ARABIE SAOUDITE - Page 3

  • Arabie saoudite : pas de normalisation avec Israël sans paix avec les Palestiniens

    Imprimer

    Arabie saoudite : pas de normalisation avec Israël sans paix avec les Palestiniens
    Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal, a exclu mercredi que son pays suive l'exemple des Emirats arabes unis en nouant des relations diplomatiques avec Israël, en l'absence de paix avec les Palestiniens.

    Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré lors d'une conférence de presse avec son homologue allemand Heiko Maas à Berlin: "Le Royaume d'Arabie saoudite affirme son engagement en faveur de la paix en tant que choix stratégique et sa dépendance aux initiatives de paix arabes et aux décisions de légitimité internationale".

    "Il doit y avoir une paix entre Israël et les Palestiniens, s'appuyant sur des bases internationales reconnues" en faveur de la création d'un Etat palestinien
    "Lorsque cela se produit, tout est possible", a-t-il ajouté.

    L'accord annoncé la semaine dernière entre Israël et les Émirats arabes unis est le troisième du genre conclu par Israël avec un pays arabe, après l'Égypte et la Jordanie, et renforce la possibilité de conclure des accords similaires avec d'autres États du Golfe.

    C'est la première réaction de Riyad à l'accord.

    "Le royaume envisage toute mesure unilatérale israélienne d'annexion des territoires palestiniens qui sape la solution à deux États", a précisé le ministre saoudien des Affaires étrangères.

    Le ministre a expliqué: «À cet égard, nous nous félicitons de toute initiative qui empêche ces mesures unilatérales».

    En vertu de cet accord, Israël s'est engagé à suspendre son plan d'annexion des terres palestiniennes, dans une concession qui a été bien accueillie par l'Europe et certains gouvernements arabes, qui ont vu qu'elle renforcerait les espoirs de paix dans la région.

    Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a souligné que son gouvernement n'abandonnerait pas les projets d'annexion de la vallée du Jourdain et des colonies juives à travers la Cisjordanie occupée.

    L'Arabie saoudite a parrainé une initiative visant à résoudre le conflit israélo-palestinien lancé en 2002, appelant Israël à se retirer des territoires palestiniens qu'il occupait en 1967 en échange de la paix et de la normalisation complète des relations avec les pays arabe

  • Arabie saoudite : Correction des fiches de personnalités saoudiennes

    Imprimer

    (Par Najat Louhichi)

    - Adel ben Ahmed Al-Jubeir, est désormais, ministre d’État pour les affaires étrangères)

    - Le Prince Faisal Ben Farhan Al-Saoud est l'actuel ministre des AE

    - Badr ben Abdullah ben Mohammed Al Farhan al-Saud : Ministre de la culture:

    - Al-Shabana Turki, ministre des médias

    - Majid Al-qasabi est l'’actuel Ministre désigné de l’information

    - Ali al-Naimi, ministre du pétrole (à la retraite depuis des années)

    - Prince Abdulaziz Ben Salman BAA est l'actuel ministre de l’énergie:

    - Khalid Al-Faleh, ministre de l’investissement

    - Faisal Ben Bandar Ben Abdulaziz : gouverneur de Riyad

    - Moutaib ou Mitib Ben Abdallah

    - Prince Turki Ben Fayçal Al Saoud

    - Thamer Al-Sabhan, ministre d'État chargé des affaires du Golfe

  • Arabie saoudite : Interception d'un missile balistique lancé par les rebelles yéménites houthi

    Imprimer

    Un missile balistique lancé par les rebelles chiites yéménites Houthi visant l'Arabie Saoudite a été intercepté et détruit, a déclaré dimanche la coalition arabe.

    Le missile, qui visait à attaquer des cibles civiles dans la région sud du Royaume, a été détruit dimanche après-midi.

    Jeudi, un drone armé des Houthi et deux missiles balistiques lancés vers Khamis Mushait avaient également été interceptés.

  • Yémen : Ansar Allah, le bras armé des chiites Houthis avance sur les positions des forces saoudiennes dans les régions de Najran, Marib et Bayda

    Imprimer

    La milice des Houthis, Ansar Allah, a développé ses opérations offensives contre les forces saoudiennes dans le centre du Yémen et le long de la frontière yéméno-saoudienne. Des combats intenses ont été signalés dans les provinces de Najran (Arabie saoudite), Marib et Bayda. La branche médiatique d'Ansar Allah a également publié une vidéo montrant l'attaque contre les forces saoudiennes à Najran.

