- Page 5

  • Gaza – 11 août 2014 – 34ème jour de guerre

    Imprimer

    34ème jour de guerre à Gaza
    Le conflit entre Gaza et Israël est parvenu à son 34ème jour ce dimanche 10 août, dépassant d’un jour le conflit entre Israël et le Hezbollah de 2006. Les Palestiniens du Hamas et du Jihad islamique pourront s’enorgueillir d’avoir résisté un jour de plus que le Hezbollah chiite qu’ils ne portent pas particulièrement dans leur cœur !

    Tirs sur Tel-Aviv juste avant le cessez-le-feu
    A 23h54, le dimanche 10 Août, quelques minutes avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, le 10 août à minuit, les militants palestiniens ont tiré des missiles sur Tel-Aviv.
    Les Brigades Ezzedine al-Qassam (l’aile militaire du Hamas) ont revendiqué les tirs sur Tel-Aviv précisant que les missiles utilisés étaient de M-75.  Les autorités israéliennes ont confirmé la chute d’un missile à Gush Dan mais celui-ci a explosé dans un terrain vague sans faire ni victimes ni dégâts.
    Le tir sur Tel-Aviv a été précédé par des tirs intensifs de roquettes sur Ashdod, Kiryat Malachi, Beer Tuvia, la zone d’Eshkol, Hof Ashkelon, Récab. Les Palestiniens ont clairement cherché à démontrer la capacité de combat de leurs unités de missiles à la veille de l'entrée en vigueur de l'accord de cessez-le feu.

    70 roquettes ont été tirées le 10 août
    Au total, 70 roquettes ont été tirées en direction d’Israël par les Palestiniens le 10 août 2014. 55 d'entre elles sont tombées en territoire israélien, 12 ont été abattues par le système de défense antimissile "Iron Dome". Il n’y a pas eu de victimes mais quelques dégâts.
     
    Les Israéliens ont visé des dizaines de cibles le 10 août
    Les Forces de défense israéliennes ont attaqué des dizaines de cibles dans la journée du 10 août. Ces attaques ont fait plusieurs tués et blessés à Gaza.  Faraj Abou Rabi, un activiste du Hamas chargé de la construction de tunnels, aurait été tué au cours d’un raid aérien selon des informations fournies par le service de presse israélien.

    Israël est prêt à quelques concessions
    Israël serait prêt à réduire la zone de sécurité à l'intérieur de la bande de Gaza de 200 mètres.
    L’Etat hébreu serait prêt à permettre aux Palestiniens de Gaza d’avoir un port à l’avenir en échange de la  démilitarisation du territoire – mais pas un aéroport.
    Ces concessions n’ont pas encore été mises  sur la table, mais pourraient faire partie d'un accord futur en échange d’un désarmement du Hamas et d’un cessez-le-feu permanent.
    Les services de renseignement égyptien et israélien ont toutes les raisons de présumer que l'insaisissable Muhammed Deif, le commandant de l'aile militaire du Hamas et le véritable décideur d’un éventuel cessez-le-feu avec Israël, aurait décidé que le moment est venu  de mettre fin aux hostilités avec Israël.
    Mais si le Hamas considère qu’il n’a rien obtenu des Israéliens alors ce septième cessez-le-feu se terminera comme les précédents par une reprise des combats.

    Le Caire aurait un comportement ambigu
    Le Caire aurait envoyé un message secret à Jérusalem, le samedi soir 9 août. Dans ce message, l'Egypte informait les Israéliens « qu’elle n’avait pu amener le Hamas à accepter un compromis parce qu’Israël et l'armée israélienne ne l’avaient pas frappé assez fort. » Par conséquent, il était inutile d'envoyer des émissaires d'Israël vers la capitale égyptienne pour des négociations sur un cessez-le feu durable car les dirigeants du Hamas, et surtout ceux des Brigades Ezzedine al-Qassam étaient toujours déterminés à poursuivre le combat jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, à savoir la fin du blocus de Gaza.

    Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • 11 août 2014 – Les guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Irak

    Toujours l’impasse politique
    Dimanche 10 août, le Parlement irakien ne s’est toujours pas mis d’accord, malgré l’urgence et les pressions internationales, sur le choix d’un nouveau premier ministre et a fixé la prochaine session au  19 Août.
    "Il ne peut y avoir aucune explication pour ce retard", a déclaré Ammar Toma, un député chiite. "Il ya des questions importantes sur la table: la situation sécuritaire et les personnes déplacées."
    L'Assemblée législative irakienne, élue le 30 Avril, a échoué pendant des semaines à se mettre d’accord sur le choix d’un nouveau premier ministre malgré l'offensive des Jihadistes sunnites. Ces dernières semaines, elle a pourtant réussi à trouver un consensus pour choisir un nouveau président du Parlement parmi la communauté sunnite et un président appartenant à la communauté kurde, mais les partis se disputent toujours sur le choix d'un Premier ministre chiite, Nouri al-Maliki, le premier ministre actuel, très contesté, se battant pour conserver le pouvoir.

    Une autre mauvaise nouvelle pour l’Irak
    Nouri al-Maliki avait saisi la Cour fédérale accusant le nouveau président, Fouad Massoum, un Kurde, d'avoir enfreint la constitution en ne confiant pas à son parti la charge de désigner le futur chef du gouvernement.
    La Cour suprême fédérale irakienne vient de lui donner raison, lundi11 août. Elle donne le droit au Premier ministre sortant, Nouri al-Maliki,  de former un nouveau gouvernement. Maliki dispose au Parlement du bloc le plus important à l’issue des dernières élections.
    C’est un mauvais coup pour l’Irak, même si légalement il n’y a rien à reprocher à cette décision de la Cour fédérale. Nouri al-Maliki a en effet une lourde responsabilité dans la révolte de Sunnites pour avoir attisé les tensions confessionnelles en donnant la priorité à la communauté chiite à laquelle il appartient. Cette politique sectaire a facilité l'offensive des jihadistes sunnites de l'Etat islamique (EI) en lui assurant le soutien de la population sunnite révoltée. Les Américains s’étaient beaucoup démenés pour tenter de convaincre des groupes parlementaires hostiles à Maliki de s’unir pour présenter leur propre candidat.

