- Page 3

  • 21 août 2014 : Situation à Gaza

    Imprimer

    45ème jour de conflit entre Gaza et Israël
    L’opération "Bordure protectrice" contre la bande de Gaza, qui a commencé le 8 Juillet 2014, a repris après une trêve de neuf jours.

    Incertitude sur le sort du chef des Brigades Ezzedine al-Qassam
    La chaîne de télévision FOX News, citant une source au sein des services de renseignement israéliens, a rapporté que le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam (l’aile militaire du Hamas), Mohammad Deyf, aurait probablement été tué au cours d’un raid aérien israélien, tout en précisant que cette information n'avait pas été confirmée par une autre source.
    Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri affirme, lui, que Muhammad Deyf vit toujours. Il aurait quitté sa maison quelques minutes avant le bombardement israélien. A noter que le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam a déjà échappé à cinq tentatives d'assassinat.

    215 roquettes tirées en direction d'Israël
    Selon le service de presse de l'armée israélienne, 215 roquettes ont été tirées en direction d’Israël depuis la fin du cessez-le-feu, le 19 août dans l’après-midi. 35 d'entre elles ont été abattues par le système de défense antimissile "Iron Dome" et 16 sont tombées à l’intérieur de la bande de Gaza. Aucune victime israélienne n’a été recensée.
     
    25 morts Palestiniens depuis la fin du cessez-le-feu
    Pendant cette période, l'armée israélienne a attaqué plus de 100 objectifs dans la bande de Gaza. Selon les sources palestiniennes, les bombardements auraient fait 22 morts et plus de 150 blessés.

    2050 Palestiniens ont été tués depuis le 8 juillet
    Le Ministère de la Santé de Gaza a indiqué que depuis le 8 juillet 2014, début de la guerre entre Gaza et Israël,  environ 2050 personnes ont été tuées et plus de 10 200 blessées.
     
    Conférence de presse de Benyamin Netanyahu
    Le Premier ministre, Benyamin Netanyahu, et le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, ont tenu une conférence de presse mercredi soir 20 août après une réunion du bureau politique et militaire.
    Benyamin Netanyahu, pour qui le Hamas et les jihadistes de l'État islamique sont « les branches d'un même arbre », a affirmé qu'Israël poursuivait son opération Bordure protectrice contre le Hamas et répondrait à toute attaque avec une vigueur plus grande encore. « Si le Hamas tire, nous riposterons avec plus de force encore, et s'ils ne comprennent pas aujourd'hui, ils comprendront demain, et si ce n'est pas demain, ce sera après-demain », a-t-il dit.

    Les Brigades Ezzedine al-Qassam menacent elles aussi
    Lors de l’enterrement, le 20 août de la seconde femme et du bébé de Mohammad Deif, le chef des Brigades Ezzedine al-Qassam, celles-ci ont promis d'ouvrir « les portes de l'enfer » pour Israël en représailles à cette frappe contre leur chef. Elles ont par ailleurs lancé hier soir une mise en garde aux compagnies aériennes atterrissant à Tel-Aviv, les exhortant à ne plus s'y poser à compter du 21 août à 03h00 GMT.