  • Yémen : Les séparatistes sudistes renoncent à leur autonomie

    Imprimer

    Les séparatistes du sud du Yémen ont annoncé mercredi renoncer à leur autonomie et se sont dit prêts à mettre en oeuvre l'accord de Riyad, qui prévoit un partage du pouvoir dans le sud entre le gouvernement et eux.
    Le Conseil de transition du sud (STC) "annonce qu'il renonce à sa déclaration d'autonomie" afin de permettre la mise en place de l'accord de Riyad, a écrit sur Twitter le porte-parole du STC, Nizar Haitham, évoquant le rôle joué par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.
    Le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite et le Conseil de transition du Sud soutenu par les Émirats arabes unis sont en théorie des alliés dans la lutte contre les rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran. Cependant, cette alliance était extrêmement volatile.
    Les séparatistes sudistes ont capturé Aden une première fois en janvier 2018 et une deuxième fois en août 2019. Les tentatives de résolution du conflit ont conduit à la signature des accords de Riyad, qui prévoyaient la création d'organes gouvernementaux unifiés.
    L'Arabie saoudite a confirmé avoir proposé un plan pour "accélérer" la mise en oeuvre de l'accord de Riyad de 2019, a commenté l'agence de presse officielle saoudienne. Le plan prévoit que le Premier ministre yéménite forme un nouveau gouvernement d'ici à 30 jours, ainsi que la nomination d'un nouveau gouverneur à Aden, la capitale du sud, où sont basés les séparatistes.
    Les efforts de l'Arabie saoudite "ont conduit le gouvernement yéménite et le Conseil de transition du sud à accepter le mécanisme proposé pour mettre en oeuvre l'accord de Riyad", s'est félicité le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, sur Twitter. L'obtention de ce consensus "montre qu'il est possible de résoudre les dissensions au Yémen à travers le dialogue, sans recours à la force", a ajouté le prince saoudien.
    Guerre dans la guerre
    Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, exilé en Arabie saoudite, avait exhorté fin juin les séparatistes à "mettre fin à l'effusion de sang" et à respecter un accord de partage du pouvoir, lors de sa première prise de parole depuis leur déclaration d'autonomie du sud en avril.
    Le conflit entre le gouvernement et les séparatistes du STC, en principe alliés contre les rebelles houthis, représentait une guerre dans la guerre au Yémen.
    L'accord dit "de Riyad" a été signé en novembre 2019 et prévoit un partage du pouvoir dans le sud du Yémen entre le gouvernement et les séparatistes. Mais ses dispositions n'ont quasiment pas été mises en place et ont vite été caduques.
    Fin juin, la coalition militaire menée par Riyad au Yémen avait déployé des observateurs saoudiens pour surveiller un cessez-le-feu décrété entre les forces pro-gouvernementales, qu'elle soutient, et les combattants séparatistes, après des accrochages dans le Sud.
    Cette guerre dans la guerre a rendu encore plus complexe un conflit qui, en cinq ans, a fait des dizaines de milliers de morts et provoqué, selon l'ONU, la pire crise humanitaire en cours dans le monde au Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique.
    L'insécurité alimentaire aiguë devrait fortement augmenter dans le sud du Yémen, pays ravagé par la guerre, en raison d'une combinaison de facteurs qui ont été exacerbés par la maladie de Covid-19, selon un rapport de plusieurs agences de l'ONU publié il y a quelques jours. Selon ce document, qui ne couvre que les régions du sud du Yémen, le nombre de personnes "confrontées à des niveaux élevés d'insécurité alimentaire aiguë" devrait passer de 2 millions en février-avril à 3,2 millions en juillet-décembre, soit une augmentation de 60%.

     

  • L'Arabie saoudite classe six noms sur la liste des financiers du terrorisme

    Imprimer

    Mercredi 15 juillet, le Royaume d'Arabie saoudite a inscrit plusieurs sociétés et des noms sur la liste du financement du terrorisme. 3 sociétés de change en Turquie, en Syrie et d'autres personnalités liées à l'Etat islamique ont été enregistrées sur cette liste.
    La Présidence de la sécurité d'État du Royaume, en coopération avec les 6 pays du centre de ciblage du financement du terrorisme, a inclus 3 sociétés de change en Turquie et en Syrie sur la liste du terrorisme pour le transfert de fonds à l'Etat islamique. Il s'agit des sociétés «Haram et Al Khaldi» en Turquie et en Syrie, ainsi que la société «Tawasul», Organisation de soins sociaux de Najat.
    L'organisation sociale Najat sert de façade pour transférer de l'argent à l'Etat islamique et soutenir ses activités, ainsi que Saeed Habib Khan, le directeur de l'organisation en Afghanistan.
    Abd al-Rahman Ali al-Ahmad al-Rawi a également été inscrit sur la liste pour transfert d'argent à l'organisation terroriste.

    Lien permanent Catégories : ARABIE SAOUDITE, ÉTAT ISLAMIQUE 0 commentaire
  • Yémen : Les rebelles chiites Houthis revendiquent une attaque contre une compagnie pétrolière saoudienne

    Imprimer

    Les rebelles chiites Houthis du Yémen affirment avoir frappé des bases militaires et des installations pétrolières situées dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite dans la nuit du 12 au 13 juillet. Le commandement de la coalition sunnite a affirmé plus tôt que l'attaque avait été déjouée.
    "Nos missiles balistiques et nos drones ont détruit plusieurs bases militaires et installations de la coalition dans les provinces de Jizan, Asir et Najran. Des dizaines de soldats ont été tués et blessés. Une gigantesque installation pétrolière a également été détruite à Jizan", a déclaré un porte-parole des Houthis, Yahya Sari.
    Selon lui, l'attaque de cibles dans le sud du royaume fait partie d'une opération de grande envergure menée par «l'armée yéménite». Il a promis de fournir des détails sur l'opération ultérieurement.
    L'Arabie saoudite avait précédemment rapporté qu'un système de défense aérienne avait intercepté quatre missiles balistiques et un certain nombre de véhicules aériens sans pilote lancés par des Houthis à travers le royaume depuis la capitale du Yémen, Sanaa.
    "La milice terroriste a délibérément mis le cap sur l'escalade du conflit. Elle cible les civils et les infrastructures civiles à l'aide de missiles et d'UAV", a déclaré le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malki.