infligeant de multiples pertes à l'armée syrienne et à ses alliés. Des photos montrant l'équipement du prétendu membre des forces spéciales russes ont été diffusées par l'aile médiatique de Hayat Tahrir al-Sham.

     

  • Syrie : Vers un bras de fer entre la Russie et la Turquie en Syrie

    Imprimer

    Moscou a intensifié les pressions sur Ankara lors du dernier cycle de négociations mercredi 16 septembre pour que les Turcs réduisent leur forte présence militaire dans la région d'Edleb.

    Selon des sources au sein de l'opposition en contact avec l'armée turque, Ankara compte plus de dix mille soldats stationnés dans des dizaines de bases dans cette région située au nord-ouest de la Syrie.

    Des témoins affirment que les bombardements intermittents des bases turques depuis les positions de l'armée syrienne se sont intensifiés au cours des deux dernières semaines. Les combattants de l'opposition affirment que l'armée syrienne et les factions armées alliées acheminent des forces sur les lignes de front.

    Selon des témoins, un convoi militaire turc composé d'au moins 15 véhicules blindés a été vu entrer en Syrie pendant la nuit par le poste frontière de Kafr Lusin pour gagner une base principale dans la campagne d'Edleb.

  • Syrie : Frappes russes dans le nord-ouest malgré le cessez-le-feu

    Imprimer

    Des avions russes ont bombardé dimanche 20 septembre le nord-ouest de la Syrie, tenu par les rebelles et les islamistes, ont déclaré des sources de l'opposition syrienne, évoquant des frappes les plus importantes depuis qu'un accord turco-russe de cessez-le-feu a mis fin aux principaux combats il y a près de six mois.

    Des témoins ont déclaré que les avions militaires avaient frappé la périphérie ouest de la ville d'Edleb et qu'il y avait eu des tirs d'artillerie lourde dans la région montagneuse de Jabal al-Zawya, au sud d'Edleb, depuis des avant-postes de l'armée syrienne situés à proximité. Il n'y a aucune information dans l'immédiat sur d'éventuelles pertes humaines.

    "Ces 30 raids sont de loin les plus importants depuis l'accord de cessez-le-feu", a déclaré Mohammed Rashid, un ancien responsable rebelle qui s'est porté volontaire pour observer le passage des avions notamment depuis la base aérienne russe dans la province côtière occidentale de Lattaquié.

    Selon d'autres centres de repérage, des avions russes Sukhoi ont frappé la région de Horsh et la ville d'Arab Said, à l'ouest de la ville d'Edleb. Des drones non identifiés ont également frappé deux villes tenues par les rebelles dans la plaine du Sahel al-Ghab, à l'ouest de la province de Hama.

    Aucun bombardement aérien à grande échelle n'avait eu lieu depuis qu'un accord conclu en mars a mis fin à une campagne de bombardement de plusieurs mois soutenue par la Russie à l'origine du déplacement de plus d'un million de personnes dans la région qui borde la Turquie.

    Moscou et l'armée syrienne n'ont pas réagi dans l'immédiat à ces informations.



  • Syrie : 36 soldats syriens et jihadistes de Daech tués dans de violents affrontements au centre de la Syrie

    Imprimer

    Des affrontements très violents entre l'armée arabe syrienne (AAS) et les jihadistes de Daech se déroulent dans la région centrale, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 19 septembre.

    Selon l'OSDH, les violents affrontements ont lieu dans le triangle Alep-Hama-Raqqa, au nord du désert de Homs. Des centaines de jihadistes et de chefs du groupe terroriste y ont trouvé refuge.

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes appuieraient les troupes syriennes dans la région centrale avec un soutien aérien rapproché.

    "Seize membres des forces du régime ont été tués au cours des derniers jours, tandis que 20 jihadistes ont été éliminés par les frappes aériennes russes et les affrontements", indique l'OSDH dans son rapport.

    L'AAS a récemment déployé d'importants renforts dans la région centrale. Certaines des unités d'élite sur les lignes de front du Grand Edleb ont été déplacées dans la région pour affronter les cellules de l'Etat islamique..

    Les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'assauts contre les forces gouvernementales dans l'est de Homs, l'est de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor au cours des derniers mois. La veille, on a retrouvé à Deir ez-Zor les corps de six membres des services qui ont été massacrés par les jihadistes.

    L'AAS et ses alliés semblent déterminés à contenir la présence croissante de l'Etat islamique dans la région centrale.