    Sur le théâtre des opérations

    Le barrage de Mossoul est bien entre les mains des Jihadistes de l’Etat Islamique
    Les Kurdes avaient prétendu ne pas avoir perdu le contrôle du barrage de Tel Kaif Ninive, le barrage de Mossoul. Mais ces deux vidéos récentes attestent que les Jihadistes contrôlent bien cet ouvrage. Ils peuvent désormais décider de l’approvisionnement du nord du pays en eau et électricité :
    https://www.youtube.com/watch?v=96PfqbAYQiI&feature=player_detailpage&list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q
    et
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=Xz3EPpZulBw&list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q

    Kurdistan

    Les Kurdes ont forcé la main des Occidentaux:
    Les Kurdes étaient bien seuls face aux Jihadistes de l’Etat Islamique. Leurs lignes étaient étirées en raison des soudains gains territoriaux qu’ils avaient fait suite au brutal effondrement de l’armée irakienne basée dans les régions sunnites.
    Depuis l’armée irakienne, qui se battait plus proche de ses bases et aussi beaucoup plus motivée à protéger les régions chiites dont la majorité des soldats étaient originaires, s’était ressaisie.
    L’armée de l’air irakienne poursuivait, jour après jour, la destruction du matériel militaire, la plupart du temps d’origine américaine, que les Jihadistes avaient récupéré des stocks de l’armée dans les régions conquises. Et ces frappes étaient extrêmement efficaces comme en témoigne cette vidéo du ministère de la défense irakien :
    https://www.youtube.com/watch?v=oM0T-Eczt3k&feature=player_detailpage&list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q
    Mais les jets de l’armée irakienne n’ont prêté aucune assistance aux Peshmergas, les laissant seuls face à leurs adversaires.
    C’est pourquoi, lorsque les Jihadistes ont attaqué la ville à majorité chrétienne de Qaraqosh, les Kurdes sunnites ont entrepris un brutal retrait en plein milieu de la nuit, laissant la localité ouverte aux Jihadistes et provoquant un exode massif de la population. Le message était clair : C’est à la communauté internationale de défendre les Chrétiens. Les Kurdes avaient bien remarqué que le sort des Chrétiens concernait au plus haut point l’Etat français qui multipliait les déclarations de soutien.
    Le calcul était juste. Presqu’instantanément, Américains puis Français et Britanniques ont accouru à l’aide. Et cette fois-ci, ce sont les Kurdes qui vont bénéficier de la puissance militaire U.S. Les jets et les drones américains bombardent bien des cibles jihadistes en Irak mais essentiellement en soutien aux Peshmergas. Pas une seule frappe n’a encore concerné une cible jihadiste dans le reste du pays. Le risque serait trop important de devenir parti prenante dans le conflit sunnite-chiite.

    Breaking news : Les Américains ont commencé à donner des armes aux Kurdes
    Des sources haut placées du Pentagone ont révélé que l’administration Obama avait commencé à fournir des armes aux Peshmergas.

    Une autre minorité est menacée par les Jihadistes : les Yazidis
    Pour montrer leur  bonne volonté, maintenant que les Occidentaux ont accouru à leur rescousse, et pour prouver le bien fondé de cette aide, les Kurdes se sont portés aussitôt à l’aide d’une autre minorité menacée : les Yazidis
    On craint qu’au moins 500 membres de la communauté Yazidi ont perdu la vie au cours de l’offensive des Jihadistes contre la ville de Sinjar, une ville où la population appartenait en majorité à la communauté yazidi.
    Les Jihadistes auraient enterré vivants certaines de leurs victimes, y compris des femmes et des enfants. Des rumeurs prétendent également que 300 femmes auraient été enlevées.
    Les Kurdes, aidés de leurs frères syriens auraient réussi à se frayer un chemin jusqu’aux monts Sinjar où des dizaines de milliers de Yazidis avaient fui l’avancée des Jihadistes, pour en évacuer 15000 à 20000 vers le Kurdistan syrien avant de les faire passer au Kurdistan irakien. Mais il en reste encore des milliers errant dans les montagnes sans eau et sans nourriture. 
    C'est pour les aider que l’armée de l’air américaine a parachuté au-dessus des monts Sinjar de la nourriture et de l’eau :
    https://www.youtube.com/watch?v=L8r7XlI-KCs&list=UUNEEHeS9Y2yFVLbWGeHhbYA&feature=player_detailpage

    La localité kurde de Jalawla est tombée aux mains des Jihadistes de l'Etat Islamique
    Jalawla fait partie des territoires du nord de l'Irak que les dirigeants du Kurdistan irakien souhaitent intégrer à leur région autonome. Mais les Peshmergas n’ont pu résister à l’offensive des Jihadistes de l’Etat Islamique. Ceux-ci viennent de s’emparer de cette localité. Cette vidéo montre le combat désespéré des Peshmergas contre les Jihadistes : 
    https://www.youtube.com/watch?v=H6dgy8hjtn8&feature=player_detailpage&list=UUNoazHVgGDtXhHwY3maknuw


    Front syrien

    Alep
    L’aviation de Bachar el-Assad a multiplié les raids sur divers fronts pour tenter de mettre un terme à la série de revers que les forces fidèles à Assad ont subi ces dernières semaines. Les bombardements ont été particulièrement intenses à Alep où 35 personnes ont perdu la vie.
    https://www.youtube.com/watch?v=lpadvqACczs&feature=player_embedded
    Au total, ce sont 84 personnes qui ont été tuées dans l’ensemble du pays au cours de la journée du dimanche 10 août.

    102.054 morts confirmés en Syrie
    Le Centre de Documentation des Violations a confirmé le décès de 102.054 personnes en Syrie depuis l’éclatement de la révolte en mars 2011I.
    73.561 d’entre elles sont des civils

    L’Etat Islamique conforte ses positions à Raqqa :
    Les Jihadistes de l'Etat Islamique ont saisi beaucoup de matériel appartenant à la division mécanique du Bataillon 93 qu’ils ont anéanti au nord de Raqqa :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q&v=L6Gf-RLI0zc&feature=player_detailpage

    Aéroport de Damas
    Les rebelles contrôlent de nouvelles positions autour de l’aéroport de Damas.

    Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espionsà

  • 10 août 2014 - Gaza dans l’impasse

    Imprimer

    Les bombardements reprennent le matin du dimanche 10 août
    Un grand nombre d’activités ont été annulées dans les localités situées jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres de la frontière avec Gaza. Cela concerne les cours dans les établissements scolaires et les camps d’été. La raison est le risque d’attaques à la roquette en provenance de la bande de Gaza.