    Résumé du 21 Août 2014
    02h00. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a publié une déclaration dans laquelle il a exprimé sa «profonde inquiétude» au sujet de la reprise des hostilités entre Israël et le Hamas, et a appelé les parties au conflit à éviter toute nouvelle escalade et la reprise des négociations afin de parvenir à un accord sur une trêve à long terme.
    03h00. Les sirènes ont retenti à Ofakim avertissant de l’arrivée imminente de missiles. Une roquette a été interceptée par la batterie de défense antimissiles "Iron Dome".
    06h00. Dans la nuit du 21 Août, l’armée de l’air israélienne a poursuivi ses frappes contre des cibles à l’intérieur de la bande de Gaza. Selon l’agence palestinienne Safa, huit Palestiniens ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi au cours de raids aériens de l'armée israélienne.
    Les avions israéliens ont totalement détruit un immeuble de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, faisant sept morts, selon le porte-parole des secours à Gaza, Achraf al-Qodra. Un Palestinien a également été tué au cours d’une autre frappe sur le camp de réfugiés de Nousseirat (centre).
    08h00. Une roquette a explosé dans un terrain vague sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol sans faire de victimes.
    08h50. Israël poursuit ses attaques ciblées contre les responsables du Hamas. On vient d’apprendre que Trois commandants de la branche armée du Hamas palestinien avaient été tués dans un raid de l'aviation israélienne jeudi à l'aube sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. L’information a été communiquée par l'organisation elle-même.
    Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont identifié dans leur communiqué les trois hommes comme étant Mohammed Abou Chamala, alias Abou Khalil, chef de la brigade Ezzedine al-Qassam pour le sud, Raëd al-Atar, alias Abou Ayman, chef de la brigade Ezzedine al-Qassam de Rafah et Mohammed Barhoum. Ce raid intervient au surlendemain d'une autre frappe aérienne qui a coûté la vie à la femme et à un fils du chef d'al-Qassam, Mohammed Deif.
    10h00. Six roquettes ont été tirées en direction d’ Eshkol. Trois roquettes ont explosé dans le village, et trois autres en rase campagne. Les éclats d'obus ont blessé un homme de 33 ans.
    Une autre roquette a explosé en rase campagne sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
    11h00. Sirènes d’alerte à Ofakim, ainsi que sur le territoire des conseils régionaux de Bnei Shimon et Merhavim. Quatre roquettes ont explosé à Merhavim sans faire ni blessés ni dégâts.
    12h00. Six roquettes ont explosé dans la zone du Conseil régional d’Eshkol. L'une des roquettes a frappé une maison d'habitation. Personne n'a été blessé, mais la maison a subi des dommages.
    L’Armée de l'Air a attaqué six activistes du "Jihad islamique" à l'est du Cheikh Radwan dans la ville de Gaza. Selon les informations du service de presse de l’armée, ils se préparaient à lancer des roquettes vers le territoire israélien. Trois militants ont été tués et trois autres grièvement blessés.
    Selon l’agence palestinienne Maan palestinien l'aviation israélienne a tiré un missile vers midi sur une moto à l'est de Khan Younes (sud de la bande de Gaza). Deux hommes ont été gravement blessés et se trouvent dans un état critique.  Il semble que ce soit des militants.
    Une roquette a explosé dans un terrain vague près de la ville de Ramleh sans faire ni victimes ni dégâts.
    Quatre autres roquettes ont explosé dans des terrains vagues à Ashdod et banlieue.
    Le Système de défense antimissile "Iron Dome" a abattu un missile près d'Ashkelon. Une autre roquette a explosé à Sdot Néguev sans faire ni blessés ni dégâts.
    Un missile a encore explosé dans un terrain vague à Kiryat Malachi. Personne n'a été blessé et aucun dommage.
    Deux roquettes ont explosé non loin de zones d'habitation sur le territoire du conseil régional de Sdot Néguev sans faire ni blessés ni dégâts.
    13h00. Une roquette a été interceptée près d’Ashdod par le système de défense antimissile "Iron Dome".
    Deux roquettes ont explosé sur le territoire de l'une des colonies au sein du Conseil régional Eshkol.
    Les Palestiniens ont tiré sur Netivot. Un missile a été détruit par le système de défense "Iron Dome".
    Deux roquettes ont explosé à l’intérieur d’une exploitation agricole sur le territoire de l'une des colonies de peuplement dans le conseil régional d’Eshkol. Des fragments ont blessé légèrement un travailleur.
    14h00. Six roquettes ont explosé à Hof Ashkelon. Cinq roquettes ont été abattues par le système de défense antimissile "Iron Dome". Une roquette a endommagé une ligne électrique, ce qui a provoqué des coupures de courant.
    Trois autres roquettes ont explosé dans en rase campagne sur  le territoire du conseil de quartier de Sdot Néguev.
    Quatre roquettes ont encore explosé dans des terrains vagues à Eshkol. Personne n'a été blessé et aucun dommage.
     Le système de défense antimissile "Iron Dome" a abattu deux missiles dans la région du conseil régional de Merhavim.
    15h00. Les sirènes ont retenti plusieurs fois, à une minute d’intervalle, à Nahal Oz. Elles ont également retenti deux fois à Zikim et Carmen. Trois roquettes sont tombées sur le territoire de Sdot Néguev et deux autres sur le territoire de Hof Ashkelon.
    A 15h27 et 15h28 on a signalé des chutes de roquettes à Yad Mordechai , Nativ a Asara. Kfar Aza et Saad.
    A 16h00, un point fait par le service de presse de l'armée de défense d'Israël a indiqué qu’au cours de la journée Tsahal a attaqué 40 objectifs dans la bande de Gaza. Au cours de la même période 58 roquettes et obus de mortier ont été tirés en direction d’Israël, dont neuf ont été abattus par le système de défense antimissile "Iron Dome". 48 roquettes se sont abattues en territoire israélien. Un autre missile  est tombé à l’intérieur de la bande de Gaza. Selon des sources palestiniennes, 24 personnes ont été turées à Gaza. 
    16h00. Les sirènes retentissent à Shaar Haneguev et Sdot Néguev. Un missile est tombé près du village de Sdot Néguev.
    Aux environs de 16h40 les sirènes retentissent à nouveau dans les villes frontalières. Une roquette a atterri dans un terrain vague à Sdot Hanéguev.
    17h00. Eshkol a été la cible de tirs de mortiers depuis la bande de Gaza. Trois obus ont explosé dans un terrain vague. Sirènes d’alerte à Kissufim, Nirim et Ein-Shlosha.
    17h30. Les sirènes retentissent à Nahal Oz et Aliumim. Deux roquettes se sont abattues sur des zones non aménagées à Sdot Néguev.
    18h00. Sirènes à Kfar Aza, Saad, Shaar Haneguev et Sdot Néguev. ne roquette a atterri dans un terrain vague du Conseil régional de Néguev Sdot.
    18h30. Les sirènes sonnent à Kfar Aza, Saad, Shaar Haneguev et Sdot Néguev. Une roquette a atterri près de Kerem Shalom.
    18h43. La psychose à l’espionnage s’installe à Gaza après la frappe aérienne pour tenter de tuer le chef militaire des Brigades Ezzedine al-Qassam et la mort de trois commandants de cette organisation le lendemain. La branche armée du Hamas a exécuté trois Palestiniens coupables selon elle d'avoir collaboré avec l'ennemi israélien pendant la guerre de Gaza, a rapporté jeudi le site Majd, proche du mouvement islamiste palestinien.
    Sept personnes ont été arrêtées pour avoir "aidé l'ennemi à repérer des cibles" durant le conflit et trois autres ont été exécutées, indique-t-il sans préciser de date.
    Selon la loi palestinienne, les collaborateurs, les meurtriers et les trafiquants de drogue sont passibles de la peine de mort. Le Hamas avait annoncé en mai avoir exécuté deux "collaborateurs", l'un par balles et l'autre par pendaison.
    En principe, toute exécution doit être approuvée par le président palestinien Mahmoud Abbas, qui dirige l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) avec laquelle le Hamas a récemment signé un accord de réconciliation. Dans les faits, c'est le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.
    19h00. Sirènes às Kissufim, Nirim, Ein-Shlosha et des localités situées dans la région
    19h30. à Netivot, Sdot  et le Conseil régional du Néguev. Une roquette a atterri dans un terrain vague près de Netivot.
    Sirènes également à Kiryat Malachi et Beer Tuvia. Le missile est tombé sur un terrain vague du Conseil régional de Yoav.
    Autour de 19:40 les sirènes ont sonné à Beersheba, Bnei Shimon, Merhvaim et Ar-Hébron. Deux missiles ont été abattus par le système de défense antimissile "Iron Dome" au-dessus de la capitale du Néguev. Trois autres sont tombées dans des zones non aménagées.

