Allemagne : un tribunal condamne à perpétuité un islamiste irakien pour génocide contre les yézidis

Imprimer

Un tribunal de Francfort a condamné, mardi 30 novembre 2021, un islamiste irakien à la prison à vie pour son implication dans le génocide contre la minorité yézidie. 

Il s'agit d'une première, car c'est « le premier verdict sur les crimes commis par l'État islamique (Daech) contre la minorité yézidie », a déclaré le juge Christoph Koller.

L'Irakien Taha Al-Jumailly, 29 ans, aurait rejoint l'Etat islamique en 2013. Cette organisation islamique a persécuté systématiquement la minorité ethnique pendant des années. Les jihadistes ont mené un règne de terreur dans certaines parties de l'Irak et de la Syrie et ont massacré les yézidis mâles. Ils ont utilisé leurs femmes comme esclaves sexuelles et les garçons comme enfants soldats.

Al-Jumailly et son ex-femme allemande Jennifer Wenisch (30 ans) avaient "acheté" une femme yézidie et son enfant en 2015 pour les garder comme esclaves, selon les procureurs. Al-Jumailly aurait enchaîné la fillette de cinq ans à une température de 50 degrés pour la punir d'avoir mouillé son lit. La fillette n'a pas survécu à la punition. 

Wenisch a été   condamnée à dix ans de prison fin octobre pour avoir tenté de commettre un crime de guerre, des crimes contre l'humanité et son appartenance à l'Etat islamique. La peine était inférieure à ce que les procureurs exigeaient. Ils voulaient une condamnation à perpétuité pour la femme. La défense avait requis une peine de deux ans de prison uniquement pour participation à une organisation terroriste. Wenisch a témoigné dans le procès d'Al-Jumailly, le qualifiant de "violent".

Prison à vie et indemnité de 50 000 euros 
Le tribunal de Francfort a reconnu Al-Jumailly coupable de génocide, de crimes contre l'humanité, de complicité de crimes de guerre et d'autres infractions.  Il a été condamné à perpétuité et à payer une somme de 50.000 euros de dommages et intérêts à la mère de la jeune fille. Le jihadiste s'est évanoui lorsque le verdict a été rendu.

Le fait que le procès ait eu lieu devant un tribunal allemand, même si les crimes n'ont pas été commis en Allemagne, est une conséquence du principe judiciaire de la compétence universelle. En conséquence, les crimes présumés qui n'ont pas eu lieu en Allemagne ou qui ont été commis par des citoyens allemands peuvent toujours être jugés par un tribunal allemand. Dans le cas de l'affaire Taha Al-Jumailly, les choses sont allées encore plus loin, puisque l'homme a été arrêté en Grèce à la demande du procureur allemand et extradé vers l'Allemagne.

Les commentaires sont fermés.