Burkina Faso : 19 morts dans une attaque djihadiste dans le nord du pays

Imprimer

Les autorités burkinabè ont indiqué qu'au moins 9 gendarmes et une dizaine de civils avaient été tués dans une attaque menée par des hommes armés djihadistes dimanche 21 novembre 2021 à Foubé, dans le nord du pays.

"Alors que nous nous préparons à enterrer nos braves combattants tombés dans l'attaque sanglante d'Inata et qui seront enterrés demain, mardi, il y a malheureusement eu un nouvel attentat contre un détachement de gendarmerie à Foubé" dans la province de Sanmatenga (centre-nord), a déclaré le ministre Hussein Tambora dans un communiqué diffusé à la radio d'Etat.

"Malheureusement, cette attaque a fait des victimes, dont 9 gendarmes et une dizaine de civils", a-t-il ajouté, notant que "huit autres gendarmes sont toujours portés disparus".

Cette nouvelle attaque contre un détachement de gendarmerie au Burkina Faso intervient une semaine après une autre attaque similaire contre un détachement de gendarmerie à Inata (nord), qui a fait au moins 57 morts, dont 53 gendarmes, selon un nouveau bilan annoncé par le ministre de l'Information lundi. L'attaque d'Inata a été revendiquée par Le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM).

"Il est essentiel que nous nous considérions vraiment en guerre", a déclaré Tambori.

L'attaque d'Inata a été la plus meurtrière visant les forces de sécurité au Burkina Faso depuis que la violence djihadiste a éclaté il y a six ans. 

Depuis 2015, le Burkina Faso a été le théâtre d'attaques djihadistes fréquentes et sanglantes, principalement dans les régions du nord et de l'est proches du Mali et du Niger, mais certaines de ces attaques se produisent parfois dans le sud du pays.

Ces attaques, que les autorités attribuent à des groupes djihadistes liés à l'État islamique et à Al-Qaïda, ont fait environ 2.000 morts et contraint plus de 1,4 million de personnes à fuir leur domicile, selon les chiffres officiels.

 

Les commentaires sont fermés.