    Vidéo de l'armée israélienne
    Cette vidéo montre une frappe contre un commandant des Brigades Ezzedine el-Qassam :
    https://www.youtube.com/watch?v=zLYUymmDVA4&list=UUawNWlihdgaycQpO3zi-jYg&feature=player_detailpage

    Jean René Belliard (Auteur de Beyoruth, l'enfer des espions)

  • 20 août 2014 - Gaza : La trêve est finie

    Imprimer

    44ème jour de crise entre Gaza et Israël
    L’Opération israélienne "Bordure protectrice" contre la bande de Gaza, qui a commencé le 8 Juillet, a repris hier 19 août, après un tir de trois missiles Grad sur Israël par une faction palestinienne, avant même la fin officielle de la trêve. La riposte israélienne aurait tué cinq Palestiniens, dont trois enfants, dans l’après-midi du 19 août, selon les secours locaux.

    Un nouveau cessez-le-feu même pas à l’ordre du jour
    Les délégations israélienne et Palestinienne étaient censées discuter au Caire sur les conditions d’une trêve durable. Mais les pourparlers n'avaient fait aucun progrès, selon les négociateurs palestiniens et il fallait bien s’attendre à la reprise des affrontements.
    "Le cessez-le-feu est mort et Israël est responsable", a dit Azzam al-Ahmed, le chef de la délégation palestinienne qui participait au Caire aux négociations indirectes avec Israël.

    Il n’y a plus de négociateurs au Caire
    La rupture du cessez-le-feu a mis un coup d’arrêt brutal aux pourparlers qui étaient en cours au Caire entre Israéliens et Palestiniens avec pour objectif d’établir les conditions d’une trêve prolongée: les émissaires israéliens rappelés par leur gouvernement ont repris le chemin d'Israël, sans aucune promesse de retour aux discussions.
    Après le départ des négociateurs israéliens, les négociateurs palestiniens ont annoncé à leur tour qu’ils quitteraient la capitale égyptienne le 20 août.

    Israël entrave les négociations pour la Ligue Arabe
    Le secrétaire général de la Ligue arabe a accusé mercredi 20 août Israël d'"entraver" les négociations de cessez-le-feu.
    "Israël entrave tout type d'accords conduisant à l'apaisement" dans la bande de Gaza", a déclaré le secrétaire général de l'organisation panarabe Nabil Al-Arabi.

    L’Egypte continue d’y croire
    L’Egypte continue pourtant de croire à la reprise du dialogue et à l’instauration d’une trêve durable. Le ministre des Affaires Etrangères égyptien a appelé, mercredi 20 août, Israéliens et Palestiniens à reprendre les négociations au Caire, exprimant "son profond regret" que la trêve ait été rompue dans la bande de Gaza.
     
    Israël ne sera plus en sécurité, menace un leader du Hamas
    Ezzat el-Rishq, représentant du Hamas au sein de la délégation de négociateurs palestiniens au Caire, a déclaré: "Israël ne sera pas en sécurité tant que le peuple palestinien ne le sera pas, et c'est Israël qui a commencé".

    Tsahal cible deux responsables du Yamas, dont le chef militaire
    Le 19 Août à 15h40, trois missiles Grad se sont abattus à Beersheba et Netivot, prenant les Israéliens par surprise, ni les sirènes d’alarme ni les batteries antimissiles n’ayant fonctionné. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu donnait aussitôt l'ordre à Tsahal de riposter. L’armée de l’air israélienne lançait, une heure plus tard, une série d'attaques sur des objectifs situés dans la bande de Gaza sans parvenir à faire cessez les tirs de roquettes. L’armée de l’air israélienne a alors pris pour cibles les domiciles de deux leaders du Hamas à  Sheikh Radwan dans la ville de Gaza. Il s’agit de Mohammed Deyf et Mhammed al-Dalu. Les raids israéliens ne semblent pas avoir atteint leur cible mais ont coûté la vie à la femme de Mohammed Deyf et sa fille Deyfa, âgée de deux ans, ainsi qu’à une personne se trouvant sur place mais dont le nom n’a pas été communiqué. 45 autres personnes auraient été blessées au cours de l’attaque.
    Mohammed Deyf est le chef depuis 2002 des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas. Un ministre israélien justifiait le raid qui avait coûté la vie à la femme et la fille du chef militaire palestinien en affirmant qu’il représentait  une "cible légitime à liquider" :
    "Mohammed Deif mérite la mort comme (l'ex-numéro un d'el-Qaëda) Ben Laden, c'est une cible légitime, et lorsqu'une occasion se présente il faut l'exploiter pour le liquider", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gideon Saar à la radio militaire.
    Un peu plus tard, dans la journée du mercredi 20 août, le Hamas a annoncé que Mohammed Deif était vivant et toujours aux commandes des Brigades Ezzedine al-Qassam.
    "Le chef des brigades al-Qassam, Abou Khaled (le nom de guerre de Mohammed Deif), est toujours vivant et dirige les opérations militaires", a dit à l'AFP un responsable proche du Hamas sous couvert de l'anonymat.
    Le Hamas, qui semblait ne pas avoir pris part aux bombardements dans l’après midi du 19 août,  a tiré en représailles des dizaines de roquettes sur les régions centrales et méridionales d'Israël. La branche armée du Hamas revendiquait, mardi soir 19 août, un tir de roquette sur Jérusalem où l'on entendait effectivement les sirènes d'alarme. Le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, indiquait cependant qu'il n'avait pas d'information sur une roquette qui serait tombée dans la ville et qu'une roquette avait peut-être été interceptée par les systèmes de défense anti-missiles en-dehors de la zone urbaine.

