ARABIE SAOUDITE - Page 5

  • Arabie: deux « terroristes » tués dans des échanges de tirs le 25 décembre

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Deux « terroristes » recherchés ont été tués lors d’échanges de tirs avec les forces de sécurité, mercredi dans l’est de l’Arabie saoudite, où se concentre la minorité chiite du pays, a indiqué la télévision d’Etat Al-Ekhbariyah.
    Ces échanges de tirs ont eu lieu lors d’une opération de sécurité dans la ville de Dammam, selon la même source, qui n’a pas précisé l’identité des deux personnes tuées.
    La province où se trouve Dammam, riche en pétrole, est le théâtre de troubles récurrents depuis 2011, année où elle a été secouée par un fort mouvement de contestation dans le sillage du Printemps arabe.
    Figure de ce mouvement, le dignitaire chiite Nimr al-Nimr, qui était un critique virulent du régime saoudien, a été exécuté en janvier 2016 pour « terrorisme ». Cette exécution avait déclenché une crise diplomatique entre l’Arabie saoudite et son grand rival régional l’Iran, à majorité chiite.
    La communauté chiite du royaume représente, selon des estimations, entre 10 et 15% des 32 millions de Saoudiens, mais le pouvoir, dirigé par une dynastie sunnite, n’a jamais publié de statistiques officielles.

    العربية السعودية @AlArabiya_KSA
     

    فيديو: عملية أمنية في شرق السعودية تسفر عن مقتل 2 من المطلوبين أمنيا

    Vidéo intégrée
    93 personnes parlent à ce sujet
     
  • Yémen : 17 civils tués dans une attaque à Saada - Les rebelles houthis accusent la France

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Une attaque sur un marché dans la province yéménite de Saada (nord) a tué 17 civils mardi, a indiqué l’ONU, déplorant la troisième attaque du genre visant cette localité en un mois. L’attaque contre le marché Al-Raqw a tué 17 civils, dont 12 migrants éthiopiens, et a blessé 12 autres personnes, selon l’ONU, qui n’a pas précisé l’origine de la frappe.
    La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, qui soutient depuis 2015 les forces loyales au gouvernement face aux rebelles houthis, soutenus par l’Iran, a reconnu mercredi avoir mené une opération aérienne dans le secteur où se trouve le marché.
    Une Equipe d’évaluation des incidents – mise en place par la coalition, qui la qualifie d’indépendante -, va enquêter sur « la possibilité de dommages collatéraux », a dit jeudi dans un communiqué le porte-parole de la coalition, Turki al-Maliki.
    Les 22 et 27 novembre, deux attaques avaient déjà frappé ce marché de Saada, bastion des rebelles houthis, tuant à chaque reprise dix civils, dont des migrants éthiopiens. Ces attaques « soulèvent des questions troublantes sur l’engagement des parties au conflit à faire respecter le droit humanitaire international », a déclaré mercredi dans un communiqué la coordinatrice humanitaire de l’ONU au Yémen, Lise Grande. « Toute attaque de ce genre est une violation flagrante ».
    Selon l’ONU, 89 civils ont été blessés ou tués depuis novembre dans des attaques visant le même marché situé à Saada.
    Les rebelles houthis accusent la France d’être impliquée dans le bombardement du marché de Saada
    Les rebelles yéménites du mouvement Ansar Allah (Husiths) ont déclaré que la France était impliquée dans le bombardement d’un marché à Saada.
     » L’activité française a fait plus de 38 morts et blessés lors du bombardement du marché d’Ar Raqw dans le district administratif de Manbah, à la frontière (avec l’Arabie saoudite), dans la province de Saada. Utiliser des armes et l’expérience française en matière d’agression est un crime et la loi française ferme les yeux en échange de ventes d’armes « , a écrit Mohammad Ali al-Houthi, membre du conseil politique supérieur d’Ansar Allah, sur Twitter.
    La guerre au Yémen a tué, selon diverses organisations humanitaires, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils, depuis 2015. Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d’assistance, selon l’ONU qui évoque régulièrement la pire crise humanitaire au monde.

