Tunisie : Deux soldats blessés dans un accrochage avec des jihadistes liés à l'Etat islamique

Imprimer

Deux soldats tunisiens ont été légèrement blessés vendredi dans un échange de tirs avec des jihadistes présumés dans une zone montagneuse du centre de la Tunisie, a appris l'AFP auprès du ministère de la Défense.

L'accrochage s'est produit au cours d'une opération de l'armée dans la zone du Mont Salloum, près de Kasserine (centre-ouest), ville proche de la frontière avec l'Algérie, où se trouvent des maquis jihadistes, selon les médias locaux. 

"Il y a eu un échange de tirs entre des militaires et un groupe de terroristes dans la zone de Kasserine", a indiqué à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense. Selon lui, "il y a eu des blessés parmi les terroristes qui ont pris la fuite" et "deux militaires ont subi des blessures sans gravité".

Les djihadistes appartiennent au groupe Jund al-Khilafa affilié à l'Etat islamique.

Le dernier accrochage similaire en Tunisie remonte à mars dernier quand des jihadistes présumés avaient tiré sur des gendarmes à l'entrée d'une caserne de la garde nationale à Kairouan, grande ville située à environ 150 km à l'est de Kasserine.

Après la révolte populaire de 2011 en Tunisie, le pays a connu un essor des groupes jihadistes qui ont mené plusieurs attaques sanglantes ayant fait des dizaines de morts parmi les touristes et les forces de sécurité. Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les jihadistes.
La dernière attaque d'ampleur menée par les jihadistes contre les forces de sécurité remonte à 2016 à Ben Guerdane (sud-est) au cours de laquelle 13 membres des forces de sécurité et 7 civils avaient péri, de même que 55 jihadistes. 

Les commentaires sont fermés.