    Résumé du 20 Août 2014 – 44ème jour de conflit
    01h00.
    Les sirènes ont retenti dans la zone industrielle d'Ashkelon et plusieurs localités du conseil régional de Hof Ashkelon. Deux roquettes ont été abattues par la batterie de défense antimissile installée dans le secteur. 
    06h00. Les sirènes ont à nouveu retenti dans les agglomérations du Conseil régional d’Eshkol où deux missiles se sont abattus sans faire ni victimes ni dégâts.
    L'armée a indiqué que trois roquettes avaient exposé au cours de la nuit sur le territoire du Conseil régional d’Eshkol sans faire ni victimes ni dégâts.
    07h00. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que sept personnes avaient été tuées au cours d’un raid de l’aviation israélienne à Deir el-Balah (partie centrale de la bande de Gaza). Parmi les morts figurent un homme de 32 ans, trois de ses enfants et sa femme, qui était enceinte. Un autre homme - l'oncle des enfants - a également été tué.
    L’alarme a résonné sur les territoires des conseils régionaux de Sdot Néguev et Shaar Hanegev. Une roquette explosait  près de la colonie de Sdot Néguev sans faire ni victimes ni dégâts..
    08h00. Attaque à la roquette sur Ashkelon et Ashdod. La batterie de défense antimissile Iron Dome" a touché une roquette près d’Ashdod et deux à Ashkelon. Une autre roquette a explosé dans un terrain vague à la périphérie d'Ashkelon.
    Les sirènes d’alarme retentissent à nouveau à Hof Ashkelon où un missile s’est écrasé en rase campagne.
    Une autre roquette a explosé près de la colonie du territoire du Conseil régional d’Eshkol.
    Plus de dix roquettes ont été tirées en direction d’Israël entre 08h00 et 09h00 selon le service de presse de Tsahal.
    09h00. Tirs d’une roquette en direction du Conseil régional d’Eshkol. La roquette a explosé dans un terrain vague sans faire ni victimes ni dégâts. Une autre roquette a atteint un terrain vague de Hof Ashkelon.
    10h00. Tir de trois missiles sur Hof Ashkelon sans faire ni victimes ni dégâts. Les sirènes ont retenti à Kiryat Gat, Beer Tuvia, Hof Ashkelon, Shafir, Yoav, Lakis et Shaar Hanegev. L’armée israélienne a informé qu’un missile a été touché par le système de défense antimissile "Iron Dome" près de Kiryat Gat. Par ailleurs, cinq roquettes ont explosé dans un terrain vague, non loin du village, d’Eshkol et deux roquettes ont explosé sur le territoire de Sdot Néguev. Personne n'a été blessé et aucun dommage.
    L'armée a indiqué qu’au cours de la dernière heure plusieurs missiles ont été tirés en direction des colonies situées à la frontière de Gaza. Selon l’armée israélienne une vingtaine de roquettes a été tirée sur le territoire israélien depuis 06h00.
    11h00. Quatre roquettes ont explosé sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol. Deux roquettes se sont abattues à l'intérieur des colonies. Un autre missile a explosé à Hof Ashkelon sans faire de victimes ou des dégâts.
    Deux roquettes ont encore explosé sur le territoire du Conseil de District d’Eshkol, provoquant un incendie.
    12h00. Le Bureau de presse des Forces de défense israéliennes a déclaré que deux combattants palestiniens ont été mis hors de combat par une frappe israélienne dans la partie nord de la bande de Gaza. Ils étaient impliqués dans des tirs de roquettes sur le territoire israélien. L'un d’eux était responsable d’un tir sur Ashkelon.
    Selon les sources palestiniennes l'armée israélienne a poursuivi ses frappes dans la bande de Gaza. En particulier, aux alentours de midi, un avion israélien a tiré un missile sur une cible à l'est de  Zeitoun (ville de Gaza), blessant grièvement une personne.
    Le Ministère de la Santé de Gaza a signalé qu'au moins 17 personnes avaient été tuées et environ 110 blessées les 19 et 20 août. Au total, depuis le 8 Juillet 2014 2029 personnes ont été tuées et, 10 302 blessées.
    Le Système de défense antimissile "Iron Dome" a frappé quatre missiles près d’Ashdod et un au sud d'Ashkelon. Une autre roquette a explosé dans un terrain vague de la région.
    Deux autres roquettes ont encore explosé dans un terrain vague près de la barrière de séparation du conseil régional d’Eshkol.
    Les tirs se poursuivent sur le District du Conseil d’Eshkol. Deux roquettes ont explosé dans la région sans faire ni victimes ni dégâts. 
    On signale qu’une roquette a touché une maison d'habitation à Hof Ashkelon. Aucun blessé n'a été signalé, mais le bâtiment a subi des dommages importants. Les résidents étaient absents de chez eux au moment de l’explosion.
    13h00. Les sirènes retentissent à nouveau suivies de deux explosions. ON signale que la batterie antimissile Iron Dome à détruit deux missiles au-dessus d’Ashdod.
    Les sirènes résonnent également à Hof Ashkelon, Kiryat Malachi, Gan Yavne et Beer Tuvia. L'une des roquettes a explosé près de la synagogue. Au moins deux ont été abattues par "Iron Dome". Les autres ont explosé dans des terrains vagues. 
    Sirènes également à Sderot, les secteurs de Shaar Hanegev, Eshkol et Hof Ashkelon. Au moins deux missiles ont été abattus par le système de défense antimissile "Iron Dome", trois autres sont tombées dans des terrains vagues.
    14h00. Nouveau tir de trois roquettes en direction d’Israël. Deux sont tombées dans des terrains vagues de la région d'Eshkol. Une autre a été détruite par "Iron Dome" près de Shfela.
    Les Brigades Ezzedine al-Qassam ont revendiqué le tir de deux missiles en direction d’une plate-forme gazière off-shore israélienne, située en mer Méditerranée à 26 km au large des côtes de Gaza. Il s’agit du site d'exploitation de Noa, appartenant à Nobel Energy et Delek. L'armée israélienne n'a pas fait de commentaires sur cette revendication. Un porte-parole de la compagnie a affirmé que l’exploitation n’avait pas été interrompue.
    Nouvelle alerte à Hof Ashkelon, puis à nouveau deux fois à Eshkol et Bnei Shimon. Deux missiles ont été abattus par "Iron Dome".
    15h00. Les sirènes retentissent une nouvelle fois à  Hof Ashkelon où une roquette a effectivement explosé sans faire de victimes.
    A 15h50, puis à 15h51, 15h52 et 15h53 ont retenti à Beer Sheva, Hura, Raad, Nirim, Ein-Shlosha, Hébron et sa banlieue. L'une des roquettes a explosé près de la colonie du conseil régional de B'nai Shimon, deux autres roquettes se sont abattues sur le territoire du Conseil régional de Ramat Hovav, et une autre à Eshkol.
    A 16h21, 16h29, 16h30 les sirènes se sont fait entendre à Kfar Maimon, Kfar Aza, Saad, Nahal Oz, Aliumim et Kissufim. Puis à 16:39 à Eshkol.
    Selon l'armée israélienne, 137 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël depuis la rupture de la trêve, dont 94 ont touché le sud et le centre du territoire, et 24 ont été interceptées par le système anti-missiles.
    Dans le même temps, l'armée a touché 92 cibles dans la bande de Gaza.