  • Frontlive-Chrono – Samedi 29 et dimanche 30 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono les samedi 29 et dimanche 30 juin 2019

    Samedi 29 juin 

    • Afghanistan: Des talibans tuent 26 miliciens dans le nord de l’Afghanistan – Abonnés
    • Libye : La défense aérienne du maréchal Haftar a abattu un drone du gouvernement d’union nationale – Abonnés
    • Libye : L’armée de Haftar perd le contrôle de la ville de Gharyan (sud de Tripoli) – Des soldats blessés exécutés dans l’hôpital de Gharyan – Abonnés
    • USA-Iran : Washington déploie des avions furtifs F-22 au Qatar – Abonnés

    Dimanche 30 juin

    • Afghanistan : Les combats font rage dans tout le pays alors que les pourparlers de paix se poursuivent – Abonnés
    • Algérie : arrestation d’un célèbre vétéran de la guerre d’indépendance – Abonnés
    • Arabie saoudite: Interception de deux drones des chiites yéménites Houthi – Abonnés
    • Bahreïn : une cour annule la déchéance de nationalité de 92 chiites – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Mercredi 26 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 26 juin 2019

    • Afghanistan : 2 soldats américains tués dans une embuscade des talibans – Abonnés
    • Afghanistan : Les talibans ont tué au moins 26 membres des forces de sécurité afghanes lors d’une série d’attaques dans quatre provinces – Abonnés
    • Arabie saoudite: Les rebelles chiites houthis du Yémen ont attaqué des positions militaires saoudiennes – Abonnés
    • Egypte : Série d’attaques terroristes dans le Sinaï, sept policiers tués – Abonnés
    • Irak : Une bombe vise la police de Kirkouk après l’arrestation d’un » leader » de l’Etat islamique (Daech) dans la région – Abonnés
    • Irak: Indonésienne condamnée à 15 ans de prison pour avoir rejoint Daech – Abonnés
    • Liban: Un terroriste présumé arrêté lors d’une descente de l’armée à Ersal – Abonnés
    • Libye: Violents affrontements entre les forces du gouvernement d’Union et les forces de Haftar au sud de Tripoli – Abonnés
    • Russie : le FSB annonce la mise en échec d’une attaque terroriste à Saratov – Abonnés
    • Singapour: Arrestations de partisans de Daech – Abonnés
    • Syrie : un soldat turc tué, cinq blessés par des tirs kurdes – Abonnés
    • Syrie: Le général syrien Suheil al-Hassan exaspère la Russie – Abonnés
    • Syrie: huit civils dont deux secouristes tués dans des raids du régime – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Lundi 24 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono du lundi 24 juin 2019

    • Arabie saoudite : Les Houthis ont attaqué l’aéroport d’Abah – un civil syrien tué – Abonnés
    • Belgique : arrestation d’un homme suspecté de préparer un attentat contre l’ambassade des USA – Abonnés
    • Belgique : Une « revenante » de Daech libérée par le tribunal de Bruges – Abonnés
    • Burkina Faso : 15 morts dans deux attaques de jihadistes dans le nord – Abonnés
    • Etats-Unis – Iran: Donald Trump annonce des sanctions « dures » visant le Guide suprême – Abonnés
    • Yémen : 30 000 soldats soudanais combattent au Yémen : Officiel – Abonnés
  • Etat islamique: Les jeunes femmes, nouvelle cible de la propagande de l’EI, selon Europol

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Le jihadisme accorde désormais plus d’importance au rôle des jeunes femmes nées autour des années 2000, qui constituent la nouvelle cible de la propagande du groupe Etat islamique (EI), a déclaré vendredi Europol.
    L’agence européenne de coopération entre les polices criminelles, basée à La Haye, a dressé lors de la publication d’un rapport un portrait robot des femmes visées par la communication du groupe Etat islamique, à la recherche de recrues après la chute en mars de son dernier bastion.
    Nous parlons en particulier de millénaires », a déclaré Manuel Navarette, directeur du Centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC, selon son acronyme en anglais) d’Europol.
    « La propagande de l’EI est axée sur les femmes âgées de 16 à 25 ans, un groupe plus vulnérable à ces activités et qui ont accès aux réseaux sociaux. L’Etat islamique s’est adapté à la nouvelle cible », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.
    Très présent sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux, l’EI cible particulièrement les jeunes femmes. Au fil des années, celles-ci ont obtenu au sein du groupe un rôle bien plus « offensif » que « défensif », comme cela était davantage le cas dans les groupes jihadistes avant l’apparition de l’EI.
    Les femmes ont obtenu un rôle bien plus actif, tout en gardant la responsabilité de la tenue du foyer, de la garde des enfants et du bien-être des époux, indique le rapport.
    Lorsque l’EI a commencé à perdre du terrain, l’organisation « a commencé à demander aux femmes de prendre un rôle différent, d’assister en tant que médecin ou d’une manière différente, pas seulement en tant que femme au foyer traditionnelle », a expliqué M. Navarette.
    Suite à la chute en mars du « califat » de l’EI, le groupe est resté actif dans plusieurs pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie, et continue d’être présent sur internet.
    « L’inquiétude est que cette implication accrue des femmes puisse ouvrir la voie à des changements potentiellement majeurs », souligne le rapport d’Europol, notant une hausse notamment en France et au Royaume-Uni des arrestations de femmes « liées à des activités de terrorisme ».
    La communauté internationale est confrontée au casse-tête du rapatriement de quelque 4.000 femmes et 8.000 enfants de combattants capturés ou tués en Syrie et en Irak.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 15 juin 2019

