Syrie : Cinq personnes tuées par des frappes de drones turcs sur la ville de Kobane (Aïn el-Arab)

Imprimer

Cinq personnes ont été tuées par les frappes de drones turcs menées le 20 octobre sur la ville de Kobané, dans le nord-est de la Syrie, qui est sous le contrôle des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de milices majoritairement kurdes, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le jeudi 21 octobre.

La frappe de drones a visé plusieurs voitures garées devant le bâtiment du Comité de justice sociale dans le centre de Kobané.

Selon l'OSDH, au moins deux des victimes étaient des combattants des FDS, ce que le groupe a reconnu.

La cible principale de la frappe était probablement Bakr Jaradah, coprésident du Comité de justice sociale supervisé par l'Administration autonome du Nord et de l'Est de la Syrie contrôlé par les FDS. Jaradah a survécu à la frappe avec seulement quelques blessures.

« Le nombre de morts pourrait augmenter car de nombreux blessés sont toujours dans un état critique », lit-on dans le rapport de l'OSDH.

La frappe de drones turcs sur Kobané est la première attaque de ce type contre des zones détenues par les FDS dans le nord-est de la Syrie depuis plus d'un mois.

La frappe fait suite à des informations faisant état  d'une opération militaire menée par la Turquie contre les forces kurdes dans la province d'Alep, où se trouve Kobané. Les FDS devraient riposter très prochainement à la frappe.

Nouveau survol d'un drone turc jeudi 21 octobre
Des militants syriens ont partagé une photo d'un drone de combat qui menait apparemment une mission de reconnaissance armée au-dessus de la ville de Kobane.

Le drone était armé d'au moins deux munitions de petit diamètre à guidage laser MAM-L, fabriquées par le géant turc de la défense ROKETSAN.

L'Anka-S est la version la plus avancée de la famille de drones Anka. Cette version est équipée du terminal de communication mobile par satellite Ctech DEV-KU-18.
Drone Anka S.jpeg

Les commentaires sont fermés.