    vidéo de l'armée israélienne
    Tsahal frappe un mortier palestinien :
    https://www.youtube.com/watch?v=tYN7Ta-QB3k&feature=player_Embedded

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

    Lien permanent Catégories : ÉGYPTE, GAZA, HAMAS, ISRAËL 0 commentaire
  • 19 août 2014 - Les bombardements ont repris à Gaza

    Imprimer

    Rappelons que les belligérants avaient accepté de prolonger le cessez-le-feu jusqu’à 23:59 le 19 août. On pouvait espérer que la  trêve soit une nouvelle fois prolongée. Il n’en a rien été. Les Palestiniens ont repris leurs tirs sur Israël alors que les délégations israéliennes et palestinienne étaient en pleines discussions pour une prolongation de la trêve, a indiqué l'armée israélienne. Le premier ministre, Benyamin Netanyahu, a aussitôt ordonné à la délégation israélienne de quitter Le Caire pour revenir en Israël. Cette décision faisait suite à la reprise des tirs de roquettes palestiniens en pleine trêve.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Binyamin Netanyahou, GAZA, HAMAS, ISRAËL 0 commentaire
  • L'Etat Islamique - Une menace pour l'Europe et les Etats-Unis

    Imprimer

    Les Etats-Unis craignent que les Jihadistes de l’Etat Islamique commettent des attentats sanglants en Europe et même aux USA
    Des responsables américains de la lutte anti-terroriste viennent de tirer la sonnette d’alarme à propos de la menace posée par les Jihadistes de l'Etat islamique (EI). Ils pensent que  le groupe musulman extrémiste ambitionne d’élargir son champ d’action en dehors du Moyen-Orient et pourrait planifier des attaques terroristes en Europe occidentale - et même sur le territoire américain.

    L’Etat Islamique surarmé
    La conquête par les Jihadistes de l’EI de vastes étendues de territoire en Syrie et en Irak à partir du printemps 2014 lui a permis de récupérer un arsenal impressionnant constitué d’armes souvent d’origine américaine laissé par les Etats-Unis à l’armée irakienne lors de leur retrait d’Irak. Ces armes avaient été abandonnées par les soldats irakiens en fuite, principalement sur deux bases militaires irakiennes, le Camp Speicher et la base aérienne Rashid, en Juillet dernier. Le butin des Jihadistes comprend des centaines de chars, des véhicules Humvee blindés lourds, des fusils d'assaut et des lance-grenades propulsées par fusée (RPG), ainsi que des MANPADS, des missiles sol-air qui peuvent abattre des avions volant à basse altitude.  A tel point qu’on peut aujourd’hui considérer l’Etat Islamique comme la force armée la plus puissante de tous les groupes « terroristes » au monde.
    L’EI ne manque pas non plus de fonds. Le groupe terroristes a également  saisi des banques, mis la main sur de grandes quantités d'argent et des gisements de pétrole qu’il se permet maintenant de vendre, ainsi que d'autres produits de contrebande. L’EI "a beaucoup de liquidités. Il a beaucoup d'argent. Il contrôle les champs de pétrole, ils ont des raffineries. Ils ont des centaines de millions de dollars ", a déclaré un analyste américain au cours d’un briefing.
    "Ils ont suffisamment de fournitures, de matériel et de munitions pour tenir cinq ans», a déclaré John Maguire, un ancien haut officier de la CIA en Irak qui conserve des liens étroits avec le gouvernement régional kurde. Grace à l'aide d'anciens officiers militaires irakiens qui ont rejoint l’EI, "ils savent comment faire fonctionner le matériel américain."
       
    L’Etat Islamique a un but : le Califat
    Dirigé par son chef Abou Bakr al-Baghdadi, le groupe islamiste radical cherche à recréer le « califat » au Moyen Orient en renversant les gouvernements irakien et syrien.

    L’Etat Islamique veut aller plus loin
    «Nous assistons à une expansion de ses ambitions terroristes externes,"  a déclaré un fonctionnaire de la lutte anti-terroriste des États-Unis lors d'un briefing pour les journalistes jeudi 14 août 2014. "Au fur et à mesure du développement de ses moyens, il a attiré des milliers de Jihadistes étrangers - dont certains rentrent chez eux pour créer des cellules » et poursuivre le Jihad.
    Ces combattants étrangers donne à l'Etat Islamique la capacité d’aller plus loin et de mener des attaques en dehors du Moyen Orient.
    Les agences de lutte anti-terroriste américaines avaient estimé le nombre de combattants de l’Etat Islamique à environ 10.000.  Mais ce chiffre doit être aujourd’hui réévalué et il sera probablement nettement augmenté.
     