    Israël accuse le Hamas
    Les tirs sont revendiqués par les brigades al-Quds (la branche militaire du Jihad islamique) et les brigades Nasser Salah ad-Din (l’unité de combat des Comités de Résistance Populaire) mais Israël continue d’accuser le Hamas.

    60 cibles attaquées par Tsahal dans la journée du 9 août
    Les Forces aériennes israéliennes ont attaqué plus de 60 cibles palestiniennes et certains groupes de militants dans la bande de Gaza, selon le service de presse de l'armée.
    Les médias palestiniens ont confirmé qu’au moins neuf groupes d’éléments armés ont été mis hors de combat.
    Tard dans la soirée du samedi 9 août, trois militants du Hamas ont été mis hors de combat par une frappe israélienne dans le sud de la bande de Gaza. Plus tôt un véhicule avait été détruit par un raid dans le secteur de Raffah. Deux combattants se trouvaient à bord. Les médias ont également rapporté qu'à la suite d’une frappe contre une mosquée à Nuseirat (centre de la bande de Gaza), l'un des commandants des brigades Ezzedine al-Qassam, Moise Zaid, serait décédé. Trois autres combattants palestiniens auraient été mis hors de combat au cours d’autres attaques israéliennes. 

    1920 Palestiniens tués depuis le 8 juillet
    Le ministère de la Santé de Gaza rapporte que depuis le début de l’opération israélienne « Bordure protectrice » contre la bande de Gaza, 1.920 personnes auraient été tuées.
     
    Et on promet de poursuivre la lutte de part et d’autre
    Les représentants de l'armée israélienne affirment que les attaques sur des cibles à Gaza continueront aussi longtemps que les tirs de roquettes sur le territoire israélien n’auront pas complètement cessé.
    Quant aux responsables du Hamas et du "Jihad islamique", les pourparlers du Caire sont à leur avis dans l'impasse. Ils accusent le gouvernement israélien de refuser de faire des concessions. Le Hamas exige la reprise de la construction de l'aéroport et du port de Gaza. Il demande à ce que l’aéroport soit accessible aux vols internationaux (la Turquie et la Norvège ont promis d’aider à la mise en œuvre de ce projet). En outre, le Hamas cherche une aide financière, affirmant que les fonds seront utilisés pour la restauration de l'infrastructure civile de Gaza, qui a été détruite lors de l'opération "Bordure protectrice." Le Hamas exige aussi la libération de tous les militants de l'organisation et les Palestiniens arrêtés en Juillet en Judée et Samarie.

    De nombreux pays prêts à aider Gaza dès la paix revenue
    De nombreux pays ont déjà déclaré être prêts à allouer des fonds substantiels pour aider Gaza à se recontruire. La Turquie, en particulier, a annoncé qu'elle fournira des logements temporaires pour les sinistrés de la bande de Gaza. Il s’agit apparemment de maisons préfabriquées qui pourraient être livrées au point de contrôle de "Rafah", à partir du territoire égyptien.

    Commentaires des médias arabes
    Le journal saoudien "Al-Sharq al-Awsat" définit la situation à Gaza comme «une situation de ni paix ni guerre."
    Selon la chaîne de télévision qatarie "Al Jazeera", les responsables palestiniens menacent de quitter le Caire, estimant que les négociations sur un cessez-le-feu avec Israël sont complètement dans l'impasse. Plus tôt, de retour de la capitale égyptienne, la délégation israélienne a déclaré qu'Israël ne négocierait pas sous les tirs de roquettes. Le Journal égyptien "Al-Ahram" cite, lui, la déclaration du représentant du Hamas, Fawzi Barhoum, selon laquelle son groupe ne reculera pas de ses demandes.
    Pour le vice-président du Hamas, Moussa Abou Marzouk, les prochaines 24 heures vont déterminer le sort de l'armistice.
    Selon des sources palestiniennes citées par le journal palestinien "Al-Quds" les autorités égyptiennes auraient proposé aux deux parties d’observer un cessez le feu "non déclaré", mais Israël n'a pas accepté cette offre. L'article note que le nombre de roquettes à partir de Gaza sur le sud d'Israël a considérablement baissé, et est le fait de groupes échappant au contrôle du Hamas. De son côté l'aviation israélienne a intensifié ses frappes contre des cibles situées dans la bande de Gaza.

    Principaux évènements du 10 août
    00: 00-06: 00. Quelques tirs signalés.
    06h00. Deux roquettes ont explosé dans un terrain vague sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
    07h00. Le KPP « Kerem Shalom » fermé à cause de tirs de roquettes.
    09h00. Quatre missiles s’abattent sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
    11h00. En réponse aux tirs de roquettes les Forces aériennes de Tsahal ont lancé une série de raids au centre et au sud de Gaza. Le Service de presse de l'Armée rapporte que les attaques ont pris pour cibles la région de Deir el-Ballah, ainsi celles de Rafah et Khan Younes. Les raids auraient fait des morts et des blessés selon les autorités palestiniennes, parmi lesquels un adolescent de 17 ans.
    Depuis la reprise des combats à Gaza vendredi 8 août quinze Palestiniens ont été tués dans des bombardements de l'armée israélienne, selon Achraf al-Qodra, le porte-parole des secours locaux.
    12h00. Une roquette explose près de la frontière de «Kerem Shalom" sans faire de victimes.
    14h00. Deux roquettes explosent à proximité de Sderot. L’explosion de la roquette n’a pas fait de victimes mais a provoqué un incendie. 
    Une roquette a explosé près d’une colonie de peuplement sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé.
    Deux missiles sont touchés par le système Iron Dome près de Sderot. Aucun blessé ou dégât n'a été signalé.
    15h00. Les sirènes retentissent sans les secteurs d’Hof Ashkelon, Eshkol, ainsi que dans la ville d'Ashkelon pris pour cibles par quatre missiles au moins. Deux missiles ont été abattus par le système de défense antimissile "Iron Dome".
    15h30. Les sirènes retentissent à Sdot Néguev et Netivot. Les médias israéliens ont rapporté que le système de défense antimissile "Iron Dome" a touché une roquette.
    16h00. Deux roquettes ont explosé dimanche après-midi en rase campagne dans le domaine du conseil régional de Sdot Néguev.
    16h00. Trois roquettes ont explosé sur le district municipal de "Hof Ashkelon."
    17h00. On vient d’apprendre que les factions palestiniennes de la bande de Gaza ont accepté l'offre des médiateurs égyptiens pour un prochain cessez-le-feu de 72 heures. On attend la réponse des Israéliens. Si cette proposition est approuvée par Jérusalem, une trêve temporaire pourrait entrer en vigueur très rapidement.
    18h00. Deux roquettes ont explosé dans le territoire du conseil local d’Eshkol. Les sirènes avaient prévenu l’arrivée de la première mais aucune alarme n’a précédé l’arrivée de la seconde. Il n’y a pas eu de victimes. 
    18h00. Deux autres roquettes ont explosé en rase campagne dans la région de Sdot Néguev et  Shaar Hanegev.
    19h00. Une roquette a explosé à proximité de Beersheba sans qu’aucune alarme ne l’ait signalée. Il semble qu’il y ait un problème avec le système d’alerte avancée et les spécialistes sont allés vérifier les raisons de l’absence d’alarme.
    19h00. Les Palestiniens ont tiré deux roquettes sur la ville de Netivot, mais elles ont été interceptées par le système de défense antimissile "Iron Dome".
    19h00. Israéliens et Palestiniens ont approuvé la proposition égyptienne pour un cessez-le-feu de 72 heures à partir de 21h00 GMT. Cela a été annoncé par un haut fonctionnaire de la délégation palestinienne au Caire dans une interview à l'agence de nouvelles turque Anatolie. Mais Khaled Mechaal, le chef du Hamas, prévient que toute trêve durable doit nécessairement déboucher sur une levée du blocus de Gaza :
    Le cessez-le-feu de 72 heures, conclu dimanche avec Israël, "est l'un des moyens ou des tactiques destinés à faire réussir les négociations ou acheminer l'aide humanitaire", a affirmé M. Mechaal. "L'objectif auquel on tient est que les demandes palestiniennes soient satisfaites et que la bande de Gaza vive sans blocus", a-t-il ajouté.
    20h00. Au cours de la dernière heure, quatre roquettes ont été tirées en direction de la région d'Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
    20h00. Deux roquettes ont explosé dimanche soir dans un terrain vague près de la mairie de Sdot Néguev.

