- Page 2

  • Algérie : 18 manifestants écroués pour avoir manifesté avec un drapeau berbère

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Dix-huit manifestants algériens ont été écroués dimanche pour « atteinte à l’unité nationale », deux jours après avoir été interpellés en possession d’un drapeau berbère lors d’un rassemblement contre le régime, où seul les drapeaux algériens sont désormais autorisés, ont indiqué leurs avocats.
    Treize manifestants ont été incarcérés après avoir été entendus par un juge d’instruction du tribunal de Sidi Mhamed, dans le centre d’Alger, a indiqué à l’AFP l’avocat et défenseur des droits humains Me Noureddine Benissad.
    Cinq autres manifestants ont été incarcérés après leur audition par un juge d’instruction du tribunal de Bab El Oued, quartier populaire d’Alger, selon un de leurs avocats, Me Karim Heddar.
    Tous sont poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale », ont précisé les deux avocats, un délit pour lequel ils encourent dix ans d’emprisonnement.
    Ces poursuites « n’ont aucun fondement légal », a dénoncé Me Benissad.
    D’après la télévision officielle, un juge d’instruction du tribunal de Béjaïa (nord) a ordonné le placement en détention préventive d’un autre manifestant poursuivi pour « avoir déchiré le drapeau algérien ».
    Les 18 protestataires écroués avaient été interpellés vendredi lorsque « les forces de police saisissaient les emblèmes en possession des manifestants autres que le drapeau national », selon la télévision officielle.
    Des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le tribunal de Sidi Mhamed durant l’audition des manifestants, aux cris de « Y’en a marre de ce pouvoir, y’en a marre des généraux », a constaté un journaliste de l’AFP.
    « Le seul tort de ces manifestants est d’avoir brandi l’emblème de l’identité amazighe », a fustigé Said Ouhams, venu protester devant le tribunal.
    Malgré les avertissements du chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, qui avait prévenu que seules les couleurs nationales seraient désormais autorisées dans les cortèges, de très nombreux drapeaux berbères sont apparus vendredi lors des manifestations à Alger, à côté des drapeaux algériens.
    Homme fort du pays depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika le 2 avril, le général Gaïd Salah avait averti mercredi que les forces de l’ordre avaient reçu des consignes afin de s’assurer qu’aucun autre drapeau que « l’emblème national » ne serait brandi dans les manifestations.
    Même s’il ne l’a pas cité nommément, les Algériens ont compris qu’il visait le drapeau de la minorité berbère, dont les revendications identitaires, longtemps ignorées voire réprimées par les autorités, est un sujet extrêmement sensible en Algérie.
    Après avoir obtenu le départ de M. Bouteflika, les manifestants réclament désormais celui de tous ses anciens fidèles encore aux commandes, et refusent que soit mise en avant toute autre revendication, notamment identitaire.

  • Frontlive-Chrono – dimanche 23 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono, dimanche 23 juin 2019

    • Algérie : 18 manifestants écroués pour avoir manifesté avec un drapeau berbère – Lecture libre
    • Etats-Unis :  » le deal du siècle » pour un règlement entre Israël et l’Autorité palestinienne – Abonnés
    • États-Unis – Iran : Les États-Unis lancent une cyberguerre contre l’Iran  Abonnés
    • Éthiopie: Le chef d’état-major de l’armée a été assassiné – Abonnés
    • Maroc: Des milliers de manifestants au Maroc contre le « congrès de la honte » à Bahreïn – Abonnés
    • Nigeria: Une quarantaine de jihadistes tués sur une île du lac Tchad – Abonnés
    • Turquie : le candidat d’Erdogan concède sa défaite à l’élection d’Istanbul – Abonnés

     

    Lien permanent Catégories : FRONTLIVE-CHRONO 0 commentaire
  • Frontlive-Chrono – Samedi 22 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles parus sur Frontlive-Chrono le samedi 22 juin 2019

    • Egypte : Des terroristes ont ouvert le feu sur un groupe de travailleurs à l’aéroport d’El-Arish – Abonnés
    • Etats-Unis – Iran : Trump et l’Iran continuent de se menacer l’un l’autre : « L’action militaire est encore une option, ce serait une destruction sans précédent » – Abonnés
    • Irak : les États-Unis évacuent 400 contractuels de la défense – Abonnés
    • Kenya : des islamistes al-Shebab tués alors qu’ils attaquaient une base de la police kenyane – Abonnés
    • Soudan : la contestation rencontre le médiateur éthiopien pour discuter transition – Abonnés
    Lien permanent Catégories : FRONTLIVE-CHRONO 0 commentaire
  • L’Iran dit s’être abstenu d’abattre un avion de l’US Navy avec 35 personnes à bord