    L’armée américaine avait déjà eu à combattre ces Jihadistes
    Il ya quatre ans, le groupe jihadiste, qui se faisait appeler alors « Etat islamique d'Irak », a été décimé et dispersé par les forces américaines, aidées par des tribus sunnites horrifiées par la cruauté souvent grotesques du groupe. Les membres des tribus sunnites étaient révoltés par les exécutions sommaires, les lapidations, les décapitations rituelles et même les crucifixions.

    Pourquoi est-il réapparu ?
    Les agents américains pensent que le groupe s’est nourri du ressentiment sunnite à l’égard de la politique pro-chiite et des discriminations contre les Sunnites menées par le gouvernement à domination chiite du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki. C’est pour cette raison que ce dernier a été contraint à quitter le pouvoir. Les Jihadistes de l’Etat Islamique ont profité de la carence du pouvoir dans le nord de l'Irak pour s'emparer de larges portions du territoire. L’Etat Islamique a également recruté de nombreux prisonniers sunnites. En Juillet 2013, ils ont réussi à pénétrer dans la célèbre  prison d'Abou Ghraib pour libérer jusqu'à 500 détenus, dont des dirigeants d'Al-Qaïda.


    Les succès de l’Etat Islamique attirent les Jihadistes du monde entier
    Les succès de l’Etat Islamique a attiré les Jihadistes du monde entier, surtout après son entrée en guerre sur le théâtre de la guerre civile syrienne. Il a alors changé son nom, remplaçant « Etat Islamique d’Irak »  par « Etat Islamique d’Irak et du Levant » (EIIL). Il a à nouveau changé son nom en se faisant appeler « État islamique » après sa proclamation d’un califat, en référence au Califat remontant au septième siècle. Les Jihadistes étrangers ont rapidement gonflé ses rangs et compte aujourd’hui des centaines de Tchétchènes sous les ordres d’un militant à la barbe rousse, Omar al-Shishani, un ancien sergent de l'armée géorgienne connu pour sa profonde haine de l'Amérique.

    Al-Qaïda souffre de la concurrence de l’EI
    Il y a depuis quelques temps des signes que certains Jihadistes liés à Al-Qaida se tournent vers l’Etat Islamique et lui prêtent allégeance - malgré le désaveu porté contre l’EI par le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri.

    Les craintes des Occidentaux
    Les craintes occidentales que le terrorisme islamique déborde de la Syrie et de l'Irak se sont révélées fondées en Juin 2014 quand la police française a arrêté un "Jihadiste armé" qui venait de rentrer de Syrie au moment même où quatre personnes - dont deux touristes israéliens – étaient abattus par un Jihadiste dans un centre juif à Bruxelles.
    Depuis lors, les autorités en Europe ont pourchassé les cellules terroristes liées à l’EI, y compris au Kosovo où les fonctionnaires de police ont arrêté cette semaine 40 suspects qui étaient revenus d'Irak et de Syrie, parmi lesquels certains avaient combattu avec ’EI. Les autorités kosovares ont également saisi des armes et des explosifs dans des dizaines d’endroits.
     
    Intense propagande en faveur de l’EI sur Twitter
    L’Etat Islamique et ses partisans se sont également révélés très actifs pour utiliser les réseaux sociaux, et proférer des menaces contre l'Occident, y compris les États-Unis.
    "Probablement le plus frappant sont les menaces qui pullulent sur Twitter», a déclaré un responsable américain qui surveille les réseaux sociaux. "Nous avons vu des dizaines de milliers de messages par des dizaines de milliers de personnes soutenant l’EI, des menaces de faire sauter les ambassades américaines." Un message a même montré une bannière de l’EI apparemment superposée sur une image de la Maison Blanche.
    Il est encore difficile de savoir si ces menaces sont réelles, car pour l’instant l’EI semble se concentrer sur sa guerre avec le gouvernement irakien. Heureusement, la démission de Maliki profondément impopulaire pourra permettre de renforcer la coopération américano-irakienne dans la lutte contre les insurgés.
     
    Abou Baker al-Bagdadi, le nouveau Ben Laden
    Abou Baker al-Baghdadi – qui, selon certains officiels américains doit être considéré  comme le vrai successeur ‘Oussama ben Laden - est censé être constamment en mouvement. Mais l’EI semble avoir établi un quartier général à Raqqa en Syrie du Nord, où des drapeaux noirs du groupe surmontent les bâtiments administratifs.
    Comme le  président Obama a limité les frappes aériennes américaines à l'Irak, le refuge de Raqqa se trouve hors d’atteinte, a reconnu un responsable américain.
    Il est clair qu’une nouvelle stratégie pour lutter contre le terrorisme est nécessaire d’urgence pour contrer la menace de l’EI.

    15% des musulmans français approuvent les terroristes de l’EI selon un sondage
    Jusqu'à 15% des Musulmans français affichent une attitude positive envers les terroristes de l’État Islamique.
    Les jeunes Musulmans de France sont les plus nombreux à soutenir l’EI selon ce nouveau sondage.
    Deux fois plus de Musulmans Français ont exprimé une opinion favorable à l’État islamique que les Musulmans de Grande-Bretagne, où le nombre de gens favorablement disposés envers l’EI s'élève à 7 pour cent, ou en Allemagne, où ils ne sont que 2 pour cent. Le sondage a été réalisé en Juillet 2014 auprès de 1000 personnes dans chacun de ces pays, âgées de plus de 15 ans (plus de 18 en Grande-Bretagne).
    Cela ne veut pas dire que 15% des Musulmans français sont prêts à s’enrôler dans les rangs de l’EI mais il s’agit simplement d’une manifestation du potentiel de recrutement de l’EI dans chacun de ces pays, en raison du rejet du système existant dans son ensemble. Il s'agit d'une forme de rejet des élites, une forme de protestation .
    Le sondage a été réalisé par ICM Research.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

  • 18 août – La trêve entre Israël et Gaza expire cette nuit à 23h59

    Imprimer

    Pas de progrès dans les négociations
    Les pourparlers indirects se poursuivent toujours en Egypte sur un éventuel règlement de la situation de crise entre la délégation israélienne et celle des factions palestiniennes unies (Hamas, Jihad islamique, Fatah). A en juger par les médias égyptiens et palestiniens, il n’y a pas eu beaucoup de progrès dans les négociations.
     