    Les paroles de De Gaulle sur le conflit israélo-palestinien. Très intéressant à réécouter :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=toKG_MFh7IU

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

  • 9 août 2014 – Guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Irak

    L’occident choisit enfin ses « amis »
    Les combats ont brutalement changé de dimension avec l’intervention de l’armée de l’air américaine. L’Occident semble enfin avoir compris qu’il lui fallait choisir ses « amis » ou « ses ennemis les moins dangereux » pour mettre un coup d’arrêt à une dérive confessionnelle folle qui risque d’emporter l’ensemble du monde moyen oriental dans une spirale de violences dont on a peine à prévoir les conséquences.
    Les « amis » auquel les Américains ont choisi d’apporter toute l’aide nécessaire sont les Kurdes. Les Kurdes sont, avec les Israéliens et les Jordaniens, les « amis sans faille » de Washington dans la région. Les « ennemis les moins dangereux » sont les chiites, ce qui implique l’Iran et sans doute le Hezbollah. Ce que je veux dire c'est que les Etats-Unis en intervenant pour éviter que Bagdad et sans doute le Liban ne tombent entre les mains des Jihadistes de l'Etat Islamique, vont se retrouver de facto partie prenante dans le conflit sunnite-chiite, un conflit millénaire ! Il n'est pas sûr qu'un pays occidental, avec ses impératifs économiques, ait la puissance, la patience et le courage de prendre part à un tel affrontement. 

    Kurdistan
    Destruction par l’US air Force d’un canon mobile de l’EI :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wgunE4MBDaE

    Syrie

    Blackout sur les revers de l’armée nationale syrienne
    Le régime de Bachar el-Assad maintient un blackout total sur les récents revers subis par son armée récemment. 
    Au nord de Raqqa, les Jihadistes de l'Etat islamique ont pris le contrôle de la base du Régiment 93, après la capture de la base du Régiment 121, ne laissant au régime que la base aérienne de Taqba qui se trouve maintenant très menacée.
    A Hama, plus au sud, les insurgés sont maintenant à quelques kilomètres de l'aéroport militaire de Hama où sont fabriqués les barils d’explosifs qui ravagent les zones rebelles depuis des mois.
    A Damas, c’est le centre ville de Damas qui est à présent la cible des canons de la rébellion. Les insurgés se sont également approchés de l’aéroport de Damas au point de le menacer à son tour. Or cet aéroport est vital pour les forces d’Assad car c’est par lui qu’elles reçoivent les armes et les munitions en provenance d’Iran.
    L’agence étatique d’information SANA parle seulement de combats dans la périphérie de Damas au cours desquels « un certain nombre de terroristes ont été éliminés ainsi que leurs outils criminels ».

    Damas
    Bombardement de Damas par des missiles Grad :
    https://www.youtube.com/watch?v=N0i-hVeZv6s&feature=player_detailpage

    Bataille de l’aéroport de Damas
    Les rebelles livrent bataille à Ghazlania pour s’approcher de l’aéroport de Damas :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=MVEosvt37mo&feature=player_detailpage

    Frontière libano-syrienne
    Les réfugiés syriens qui ont fui les combats d’Ersal, au nord est du Liban, ont été empêchés de rentrer en Syrie. Des réfugiés en grand nombre sont coincés dans le no man’s land entre les deux pays, ce qui risque de poser un énorme problème humanitaire :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=eMBNugkwWrI

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

     

  • Gaza – Samedi 9 août 2014

    Imprimer

    Après une nuit calme, reprise des tirs de roquettes
    Les tirs de roquettes ont repris après dix heures de pause.

    Les Palestiniens ont tiré 57 roquettes sur Israël vendredi 8 août
    Israël a répondu par des bombardements de cibles à l’intérieur de Gaza et retiré sa délégation des négociations du Caire. Les bombardements israéliens ont fait une dizaine de morts palestiniens au cours de la journée du 8 août, parmi lesquels un enfant de 10 ou 11ans. Le total des personnes décédées à Gaza depuis le 8 juillet s’élève maintenant à 1900.
    Les autorités israélienne ont appelé à la réouverture des abris anti-roquettes publics dans un rayon de 80 km de la bande de Gaza, et ceux situés au sud de Tel Aviv.

    L’armée israélienne avait poursuivi ses bombardements au cours de la nuit du 8 au 9 août
    On a appris de sources palestiniennes que l’armée israélienne a attaqué diverses cibles dans la bande de Gaza au cours de la nuit. Parmi ces cibles se trouvaient des maisons de dirigeants d'organisations palestiniennes de résistance.

