Iran : le chef de l'unité de sécurité du CGRI est soupçonné de trahison

Imprimer

Des informations sont parues dans les médias arabes sur l'arrestation d'Ali Naseri, qui dirigeait l'unité de sécurité personnelle du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI). Il est soupçonné de trahison.

Comme le note le blogueur Abu Ali, spécialisé dans les questions du Moyen-Orient, l'arrestation a été précédée par la fuite d'Iran de deux officiers de haut rang du CGRI, ainsi que par plusieurs liquidations très médiatisées en Iran même.

L'unité de sécurité du CGRI serait également responsable de la sécurité des membres de haut rang du régime de l'ayatollah. Les suspicions portées contre son commandant, ainsi que les nombreuses défaillances de service, devraient entraîner une purge massive.

Rappelons que lundi 13 juin, le New York Times a publié un article consacré à la mort mystérieuse de deux jeunes scientifiques iraniens Ayub Entezari et Kamran Aghamolai.

Ayub Entezari, 35 ans, était un spécialiste de l'aéronautique qui a développé des drones et a travaillé dans un groupe de réflexion militaire. Kamran Agamolai, selon la publication, était géologue et, selon certaines sources, travaillait au centre nucléaire de Natanz.

L'Iran est convaincu qu'Entezari et Agamolai ont été empoisonnés par Israël. Le NYT écrit que cette version a été exprimée par deux responsables gouvernementaux, ainsi que par deux personnes différentes associées au gouvernement.

Commentaires

  • M. Belliard, je n'ai trouvé nulle trace de cette nouvelle dans les média francophones ou anglophones hormis un article non signé sur un site d'information en ligne dont il est impossible de vérifier la crédibilité. Avez-vous d'autres sources?
    SI l'info était confirmée, cela signifierait que le régime commence à se lézarder ce qui constituerait un petit espoir de changement pour la population iranienne.

Les commentaires sont fermés.