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Amir-Ali Hadjizade.jpgL’Iran s’est abstenu d’abattre un avion américain de patrouille maritime avec 35 personnes à son bord qui accompagnait le drone détruit jeudi en vol dans le Golfe, a déclaré vendredi un commandant du corps des gardiens de la Révolution.
    Cité par l’agence de presse Tasnim, Amir-Ali Hajizadeh, qui dirige la division aérospatiale de ce corps d’élite des forces militaires iraniennes, ajoute que cet avion P-8 avait lui aussi pénétré l’espace aérien iranien. « Nous aurions pu l’abattre, nous ne l’avons pas fait », a-t-il dit.
    Réagissant jeudi à la destruction du drone de l’US Navy, Donald Trump avait souligné que la situation aurait été « bien différente » si l’appareil détruit en vol avait eu un équipage à son bord.
    Les risques d’une confrontation directe entre Washington et Téhéran, qui montent depuis des semaines, se sont exacerbés après la destruction de ce drone.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 21 juin 2019

    • Irak : Une dizaine de morts dans un attentat suicide contre une mosquée à Bagdad – Abonnés
    • L’Iran dit s’être abstenu d’abattre un avion de l’US Navy avec 35 personnes à bord – Accès libre
    • U.S.A. – Iran: Donald Trump avait approuvé les frappes aériennes contre l’Iran, mais l’attaque a été annulée – Abonnés
    • U.S.A. – Iran : l’Iran a été averti par Trump, via Oman, de l’imminence d’une attaque – Abonnés

     

  • Inde : Un changement de stratégie de Daech pourrait menacer l’Inde et le Sri Lanka, préviennent les renseignements

    Imprimer

    L’Inde et le Sri Lanka risquent d’être menacés par les jihadistes de l’Etat islamique qui se tournent vers la région de l’océan Indien après leur défaite en Syrie et en Irak, ont averti les services de renseignement.
    Trois rapports envoyés par les services de renseignement de l’État à des officiers de police de haut rang laissent entendre qu’une telle menace est possible. « Après la perte de territoires en Irak et en Syrie, Daech exhorte ses militants à mener des actions terroristes dans leurs pays respectifs « , explique les services.
    Une autre lettre diffusée il y a moins d’une quinzaine de jours cite des informations fournies par les services de renseignement selon lesquelles « des installations clés à Kochi, la ville la plus peuplée de l’Etat de Kerala, parmi lesquelles un centre commercial de premier plan, pourraient devenir des cibles de Daech ». Le document poursuit en citant une augmentation de la cyberactivité liée à l’Etat islamique dans le pays, ce qui pourrait être le signe avant-coureur d’attentats à venir.
    De hauts responsables ont cité le Kerala, le Tamil Nadu, l’Andhra Pradesh et le Cachemire comme les États les plus vulnérables à l’influence de l’Etat islamique dans le pays. Alors que le réseau crypté Telegram était jusqu’à présent le mode de communication préféré des militants de l’Etat islamique , la crainte d’être repérés les a maintenant forcés à utiliser d’autres applications sécurisées telles que Chatsecure, Signal et SilentText, explique l’un des rapports.
    Selon un officier de police supérieur, au moins 100 personnes auraient rejoint Daech en provenance du Kerala au cours des dernières années. Environ 3 000 autres auraient été « déradicalisés » dans 21 centres de déradicalisation dans tout l’État du sud et sont maintenant sous surveillance, a-t-il dit, ajoutant que la plupart de ces suspects viennent du nord du Kerala.
    Les chefs de police de district ont reçu l’ordre de renforcer la sécurité intérieure tandis. A cet effet, 10 à 12 pièges ont été mis en place sur les réseaux sociaux pour identifier les personnes radicalisées au Kerala. Une trentaine de personnes liées à divers groupes sont passées sous le scanner depuis que des explosions coordonnées ont tué plus de 250 personnes au Sri Lanka le 21 avril, a confirmé un haut responsable de la police.
    La côte du Kerala est en état d’alerte depuis la fin mai pour empêcher l’entrée de membres de l’Etat islamique en provenance du Sri Lanka.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 20 juin 2019

    • Arabie saoudite: une usine de dessalement visée par un missile de croisière tiré par les rebelles yéménites – Abonnés
    • Inde : Un changement de stratégie de Daech pourrait menacer l’Inde et le Sri Lanka, préviennent les renseignements – Lecture libre
    • L’Iran a abattu un drone américain au-dessus du détroit d’Ormuz, confirme un responsable US – Abonnés
    • Niger: 18 combattants de l’Etat islamique tués lors d’une opération conjointe Niger-France-USA – Abonnés
    • Syrie: Combats dans le nord-ouest – lourd bilan – Abonnés

     

  • IRAK : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARDLE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)