    Les Etats-Unis espèrent toujours d’un cessez-le-feu
    "Nous espérons que les parties s'accorderont sur une prolongation du cessez-le-feu dans les prochaines heures", a déclaré Marie Harf, une porte-parole du département d'Etat.
    Lors d'un appel téléphonique, le président Barack Obama et le roi Abdallah II de Jordanie ont souligné la nécessité d'un cessez-le-feu durable et d'un "soutien accru aux civils de Gaza qui ont terriblement souffert durant le conflit".
    Une délégation américaine qui comprend l'envoyé de Washington pour le Proche-Orient, Frank Lowenstein, se trouve toujours au Caire dans l’espoir d’une reprise des négociations.

    Le « médiateur » américain très critique du Hamas
    Marie Harf a estimé que le Hamas portait l'entière responsabilité de la fin du cessez-le-feu comme du nombre élevé de victimes civiles à Gaza.
    "Israël était prêt à prolonger le cessez-le-feu, le Hamas a refusé et recommencé à tirer des roquettes contre Israël et il continue à formuler des exigences maximalistes", a estimé Mme Harf.

    Le Hamas reste intraitable tant que le blocus de Gaza ne sera pas levé
    Le Hamas a accusé jeudi soir « Israël » de bloquer les négociations pour une prolongation de cette trêve en n'accédant pas aux demandes de la délégation palestinienne, notamment la fin du blocus de Gaza qui asphyxie l'enclave depuis huit ans et la libération de prisonniers.
    "Nous refusons de prolonger le cessez-le-feu, c'est une décision finale, Israël n'a rien proposé", a déclaré à l'AFP un membre du Hamas au sein de la délégation de négociateurs palestiniens au Caire. « Israël » "n'a pas accepté de mettre un terme au blocus", a expliqué le responsable du Hamas au Caire.

    Les Brigades Ezzedine al-Qassam menacent Israël d’une guerre d’usure
    Le porte-parole des Brigades Ezzedine al-Qassam, Abu Obaida, a déclaré : "Si nos exigences ne sont pas acceptées par Israël, nous transformerons ce conflit en guerre d'usure".
    Abou Obaida exige la possibilité de construire un port sur la Méditerranée. Il réclame aussi "la fin véritable de l'agression (israélienne) et une vraie levée du siège". Faute de quoi, Tsahal sera contraint d’entrer dans une guerre d’usure paralysant la vie dans les grandes villes israéliennes, dont la suspension pour plusieurs mois des vols dans l’aéroport Ben Gourion; ou encore d’être attiré dans des affrontements terrestres.

    Principaux évènements de la journée du 9 août
    07h00. Cinq missiles ont explosé dans un terrain vague sans faire de victimes.
    08h00. Tirs de roquettes sur le Néguev occidental.
    09h00. Tsahal a repris l’attaque de cibles à l’intérieur de Gaza. Une personne a été tuée au cours du bombardement d’une mosquée à Nuseirat.
    10h00. Tirs de roquettes sur le Néguev occidental.
    10h59. Quatre Palestiniens ont perdu la vie au cours de frappes israéliennes dans le centre de la bande de Gaza.
    "Deux personnes ont été tuées dans une frappe sur le camp de Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza, et deux corps ont été sortis des décombres de la mosquée al-Qassam", qui a été bombardée par l'aviation israélienne, a déclaré à l'AFP Achraf al-Qodra, porte-parole des services d'urgence palestiniens.
    11h00. Les tirs de roquettes se poursuivent par intermittence.
    12h00. Le Néguev occidental est une nouvelle fois pris pour cible.
    14h00. Tirs sur le Conseil de district de Hof Ashkelon.
    15h00. Hof Ashkelon et le conseil régional d’Eshkol sont à nouveau soumis à des tirs de roquettes.
    16h00. Poursuite de tirs sur le Néguev occidental.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • Irak/Syrie : les théâtres des guerres du Proche Orient

    Imprimer

    Irak

    L’Etat Islamique vient de commettre deux erreurs stratégiques
    Les Jihadistes de Daesh (Etat Islamique) viennent de franchir deux lignes rouges pour les occidentaux :
    - Ils menacent plusieurs minorités confessionnelles, les Chrétiens, les Yazidis et les Chabaks, ce qui est la pire des fautes pour l’Occident.
    - Ils menacent les riches régions pétrolifères du Kurdistan dont les droits d’exploitation sont la propriété de la société américaine Exxon.

    kurdish-region-iraq.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Kurdes ont-ils mis les Occidentaux, et notamment les Américains, devant leur responsabilité ?
    Les conditions dans lesquelles est tombée la ville chrétienne de Qaraqosh, une localité de 50.000 habitants en majorité de confession chrétienne, sont assez curieuses.  Les Jihadistes sont arrivés dans la nuit du 6 au 7 août et ont pris possession de la ville après un brutal retrait des forces kurdes, entraînant avec eux la quasi-totalité de la population par crainte des Jihadistes.
    Le même scénario s’est produit à Tal Kayf, une ville où vivent de nombreux chrétiens et des membres de la minorité chiite chabak. Là encore, les Jihadistes sont arrivés aux environs de minuit et n’ont rencontré aucune résistance.
    Selon le patriarche chaldéen de Kirkouk et Souleimaniyeh, Louis Sako,  ce sont 100.000 chrétiens qui ont pris la fuite, n’apportant « rien d'autre que leurs vêtements sur eux ».  Il précise que les localités de « Tal Kayf, Bartella et Karamlesh » ont été « vidées de leurs habitants » sans que les forces kurdes n'opposent une quelconque résistance.

    Un désastre humanitaire et culturel
    « C'est un désastre humanitaire. Les églises sont occupées, leurs croix enlevées », et plus de 1 500 manuscrits ont été brûlés, a souligné Mgr Sako. « Nous lançons un appel avec beaucoup de douleur (...) au Conseil de sécurité de l'Onu, à l'Union européenne et aux organisations humanitaires pour qu'ils aident ces gens en danger de mort ». Et le patriarche a ajouté qu'il redoutait un « génocide ».