    Le cessez-le-feu expire le 18 août à 23h59
    Pourtant le temps presse. L'accord complémentaire sur le cessez-le-feu expire à 23h59 le 18 Août. L'armée israélienne se prépare déjà à un éventuel nouveau cycle de confrontation armée. En attendant, et par mesure de sécurité, la circulation des trains à été arrêtée entre Ashkelon et Sderot.
     
    Les Egyptiens proposent une nouvelle prolongation
    Les Egyptiens ont offert de prolonger la durée de la trêve, même en l'absence de résultats dans les négociations.
     
    Divergences entre Palestiniens
    Les négociations sont compliquées en raison des différences entre les factions palestiniennes: le Fatah est prêt à soutenir l'initiative égyptienne pour un cessez-le-feu avec la poursuite des discussions sur les questions controversées au cours des prochains mois. Mais le Hamas insiste pour que le blocus de Gaza soit arrêté immédiatement, et que des négociations s’engagent sur les questions de l'aéroport et du port de Gaza. Dans le cas contraire, le Hamas menace de mettre un terme à la trêve et de reprendre ses tirs de missiles sur le territoire israélien.
     
    Nouvelles armes du Hamas ?
    Le 17 Août, a eu lieu à Rafah (sud de la bande de Gaza) une manifestation de masse en faveur du Hamas au cours de laquelle le secrétaire à la communication du Hamas,  Abou Zouhri, a réclamé du Hamas qu’il discute avec Israël en position de force. Il a menacé que les Israéliens "retourneront dans leurs foyers quand le Hamas leur permettra, et non pas quand Netanyahu leur dira." Le dirigeant a également brandi la menace de nouvelles armes en cas de reprise des combats.
    Il est vrai qu’Israël a été surpris par la progression des capacités militaires du Hamas à l’occasion de l’opération « Bordure Protectrice ». C’est aujourd’hui une préoccupation majeure de l’Etat-major israélien. ITV, le deuxième canal télévisé israélien, citant des sources militaires, a déclaré que la plus grande crainte des militaires est la perspective d’un emploi d’armes chimiques par le Hamas. Il y a deux possibilités selon les militaires israéliens : Soit le Hamas a recouru à la production indépendante d'armes chimiques, soit il a reçu ces armes de l'Iran.
    Pour l’instant aucune preuve n’est venue étayer les craintes israéliennes que le Hamas dispose d’un stock d’armes chimiques.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

    Lien permanent Catégories : GAZA, HAMAS, ISRAËL 0 commentaire
  • 17 août 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Nouvelles du front syrien

    Les Jihadistes de l’Etat Islamique massacrent 700 membres de la tribu  Chaitat
    Le 3 août 2014, j’indiquais sur mon blog que les membres de la tribu Chaitat avaient expulsé les Jihadistes de l’Etat Islamique de localités situées entre al-Mayadin et Boukamal dans la province de Deir ez-Zhor. Et j’avais mis une vidéo en ligne pour soutenir cette information :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehL...
    Je notais alors qu’il était  intéressant de suivre l’évolution de ce nouveau conflit entre les Jihadistes de l’Etat Islamique et les tribus sunnites car celui-ci pourrait très vite débordé du côté irakien.
    En ce qui concerne la tribu Chaitat, on sait désormais que cela s’est mal terminé pour les membres de cette tribu. Les Jihadistes de "Etat islamique ont massacré, selon un rapport de l'OSDH plus de 700 membres de cette tribu au cours des deux dernières semaines. 
    Je n’ai pas mis les images qui sont apparues sur Twitter concernant ce massacre. Mais il existe un site qui répertorie toutes les atrocités commises par l'EI. Vous pouvez me faire une demande pour avoir copie du lien de ce site. Je le réserve aux associations de défense des Droits de l'homme, à la justice internationale et à tous ceux qui ont une raison professionnelle de le recevoir.

    Raqqa – la place forte des Jihadistes de l’Etat Islamique
    Au moins 31 Jihadistes de l’EI ont été tués au cours de raids de l’armée de l'air syrienne
    dimanche 17 août dans la province septentrionale de Raqqa.
    "Le régime effectué 13 raids sur la ville de Raqqa et 11 sur la ville de Tabqa dans
    la Province Raqqa, tuant au moins 31 Jihadistes et blessant des dizaines d’autres.
    Il s’agit des raids aériens les plus violents contre les Jihadistes de l’EI depuis que ceux-ci ont pris pied en Syrie, au printemps de 2013.  
    Les Jihadistes de l’EI se sont emparés de la majeure partie de la province de Raqqa depuis février 2014, après avoir évincé d'autres groupes rebelles qui luttent contre les forces d’Assad.

    Aéroport de Tabqa – près de Raqqa
    Les Jihadistes de Daech (Etat Islamique) se sont rapprochés de l’aéroport militaire de Tebqa, à proximité de Raqqa et sont sur le point de s’en emparer :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=Rx0ELWXub3s&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA

