Syrie : Dix personnes exécutées à un faux check-point installé par Daech

Imprimer

Jeudi 2 décembre, des jihadistes de l'Etat islamique ont massacré dix personnes après avoir installé un faux poste de contrôle sur une route clé dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, qui est contrôlée par les forces gouvernementales syriennes.
261816012_442105884185325_12580567380570914_n.jpeg

Les jihadistes ont réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a, après une infiltration réussie. Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment.
261778357_442106447518602_3394679873159249991_n.jpeg

Au poste de contrôle, les jihadistes ont arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharata et une moto avec un militaire appartenant à la 17e Division de l'armée arabe syrienne. .

Les dix personnes ont été exécutées par les jihadistes qui ont incendié les cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert.

Après l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une importante force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'a. Les combattants des FDN ont secouru un homme qui avait été blessé par les jihadistes et ils procèdent actuellement à la sécurisation de la zone.

Le champ pétrolier d'al-Kharata se situe à 20 kilomètres au sud-est de la ville de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cette attaque n'a pas immédiatement été revendiquée. Toutefois, le groupe Etat islamique a revendiqué plusieurs opérations similaires dans cette région riche en pétrole qui faisait jadis partie de son proto-Etat, qui s'étendait sur des larges pans des territoires syrien et irakien. L'OSDH a affirmé qu'un engin explosif avait été utilisé dans l'attaque de jeudi dans un secteur de Deir ez-Zor où des cellules de l'Etat islamique sont toujours actives. Le 13 novembre, au moins sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah » avaient été tués dans une  embuscade  tendue par les jihadistes près de la ville d'al-Masrab, dans le nord de la province.. Cinq soldats syriens ont par ailleurs été tués par une explosion à Deir ez-Zor cette semaine, selon les médias d'Etat.

Al-Kharata a été repris par le régime en 2017 après que les jihadistes de l'Etat islamique aient été expulsés de la région. Le califat autoproclamé de l'Etat islamique a été déclaré définitivement vaincu dans le petit village syrien de Baghouz en mars 2019 au terme d'une longue offensive soutenue par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais le groupe continue de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien qui s'étend tout le long des faubourgs de Damas jusqu'à la frontière irakienne.

La Russie, alliée du régime syrien, a mené d'intenses raids aériens ciblant des positions de l'Etat islamique dans le désert syrien au cours des deux derniers jours, rapporte l'OSDH. 

Les commentaires sont fermés.