  • Syrie : Cinq combattants de la brigade palestinienne al-Quds, pro-Assad, tués par l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Samedi 19 septembre, cinq combattants de la brigade al-Quds, un groupe pro-gouvernemental palestino-syrien, ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre (IED) à Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'attaque a eu lieu dans la ville d'al-Shumaitiyah, dans le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'Etat islamique est très actif dans la région, et est probablement à l'origine de l'attentat.

    La Brigade palestinienne Al-Quds est alliée du régime de Bachar al-Assad. Cette brigade a été créée en 2013. Elle est formée des descendants de palestiniens vivant dans le camp de réfugiés de Khandarat dans la banlieue d'Alep. Le personnel du groupe est connu pour son haut niveau d'entraînement au combat. La brigade est l'une des unités les plus efficaces du côté d'Assad.

    L'agence de presse de Daech, Amaq, a annoncé le 20 septembre un second attentat à Deir Ezzor. Les jihadistes ont pris pour cible un camion de l'armée arabe syrienne (AAS) dans la banlieue de la ville de Mayadin, dans le sud de la province de Deir ez-Zor. L'attentat a fait des victimes.

    Par ailleurs, les forces de défense nationale (FDN) ont déclaré qu'un de leurs commandants de terrain, "Fayez Ghadban al-Qisum" (photo ci-dessous), a été tué alors qu'il participait à une opération de ratissage dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    EiV81VTWsAAYebo.jpeg

     

  • Syrie : Des blindés turcs endommagés par des tirs de l'armée syrienne dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Vendredi 18 septembre au matin, l'armée arabe syrienne (AAS) a pris pour cible deux blindés des forces armées turques dans la partie sud du Grand Edleb.

    Les troupes syriennes ont tiré plusieurs obus sur deux véhicules qui passaient près de la ville de Marzaf. L'attaque a été menée depuis une position dans la ville de Kafr Battikh. Selon certaines sources de l'opposition, les véhicules ont été visés par des obus d'artillerie. Cependant, des missiles guidés antichars auraient pu également être utilisés.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les véhicules blindés ont été endommagés. D'autres sources ont affirmé qu'un membre des forces turques a été blessé. Cela n'a pas encore été confirmé par le ministère turc de la défense.

    L'attaque était probablement une réponse aux récentes provocations des rebelles soutenus par la Turquie, qui violent régulièrement le cessez-le-feu dans le Grand Edleb.

    Dans le cadre de l'accord du 5 mars avec la Russie, la Turquie s'est engagée à neutraliser les rebelles radicaux dans le Grand Edleb. Mais les forces turques n'ont pas rempli cette obligation. De plus, certaines des factions de la région reçoivent toujours le soutien d'Ankara.

    Le cessez-le-feu du Grand Edleb semble être au bord de l'effondrement. Il y a deux jours, le ministre turc des affaires étrangères a révélé que les derniers pourparlers russo-turcs sur la région n'avaient pas été productifs. La raison est que la Turquie a refusé de répondre favorablement à la demande pressante de la Russie d'évacuer ses postes d'observation installés dans le nord syrien. Ce refus d'Ankara à Moscou laisse présager une nouvelle escalade militaire dans la région.

  • Syrie : Les jihadistes de l'Etat islamique massacrent six soldats syriens dans le sud de la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Les jihadistes de Daech ont massacré six soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) dans le sud de la province de Deir Ezzor, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 18 septembre.

    Selon l'OSDH, les corps des soldats ont été retrouvés à Bir Abu al-Hayaya, dans la périphérie de la ville de Mayadin.

    "Les six soldats ont été massacrés au couteau", a déclaré à l'OSDH se basant sur une source locale ayant eu connaissance de l'incident.

    L'identité des victimes et les circonstances entourant leur capture par le groupe islamiste n'ont pas été révélées par l'OSDH.

    Les jihadistes de Daech ont intensifié leurs attaques au sud et à l'ouest de la province de Deir Ezzor au cours des dernières semaines. Les jihadistes mènent leurs attaques depuis leurs caches dans le désert de Homs tout proche.

    Au début de ce mois, les forces syriennes et iraniennes ont démantelé une cellule de Daech dans la ville de Boukamal, au sud de Deir Ezzor. Les terroristes, qui étaient déguisés en personnel iranien, achetaient des provisions pour leurs camarades restés dans le désert de Homs.

    L'Etat islamique tente clairement d'étendre son influence aux zones contrôlées par le gouvernement dans la région de Deir ez-Zor et dans d'autres régions du centre de la Syrie.