    L’armée de Bachar el-Assad a concentré sa puissance de feu sur l’EI depuis que celui-ci s’est emparé de deux camps militaires à Raqqa et au nord de Raqqa
    Les avions de Bachar el-Assad ont également effectué des frappes aériennes sur la province orientale de Deir Ezzor ainsi que sur Akhtarin et Dabeq, dans la province d’Alep , deux localités conquises par les Jihadistes mercredi 13 août. 
    L'armée syrienne semble concentrer sa puissance de feu sur l'Etat Islamique depuis que les Jihadistes ont rompu un état de quasi-trêve entre eux et les soldats de Bachar el-Assad il y a quelques jours. Il semble aussi que l’armée de Bachar el-Assad frappe régulièrement la force qui semble l’emporter sur le terrain, que ce soit les Jihadistes de l’Etat Islamique (du califat), le Front al-Nosra (al-Qaïda en Syrie), le Front Islamique (soutenu par l’Arabie saoudite) ou l’Armée syrienne libre.
    Mais les Jihadistes de l’Etat Islamique semblent faire l’unanimité contre eux en raison de leur application stricte de la Charia et de la mise en scène des décapitations pour effrayer leurs adversaires.
    Houran oriental (Sud ouest de la Syrie)
    L’Armée Syrienne Libre (Brigade Fallouja Hauran) réceptionne un convoi de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et les accompagne vers les secteurs où l’aide doit être distribuée :
    Vidéo montrant la réception du convoi :
    https://www.youtube.com/watch?v=YlbaGYJIfRQ&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage
    Vidéo montrant l’accompagnement du convoi :
    https://www.youtube.com/watch?v=aNH4WfrInRU&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&feature=player_detailpage
    et :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=nsGuvfqm_kI&feature=player_detailpage

    Le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi de l’Armée Syrienne Libre avait de bonnes relations avec les Jihadistes de l’EI et du Front al-Nosra. Mais ça, c’était avant !
    L'un des hommes clés des États-Unis en Syrie, le colonel Abdel Jabbar al-Oqaidi de l '«Armée syrienne libre» (FSA), qui opérait principalement dans la grande région d'Alep, avait expliqué à un journaliste qu’il avait de bonnes relations avec les Jihadistes de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant (EIIL – maintenant EI), tout comme avec la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, le Front al-Nosra. Il se réfère à leurs combattants comme des « frères ». Sur une vidéo prise au moment de la prise par les rebelles de la base aérienne militaire de Menagh, il apparaît même à côté d'un jihadiste égyptien de l’EIIL, Abou Jandal, pour le remercier, lui et ses combattants, de leur contribution à la victoire. Les États-Unis et la Grande Bretagne avaient donné la priorité au colonel Oqaidi pour la fourniture d’armes à l’ASL au cours des deux dernières années. Le colonel Oqaidi avait démissionné de son poste au début de novembre 2013 en raison des querelles constantes entre les différentes organisations rebelles.
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=piN_MNSis1E

    Front irakien

    Les Kurdes ont repris le plus grand barrage d'Irak aux jihadistes
    Les forces kurdes, appuyées par l'aviation américaine, ont repris dimanche 17 août le plus grand barrage d'Irak, au nord de Mossoul, aux jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui s'en étaient emparés dix jours plus tôt, ont annoncé des responsables.
    Un officier kurde et deux responsables de partis politiques ont affirmé à l'AFP que les combattants kurdes peshmergas avaient repris le contrôle du barrage qui fournit de l'eau et de l'électricité à la majeure partie de la région et est indispensable à l'irrigation de vastes zones de culture dans la province de Ninive (nord).
    L’offensive des Peshmergas a bénéficié du soutien de l’armée de l’air américaine. Des avions et des drones ont lancé "avec succès" 14 frappes qui ont détruit ou endommagé 10 véhicules armés des insurgés de l'Etat islamique (EI), sept véhicules de transport Humvee, deux véhicules blindés de transport de troupes et un poste de contrôle, a précisé le Centcom, le Centre de Commandement militaire Américain pour le Moyen Orient.
    La veille, les Etats-Unis avaient lancé neuf frappes aériennes sur le même objectif, en soutien de l’offensive des peshmergas (combattants kurdes) lancée samedi 16 août pour reprendre cet important ouvrage aux Jihadistes qui en avaient pris le contrôle le 7 août.
    Les Peshmergas (combattants kurdes) poursuivent leur offensive vers Tal Kayf, une localité aux mains des Jihadistes de l’EI située à une centaine de km à l’est du barrage. Mais la progression est rendue périlleuse car la route y menant est truffée d’IED (Improvised Explosive Devices).

    Vidéos fournies par le Centcom
    Un véhicule de l'Etat Islamique détruit par une frappe aérienne américaine près du barrage de Mossoul :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=EHPvs-eo55w&list=UUNEEHeS9Y2yFVLbWGeHhbYA
    Destruction d'un Humvee près du même barrage :
    https://www.youtube.com/watch?v=c5_Bh1sqMPw&feature=player_detailpage&list=UUNEEHeS9Y2yFVLbWGeHhbYA

    Vidéo fournie par l'armée kurde
    Cette vidéo montre un journaliste expliquant (en Kurde) avec quelques images l'offensive menée par la brigade Peshmerga Mansour al-Barzani pour reprendre le barrage de Mossoul aux Jihadistes de l'Etat Islamique :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=qqgsWJV1lkI&list=UUNoazHVgGDtXhHwY3maknuw

    Vidéo montrant un combattant du Comité de Protection du Peuple Kurde (YPG) jouant de la musique sur le front en Syrie (exceptionnel) :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ihVE5jUDpBg

    Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • Comment les Iraniens ont lâché Nouri al-Maliki, le premier ministre irakien

    Imprimer

    Au lendemain de l'offensive éclair des insurgés sunnites en Juin, l'Iran avait donné son ferme soutien au Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, alors même que le Guide suprême - contredisant le président Rohani - affirmait qu'il n'y aurait pas de coopération avec les Etats-Unis pour repousser la menace de l'État islamique. Téhéran avait fourni des conseillers militaires, y compris le chef de la Force d’élite al-Qods et des troupes pour aider les forces irakiennes, tout en proclamant défendre l'unité et la stabilité de l’Irak.
    Cependant, l'Iran a modifié sa position à la mi-juillet affirmant que – tout en maintenant son appui loyal au gouvernement irakien – il n’était pas nécessaire que Nouri al-Maliki reste comme Premier ministre. Et la semaine dernière, l’Iran a donné le coup de grâce politique à Maliki, affirmant qu’il devait quitter le pouvoir au profit de son remplaçant Haidar al-Abadi.

    Lire la suite