    Pourquoi les Kurdes mettent-ils l’Occident au pied du mur ?
    Les revers subis récemment par les forces kurdes sont d’autant plus surprenants que les Peshmergas sont considérés comme de loin les plus efficaces et les mieux organisés.
    Le problème est que les forces kurdes se sont brutalement retrouvées étirées par le soudain écroulement de l’armée irakienne lors de la guerre éclair des Jihadistes en juin 2014. Les Kurdes avaient profité de la confusion pour élargir leur territoire de près de 40%.
    Du coup, les Peshmergas se retrouvent avec une étendue bien plus importante à contrôler et ils se révèlent démunis en combattants, en moyens militaires et en finances pour faire face à leur nouveau défi.
    Conséquence : les peshmergas ont subi plusieurs revers majeurs début août face aux insurgés, perdant coup sur coup plusieurs villes à la frontière syrienne, en particulier Zoumar et Sinjar, ainsi que deux petits champs pétrolifères.
    Pour faire face au manque de combattants, les Peshmergas peuvent compter sur l’arrivée massive de militants kurdes d’autres régions. Les Peshmergas d'Irak, les combattants du PYD de Syrie et du PKK de Turquie ont uni leurs forces dans une rare alliance pour faire face aux jihadistes dans le Nord irakien. Les trois groupes avaient pourtant des  relations tendues mais ils ont mis leurs différends de côté dans une sorte d'union sacrée contre la menace jihadiste. C’est ainsi que les Kurdes venus de Syrie et de Turquie « sont chargés de combattre » les jihadistes « dans la région de Rabia et de Sinjar », à l'ouest de Mossoul, a déclaré hier Hallo Penjweny, haut responsable du parti de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK).
    Pour les moyens militaires et financiers, la seule solution était de faire appel aux Etats-Unis, d’où, sans doute, ce retrait tactique des forces kurdes pour mettre les Occidentaux au pied du mur.

    Il y avait urgence car les Jihadistes de l’Etat Islamique se sont beaucoup renforcés
    Les Jihadistes disposent depuis leur offensive éclair de juin et la débandade de l’armée irakienne de chars, de humvees, de missiles et d’autres armements lourds pris à leurs adversaires. Ce matériel, souvent de fabrication américaine, a transformé les capacités militaires de l'EI.
    Ce matériel est tombé entre les mains de combattants aguerris par des mois de guerre en Syrie. Ils ont acquis la réputation de combattants sanguinaires n’ayant pas peur de la mort, ce qui contribue à effrayer leurs ennemis.
    Les chefs de l’Etat Islamique ont jusqu’ici poursuivi une stratégie infaillible : Ils ont privilégié les zones sunnites où ils savaient trouver des soutiens, des infrastructures stratégiques ou des endroits faiblement défendus, évitant ainsi des pertes minimes.
    Leur avancée a été fulgurante, couvrant des distances énormes mais il faut savoir que la majorité des régions conquises sont désertiques, ce qui a facilité leur progression tant que la force aérienne n’était pas massivement utilisée contre eux.
    La mise en scène de leur extrême brutalité démoralise leurs adversaires et leur permet de s'emparer de villes entières sans rencontrer de résistance. C’est la raison pour laquelle l’Etat Islamique diffuse en permanence des photos d'ennemis décapités.

    iraq-ethnic-groups-map.gif

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le président Barak Obama donner l’ordre d’intervenir à son aviation
    Le président Obama a bien entendu le message kurde. Et cette fois, il s’est empressé de réagir, autorisant des tirs ciblés de drones sur des cibles jihadistes. A peine avait-il pris et annoncé sa décision que deux chasseurs bombardiers américains F/A 18 ont largué des bombes de 250 kilos sur une pièce d'artillerie mobile de l'Etat Islamique qui bombardait des forces kurdes à Erbil, dans le Kurdistan irakien. La justification donnée par le porte-parole du Pentagone, l'amiral John Kirby, est que ces tirs menaçaient des personnels américains basés dans la ville.
    De nouvelles frappes américaines avaient lieu vers 17 heure. Un drone éliminait des Jihadistes servant un mortier. Vers 18h20, quatre chasseurs larguaient un total de huit bombes qui ont neutralisé un convoi et un mortier près d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.

    Hollande menace aussi
    La France est "prête à prendre toute sa part" dans l'aide aux populations civiles victimes des "exactions intolérables" de l'Etat islamique en Irak, a affirmé l'Elysée dans un communiqué vendredi 8 août 2014.
    François Hollande "s’est félicité de la décision importante prise par le Président (Barack) Obama d'autoriser des frappes aériennes ciblées afin de contrer l'Etat islamique ainsi que de mettre en oeuvre un effort humanitaire" "impérieux et urgent". "La France va examiner avec les Etats-Unis et l'ensemble de ses partenaires les actions qui pourraient être menées afin d'apporter conjointement tout le soutien nécessaire pour mettre un terme aux souffrances des populations civiles. Elle est prête à y prendre toute sa part", ajoute le texte.

    Syrie

    Raqqa (Nord syrien)
    Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) se sont emparés dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 août de la base de la Brigade 93, une importante base de l'armée syrienne dans la province septentrionale de Raqqa. 300 soldats d’Assad auraient été tués et plus de 100 capturés. Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont mis en ligne, comme ils en ont l’habitude pour effrayer leurs adversaires, la décapitation de soldats morts.
    La chute de la base a été soudaine. L’opération a débuté par un triple attentat suicide suivi par de violents combats.
    Le régime de Damas ne tient plus désormais qu'une seule position dans la province de Raqqa, l'aéroport de Tabqa.
    Cette vidéo tournée par l'Etat Islamique fait un tour de la base de la Brigade 93 qui montre la quantité de matériel sur lequel les Jihadistes ont encore mis la main :
    https://www.youtube.com/watch?v=trp0HAX7E5c&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage

    Alep
    Une nouvelle vidéo mise en ligne le 5 août par la brigade Zanki concerne l’utilisation d’un missile antichar Tow pour détruire un char de l’armée d’Assad. La scène se déroule dans la cité industrielle au niveau de l’usine de carton :
    https://www.youtube.com/watch?v=MPfc80JxAq0&list=UUtkgK9TNy-izDXpixqz_8Ng&feature=player_detailpage
    Et une autre le 6 août :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUtkgK9TNy-izDXpixqz_8Ng&v=P-inLlWg7d8&feature=player_detailpage

