Etats-Unis : L'écrivain Salman Rushdie grièvement blessé au couteau par un islamiste

Imprimer

2083354.jpegL'écrivain Salman Rushdie (photo) a été attaqué aux États-Unis. Selon la police, il a été poignardé au cou.

Salman Rushdie se préparait à donner une conférence à l'Institut Chautauqua dans l'ouest de New York et était présenté au public lorsqu'un homme a sauté sur scène et a attaqué l'écrivain au couteau.

Selon la police, l'agresseur a poignardé Rushdie à plusieurs reprises au cou et à l'abdomen.  Rushdie a été transporté hors du bâtiment sur une civière et transporté à l'hôpital. Selon son agent, il a été placé sous respirateur artificiel et pourrait perdre un oeil. 

pzNsdkFk.jpegSon agresseur a été aussitôt arrêté et placé en détention. Il a té identifié sous le nom de Hadi Matar, 24 ans (photo ci-contre). Il serait originaire de l'Etat du New Jersey.

Hadi Matar afficherait, sur ses comptes sur les les réseaux sociaux, une grande proximité avec l’extrémisme chiite et les Gardiens de la révolution iranienne. Mais aucun lien direct entre le suspect et ces derniers n'a été établi.

l’islamologue Romain Caillet présente Matar, sur Twitter, comme "un chiite libanais d'obédience Khomeyniste". Selon lui, sur le profil Facebook de l'agresseur sont affichées des photos de "figures du régime iranien, ainsi que son fondateur, l’Ayatollah Khomeyni". L'islamologue affirme également que Matar "a utilisé un faux permis de conduire et le choix du nom est éloquent pour qui connaît l'islamisme chiite et le Hezbollah : Hassan Moghniyé..." Le patronyme Moghniyé renvoie à Imad Moghniyé, responsable militaire du Hezbollah tué en 2008 à Damas par les Israéliens.

Salman Rushdie
Salman Rushdie est né en 1947 en Inde. En Iran, il est considéré comme un blasphémateur. Son roman Les Versets sataniques a été interdit de publication. En 1989, le guide suprême de l'Iran de l'époque, l'ayatollah Khomeiny, avait émis une fatwa appelant à la peine de mort pour l'écrivain. Il y avait une récompense de 3 millions de dollars pour le meurtre de Rushdie.

La situation autour de Rushdie a conduit le Royaume-Uni et l'Iran à rompre leurs relations diplomatiques en mars 1989, et depuis lors, Rushdie a été contraint de vivre sous protection policière. Neuf ans plus tard, les relations entre les pays ont été rétablies, mais l'Iran a déclaré qu'il ne respecterait ni n'annulerait la fatwa, rappelle Radio Liberty.

L'assaillant de Salman Rushdie félicité par la presse conservatrice iranienne
Le principal quotidien ultraconservateur iranien, Kayhan, a félicité samedi l'homme ayant poignardé la veille aux Etats-Unis l'écrivain britannique mondialement connu Salman Rushdie, auteur des "Versets sataniques", cible depuis plus de 30 ans d'une fatwa de l'Iran.

"Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l'apostat et le vicieux Salman Rushdie", écrit le journal, dont le patron est nommé par le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. "Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l'ennemi de Dieu avec un couteau", poursuit le texte.

L'ensemble des médias iraniens ont suivi la ligne officielle du pouvoir iranien et qualifié M. Rushdie d'"apostat", à l'exception d'Etemad, journal réformateur. Le quotidien Iran, journal étatique, a estimé que "le cou du diable" avait été "frappé par un rasoir". 

"Je ne verserai pas de larmes pour un écrivain qui dénonce avec une haine et un mépris infinis les musulmans et l'islam", a écrit dans un tweet Mohammad Marandi, conseiller de l'équipe de négociateurs sur le dossier nucléaire. "Rushdie est un pion d'empire qui se pose en romancier postcolonial", a-t-il ajouté. "N'est-il pas étrange que, alors que nous approchons d'un potentiel accord sur le nucléaire, les États-Unis prétendent qu'une attaque sur Bolton (ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche) était prévue... et que cela se produise ensuite", s'interroge-t-il.

Les commentaires sont fermés.