    • Kenya : 10 policiers kenyans tués dans une explosion près de la Somalie – Abonnés
    • Libye : L’Armée Nationale Libyenne du maréchal Haftar tue 12 militants Daech dans le sud du pays – Abonnés
    • Somalie : au moins huit morts dans l’explosion de deux voitures piégées dans différentes parties de Mogadiscio – Abonnés
    • Somalie : Neuf civils tués dans une attaque de représailles – Abonnés
    • Syrie: 35 combattants et 10 civils tués dans le nord-ouest – Abonnés
    • Syrie: Explosion dans une zone militaire à Damas – Abonnés
    • Yémen : La Coalition arabe bombarde des positions des Houthi à Sanaa – Abonnés
  • La Suède expulse un prêcheur musulman irakien

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

    La Suède va expulser trois ressortissants étrangers, dont un imam irakien et son fils, soupçonnés de jouer un rôle de premier plan au sein de la mouvance islamiste, a annoncé mercredi l’Office suédois des migrations cité par plusieurs médias.
    Abou Raad, l’imam de la mosquée de Gävle (est), avait été arrêté fin avril par des agents en civil de la Säpo, chargée du contre-terrorisme. Il en avait été de même pour son fils.
    Selon la radio publique Sveriges Radio, la troisième personne est un imam d’Umeå (nord).
    Une demande d’expulsion a ensuite été transmise à l’Office des migrations qui y a donné mardi une suite favorable et a confirmé l’information mercredi.
    De son vrai nom Riyad Abdulkarim Jassim, le prêcheur irakien, âgé de 53 ans, est depuis plusieurs années dans le viseur des autorités en raison de son influence supposée sur les milieux salafistes.
    En 2014, il avait fait paraître sur sa page Facebook un message saluant la conquête de Mossoul, dans le nord de l’Irak, par le groupe Etat islamique (EI), selon le quotidien Expressen.
    Son expulsion a été prononcée en vertu d’une loi permettant la reconduite des ressortissants étrangers à la frontière s’ils représentent une menace « pour la sécurité du pays » ou sont jugés susceptibles de « commettre un acte terroriste ou d’y participer ».
    La décision peut faire l’objet d’un pourvoi en appel et, si elle est cassée, les autorités peuvent soumettre les personnes concernées à un contrôle judiciaire strict.
    Selon les médias suédois, Abou Raad et sa famille ont fui l’Irak en 1991. Après un séjour en Arabie saoudite, lui et son fils ont obtenu un titre de résidence en Suède en 1998, mais se sont toujours vu refuser la nationalité suédoise.
    La Säpo, qui s’exprime généralement peu sur le sujet, s’alarmait mardi dans un communiqué de la montée de l’extrémisme religieux dans ce royaume scandinave.
    « Le nombre des individus évoluant dans les milieux extrémistes prônant la violence est passé de plusieurs centaines à plusieurs milliers ces dernières années », assure-t-elle.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 12 juin 2019

    • Arabie saoudite: 26 civils blessés dans une attaque des rebelles yéménites contre un aéroport – Abonnés
    • Cameroun: 37 morts après des attaques de Boko Haram – Abonnés
    • La Suède expulse un prêcheur musulman irakien – Free access
    • Syrie: la défense antiaérienne tire sur des « missiles » israéliens – Abonnés
    • Syrie : Des sources pro-gouvernementales annoncent un nouveau cessez-le-feu dans le nord de Hama – Abonnés