    Damas
    Le front est pratiquement stabilisé devant Damas comme le montre cette vidéo (côté rebelles) mise en ligne le 7 août 2014 :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZY3_EomsUGc&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage
    La capitale syrienne est désormais la cible quotidienne d'obus et de roquettes tirés par les rebelles du Front Islamique (pro-saoudien). 21 personnes ont perdu la vie à Damas au cours de ces derniers jours. Les rebelles tirent des obus à partir de leurs fiefs de la Ghouta orientale et du quartier de Jobar situé à la périphérie de Damas où les combats de rue font penser à ceux qui se déroulaient à Stalingrad.
    Abdel Rahmane al-Chami, un dirigeant de Jaish al-Islam (l’armée de l’Islam), l’une des plus importantes organisations rebelles du Front Islamique, explique que les tirs sont « une réponse à l'escalade des bombardements » du régime contre les zones tenues par la rébellion. Jaish al-Islam et Ajnad al-Cham (les soldats de Syrie), une autre formation rebelle, bombardent la capitale avec des obus de 107 et 120 mm le palais présidentiel dans le quartier Malki au cœur de Damas, les bâtiments de la sécurité et d'autres bâtiments militaires à Kfar Soussé et à Mazzé 86, à l'Ouest de la capitale.
    Cette vidéo montre les rebelles de Ghouta orientale tirant au canon sur le centre de Damas :
    https://www.youtube.com/watch?v=M9AA_-jm-Do&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage
    De son côté, l’aviation militaire d’Assad vient régulièrement bombarder Douma, une ville au nord-est de la capitale et fief de Jaish al-Islam, ainsi que les localités de Kafar Batna, à l'est de Damas et Mleiha.
    Cette vidéo mise en ligne le 6 août montre un bombardement de l’aviation syrienne sur le quartier rebelle de Jobar :
    https://www.youtube.com/watch?v=xU26md8XWJE&feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA

    Aéroport de Damas
    Les insurgés du Front islamique (pro-saoudien) ont saisi un territoire à l'ouest de l'aéroport de Damas. Ils se sont emparés de positions proches des usines près de Ghazlania, une ville qu’ils cherchent à capturer et qui se trouve à proximité de Hatitat al-Turkman.
    Leur objectif est d’encercler l'aéroport pour entraver l’arrivée d’armes et de munitions en provenance d’Iran. Ils veulent également couper les routes principales, ce qui limiterait les opérations de l'armée d'Assad entre la Ghouta occidentale et la Ghouta orientale.
    Cette vidéo montre un blindé des rebelles en action dans les environs de l’aéroport :
    https://www.youtube.com/watch?v=jDIYzKBR1tI&feature=player_embedded

    Côte méditerranéenne
    Un front que l’on a tendance à oublier, celui de la côté méditerranéenne. Cette vidéo mise en ligne le 6 août montre un char de l’Armée Syrienne Libre en action dans le jebel al-Akrad (la montagne des Kurdes). Le char tire sur une position des soldats d’Assad :
    https://www.youtube.com/watch?v=vnb3BOFQunI&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage

    Deir ez-Zhor
    La province de Deir ez-Zhor, à l’est de la Syrie, est pratiquement sous le contrôle des Jihadistes de l’Etat islamique. Ceux-ci se livrent depuis à des exécutions arbitraires en grand nombre. Cette vidéo montre l’arrestation de 20 hommes à un barrage de l’EI. Les malheureux seront amenés pour être exécutés :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q&v=oMMHPmkMIVI&feature=player_detailpage

    ISLAMIC-STATE-DEIR-EZ-ZOR-EXECUTIONS-e1407482368420.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Divers

    Cette vidéo kurde tourne en dérision les Jihadistes de l’Etat Islamique et leur cruauté aux barrages routiers :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=U_p31HvI0BM

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

     

  • 8 août 2014 – Gaza : Fin de la trêve – les tirs reprennent

    Imprimer

    Les Palestiniens reprennent leurs tirs de roquettes avant l’expiration de la trêve
    Des obus de mortiers tirés depuis la bande de Gaza ont frappé Israël vendredi vers les 04h00 du matin, soit trois heures avant l'expiration du cessez-le-feu entre Israël et les organisations armées de Gaza.
    "A l'instant, deux roquettes tirées depuis Gaza ont touché le sud d'Israël. Aucune victime signalée", a écrit l'armée dans un SMS envoyé aux journalistes. "Les terroristes ont violé le cessez-le feu", a-t-elle ajouté sur son compte Twitter.

    Le Hamas avait refusé de prolonger la trêve
    Le Hamas avait annoncé qu'il ne prolongerait pas le cessez-le-feu parce qu'Israël refusait d'accéder à ses demandes. Le Hamas exigeait la fin du blocus de Gaza qui asphyxie l'enclave depuis huit ans, la libération de prisonniers et la possibilité d’avoir un port et un aéroport.
    Israël avait pourtant proposé dès mercredi soir 6 juillet une prolongation pour une durée illimitée du cessez-le-feu conclu avec le Hamas et les autres factions palestiniennes et entré en vigueur au matin du 5 juillet.
    "Nous refusons de prolonger le cessez-le-feu, c'est une décision finale, Israël n'a rien proposé", a déclaré à l'AFP un membre du Hamas au sein de la délégation de négociateurs palestiniens au Caire.
    Mais le Hamas déclare poursuivre les négociations au Caire
    "Les mouvements palestiniens refusent de prolonger la trêve mais les négociations se poursuivent", a déclaré à l'AFP Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas à Gaza.

    Les relations entre l’Egypte et le Hamas détestables
    A noter qu’il y a peu de chances qu’une médiation égyptienne réussisse tant sont détestables les relations entre le Hamas et le gouvernement égyptien. Celles-ci risquent bien de se dégrader un peu plus après l’exécution d’un de leurs plus hauts responsables, Hayman Taha. Le Hamas l’avait accusé d’espionnage au profit des services de renseignement égyptien.  Il n’était donc pas mort au cours de combats avec l’armée israélienne à Shoujaya comme cela avait été rapporté. Il est certain que cette révélation va encore détériorer un peu plus les relations entre le Hamas et le chef des services de renseignement égyptien, le général Mohammad Tohamy, qui s’était beaucoup impliqué pour arriver à un cessez-le-feu durable entre Israël et les Palestiniens à Gaza.

