Iran/Russie : L'armée russe s'entraîne à utiliser les drones iraniens

Imprimer

La chaîne CNN rapporte qu'un groupe d'experts militaires russes est arrivé en Iran et suit depuis plusieurs semaines une formation sur le pilotage des drones iraniens. Des soldats biélorusses et arméniens participent également au stage de formation. L'information a été confirmée par le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI).

La publication est illustrée par une image satellite qui, selon CNN, montre une base aérienne en Iran où sont stationnés les Russes. Cette image montre deux drones Shahed-129 (photo de gauche) et Shahed-191 (photo de droite).

2082992.jpeg

2082993.jpeg

 

Selon CNN, les Iraniens ont fait une démonstration de ces drones aux Russes le 8 juin 2022 sur l'aérodrome de Kashan, au sud de Téhéran (c'est la date de l'image satellite).

Il y a quelques jours, le Dr Raz Zimt, un expert israélien de l'Iran, a affirmé que le premier lot de drones iraniens avait déjà été livré à la Russie. CNN ne le confirme pas.

Les drones iraniens pourraient avoir été livrés à la Russie par un Boeing 747 cargo de la compagnie iranienne Fars Air Qeshm qui a atterri sur l'aéroport Sheremetyevo de Moscou le 28 juillet.

Téhéran continue de nier non seulement le fait des livraisons de drones iraniens à la Russie, mais aussi l'existence même d'un accord sur ces livraisons.

À ce jour, pas un seul drone de fabrication iranienne n'a été vu ou abattu au-dessus du territoire de l'Ukraine, où l'armée russe est en guerre depuis le 24 février 2022.

Il y a environ un mois, l'assistant du président américain pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré lors d'un briefing que les dirigeants américains disposaient d'informations sur les projets de l'Iran de transférer des centaines de drones, tant de reconnaissance que de frappe, à la Russie. M. Sullivan a également déclaré que les autorités américaines savaient que l'Iran était prêt à former des spécialistes russes au maniement des drones, et que le processus de formation commencerait en juillet. La source de cette information n'a pas été précisée dans la déclaration de M. Sullivan.

L'Iran a activement poursuivi un programme d'aviation militaire sans pilote au cours des dernières décennies, et a obtenu un certain succès dans ce domaine. Les drones d'attaque iraniens ont été activement utilisés par les Houthis yéménites et d'autres groupes armés, notamment le Hezbollah libanais. Les experts estiment que l'Iran est supérieur à la Russie en matière de développement et de production de drones, mais nettement inférieur à des pays comme les États-Unis, Israël, le Royaume-Uni, la Turquie et la Chine.

La Russie connaît actuellement une grave pénurie de drones dans la zone de combat en Ukraine. On sait que l'armée russe utilise même des drones du ministère des situations d'urgence.

Drones Shahed-129 et Shahed-191
Le Shahed-129 est un drone de combat monomoteur de moyenne altitude développé par Shahed Aviation Industries pour le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il est capable d'effectuer des missions de reconnaissance et des missions de frappe 24 heures sur 24. Il ressemble à l'Hermès 450 israélien ou au MQ-1 Predator américain. Ces drones ont été utilisés en Syrie et ont été transférés au Hezbollah libanais. Le CGRI possède des centaines de ces drones.

Le Shahed-191 (ou Saegheh-2) est un drone de combat à aile  propulsé par des turbines soufflantes et des pistons, produit par Shahed Aviation Industries. Il ressemble au drone américain Lockheed Martin RQ-170 Sentinel (l'Iran en a intercepté un en 2011 et a tenté de le copier), mais il est plus petit et sensiblement différent. Le CGRI a montré des séquences vidéo et des photos de vols de ces drones ; la crédibilité de ces documents promotionnels est discutable. La possibilité déclarée d'utiliser Shahed-191 comme drone d'attaque est également discutable.

La Russie semble principalement intéressée par les drones Shahed-129. L'équivalent russe le plus proche de ce drone iranien est le drone Inokhodets (Orion) créé par Kronshtadt (appelé Transas jusqu'en 2015). En mars 2022, le ministère russe de la Défense a annoncé l'utilisation de ce drone contre l'armée ukrainienne. Il a été affirmé que les Inokhodts, précédemment testés en Crimée et en Syrie, pouvaient transporter soit une bombe (KAB-20, KAB-50), ou une bombe à glissement guidée (UPAB-50), une bombe aérienne en chute libre (FAB-50) ou un missile aérien guidé (X-50). Même si les Inokhodts ("Orions") ont été utilisés par l'armée russe au début de la guerre contre l'Ukraine, il est peu probable que l'armée russe en possède actuellement. Selon l'état-major de l'armée ukrainienne, l'armée russe a perdu 766 drones opérationnels-tactiques en près de six mois de guerre en Ukraine (de son côté, le ministère russe de la Défense affirme que l'armée ukrainienne a perdu 1 720 drones, dont apparemment des quadcoptères conventionnels).

Les commentaires sont fermés.