    Une roquette Katyusha a frappé le quartier général résidentiel et opérationnel de la société pétrolière ExxonMobil sur le site de Burjesia, près de la ville de Bassorah, dans le sud de l’Irak, tôt mercredi 19 juin. L’armée irakienne a rapporté que trois personnes avaient été blessées par l’explosion. A noter que les sociétés pétrolières Shell et Eni sont également présentes sur le site
    La fusée Katyusha était de courte portée et a atterri à 100 mètres de la partie du site servant de centre résidentiel et opérationnel.
    ExxonMobil a aussitôt annoncé son intention d’évacuer 20 de ses employés étrangers après l’attaque.
    Il n’y a pas eu de revendication immédiate de responsabilité.
    Les responsables irakiens ont déclaré que les opérations pétrolières dans le sud de l’Irak, y compris les exportations, n’étaient pas affectées par l’attaque au missile.
    ExxonMobil est le contractant principal d’un accord à long terme avec l’Iraqi South Oil Company pour développer le champ pétrolier.
    Conséquences de l’extrême tension régnant entre les Etats-Unis et l’Iran
    L’attaque à la roquette est survenue après deux attaques distinctes en autant de jours sur des bases abritant l’armée américaine en Irak, note Reuters.
    Les États-Unis avaient ordonné aux  » employés du gouvernement qui ne sont pas en situation d’urgence  » de quitter l’Irak en mai.  L’ordre d’évacuation a été donné après que les forces de sécurité irakiennes eurent averti que le personnel étranger pourrait être la cible d’enlèvements par des milices pro-iraniennes alors que les tensions américano-iraniennes s’intensifient. Le 18 mai, ExxonMobil avait retiré tous ses employés étrangers du champ pétrolifère West Qurna 1 (Irak) pour les emmener à Dubaï.
    Rappelons que l’administration Trump vient d’envoyer 1 000 soldats supplémentaires au Moyen-Orient et accuse l’Iran d’avoir attaqué des pétroliers dans le Golfe.
    Production pétrolière de l’Irak
    La capacité de production pétrolière de l’Iraq est d’environ 4,7 millions de barils par jour, mais le pays produit actuellement entre 4,4 et 4,5 millions de barils par jour en vertu d’un accord avec l’OPEP visant à réduire la production pétrolière.
    Les recettes pétrolières de l’Irak représentent environ 95 % des revenus du pays.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 19 juin 2019

    • Etat islamique: « Séparer les mères de l’Etat islamique de leurs enfants » – Un docteur kurde dénonce avec force les femmes du califat – Abonnés
    • Irak : Une roquette Katyusha vise le complexe pétrolier ExxonMobil à Bassorah – Accès libre
    • Irak : Les bases américaines visées par des attaques à la roquette – Abonnés
    • Libye: raid contre l’entrepôt d’une compagnie pétrolière, 3 blessés – Abonnés
    • Niger: deux policiers tués lors d’une attaque inédite aux portes de Niamey – Abonnés
  • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien)nlNederlands (Néerlandais)

    Les forces de sécurité intérieure libanaises ont arrêté deux Syriens soupçonnés d’avoir des liens avec l’État islamique et de planifier des attentats à la bombe contre des églises et d’attaquer des femmes chrétiennes.
    C’est ce qu’a rapporté, lundi 17 juin, les forces de sécurité intérieure libanaises dans un communiqué de presse.
    « Dans le cadre des opérations de sécurité préventive menées par la Division de l’information sur la surveillance des activités des cellules terroristes, en particulier celles associées au groupe terroriste de l’État islamique, la Division a pu surveiller et identifier un résident du Sud-Liban qui a diffusé l’idéologie de l’Etat islamique sur les médias sociaux et recruté des personnes pour son propre compte », dit-elle.
    Le suspect a été identifié comme étant Z.M., un citoyen syrien vivant dans la ville de Yater, au sud du Liban. Au cours de l’enquête, l’homme a avoué avoir eu des liens avec l’Etat islamique et avoir fait la promotion de son idéologie par une série de canaux et d’applications en ligne. Il a également admis qu’il avait des liens avec des personnes à l’extérieur du Liban qui l’ont aidé à créer des pages de réseautage social pour promouvoir l’idéologie de l’Etat islamique.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mardi 18 juin 2019

    • Etats-Unis: Tensions avec l’Iran: Washington envoie 1.000 militaires de plus au Moyen-Orient – Abonnés
    • Irak : une base militaire américaine a essuyé des tirs dans la région de Bagdad – Abonnés
    • Liban, deux Syriens arrêtés alors qu’ils planifiaient des attaques contre des églises et des femmes chrétiennes – Lecture libre
    • Maroc : une cellule liée à l’Etat islamique démantelée, cinq arrestations – Abonnés
    • Syrie : au moins 45 combattants tués dans des affrontements – Abonnés