    Résumé de la journée du 8 août :
    04h00. Le Hamas rompt la trêve et effectue un tir de mortiers sur un secteur israélien proche de la frontière avec Gaza.
    07h58. Une roquette explose dans la région d'Ashkelon
    08h03. Une autre explosion retentit dans la même région. En fait, un missile aurait été détruit par le système antimissile "Iron Dome". Une autre roquette est apparemment tombée dans un terrain vague dans la région de Hof Ashkelon.
    08h05. Les sirènes retentissent dans la région d'Eshkol et à 08h11 à Hof Ashkelon. On confirme en effet que plusieurs missiles ont explosé sans causer de dommages.
    8: 27 et 8: 28. les sirènes retentissent à nouveau à Eshkol et Hof Ashkelon.
    08h35. Le bureau de presse de Tsahal publie une déclaration à la presse précisant que: «Au cours de la dernière demi-heure plus de 10 missiles ont été tirés en direction d’Israël depuis la bande de Gaza."
    Pour l’instant l’Etat hébreu n’a fait aucune déclaration officielle précisant quelle réponse il avait l’intention d’apporter mais les habitants des zones frontalières ont rapporté que des avions avaient pris l’air. 
    08:40. Les sirènes retentissent à Eshkol et Hof Ashkelon. Un missile aurait été abattu par le système « Iron Dome » dans la région.
    08h45. Une roquette a atterri dans un village situé près de la frontière de Gaza sans faire ni victimes ni dégâts.
    08h50. Plusieurs missiles ont explosé dans la région d'Eshkol.
    Les Brigades « Al-Quds » (la branche armée du Jihad islamique » ont revendiqué auprès de l’agence de presse palestinienne Maan les tirs de roquettes sur Ashkelon.
    09h00. Au moins trois autres missiles ont explosé sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol.
    09h30. Les sirènes retentissent à nouveau à Eshkol annonçant la chute de roquettes.
    09h40. Le bureau de presse de Tsahal publie une déclaration aux médias : "Depuis 8h Plus de 18 roquettes ont été tirées depuis Gaza sur Israël Deux d'entre elles ont été abattues près d'Ashkelon, pas moins de 14 sont tombées dans des terrains vagues, et deux. sont tombées à l'intérieur de la bande de Gaza ".
    Vers 10 heures, le site israélien Walla citant des sources palestiniennes a déclaré que l'armée de l'air israélienne avait frappé des cibles dans le nord de la bande de Gaza en réponse aux tirs de roquettes. La confirmation officielle de cette information n'a pas encore été faite par le bureau de presse de Tsahal.
    Le site palestinien d’informations Safa a publié des données sur les attaques de roquettes depuis la bande de Gaza effectuées le vendredi 8 Août. Selon les informations publiées, les Brigades Ezzedine al-Qassam (l’aile militaire du Hamas) n’ont pas revendiqué la responsabilité de ces attaques. Safa affirme que la responsabilité du bombardement d'Ashkelon et d'autres colonies israéliennes est le fait des Brigades « Al-Quds » (l’aile militaire du Jihad islamique) et des membres des factions " Sallah Nasser al-Din" (l’aile militaire des "Comités de résistance populaire"). Une précision importante qui pourrait signifier une distribution des rôles entre les diverses organisations palestiniennes, le Hamas se réservant le droit de poursuivre d'éventuelles négociations.
    10h15. Les sirènes sont entendues dans les colonies Shaar Hanegev où plusieurs missiles sont effectivement tombés sans faire ni victimes ni dégâts. 
    10h47. L'armée israélienne annonce avoir repris ses frappes contre le Hamas après la reprise des tirs de roquettes par les Palestiniens à l'expiration d'un cessez-le-feu.
    "Ce matin, après la reprise des tirs de roquettes contre Israël, les forces armées ont ciblé des sites terroristes dans la bande de Gaza, a indiqué l'armée dans un communiqué, peu après que le Premier ministre, Benyamin Netanyahu, ait ordonné de riposter vigoureusement aux nouvelles attaques de Hamas.
    10h54. Les sirènes retentissent à Shaar Hanegev.
    Environ à 11h40, les sirènes ont retenti à Shaar Hanegev et Eshkol et à 11h46 dans le Néguev occidental pour prévenir l’arrivée de neuf missiles. Deux personnes ont été blessées, un soldat et un civil.
    Selon le service de presse de l'armée 33 missiles ont été tirés depuis 08h00 ce matin. Trois d'entre eux ont été interceptés par le système de défense antimissile "Iron Dome", 26 ont explosé sur le territoire israélien et quatre ont chuté à l’intérieur de la bande de Gaza.
    12h15. Quatre roquettes sont tombées dans le Néguev occidental. L'un des missiles a frappé un bâtiment sans faire de victimes.
    13h08.  Chutes de missiles sur le conseil régional d'Eshkol.
    15h15. Quatre roquettes sont tombées à Hof Ashkelon et Sdot Néguev. A 15h32 une autre roquette a touché une maison de Sderot et causé des dommages sans faire de victimes.
    15h50. Tirs sur Ashkelon.
    16h55. Un autre bombardement a lieu dans le Néguev occidental.
    17h40. Tirs d’un "Qassam" sur le Néguev occidental.
    Depuis la reprise des bombardements par Tsahal, on apprend que 40 objectifs ont été pris pour cibles par l’armée de l’air israélienne à l’intérieur de la bande de Gaza. Le siège opérationnel du Hamas dans le nord de Gaza a été touché, ainsi qu’un entrepôt d’armes et de munitions dans le centre du secteur et des positions à partir desquelles des tirs de missiles et d’obus de mortiers ont été effectués.
    19h04. Deux missiles tirés vers Beersheba ont été abattus par Iron Dome.
    19h33. Les Palestiniens ont de nouveau bombardé le Néguev occidental.

    Un jeune Palestinien tué en Cisjordanie
    20h54.
    Un adolescent palestinien a été tué vendredi 8 juillet par des soldats en Cisjordanie lors d'une manifestation contre l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.
    Les heurts ont eu lieu près de la colonie de Psagot, entre Jérusalem et la ville de Ramallah.
    En outre, des dizaines de Palestiniens de Cisjordanie ont été blessés lors d'une autre manifestation à Hébron lorsqu’environ 2.000 personnes, dont beaucoup agitaient les drapeaux verts du Hamas, ont défilé dans la ville pour protester contre l'offensive dans la bande de Gaza.
    Des manifestations ont également eu lieu à Ramallah et aux environs de Naplouse, toujours en Cisjordanie.
    Et aux alentours de Bethléem, des "centaines" de manifestants, certains masqués ou portant des roquettes en plastique, ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur la police, qui les a dispersés. Aucun blessé n'a été rapporté.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)