Etats-Unis : Un canadien d'origine saoudienne accusé d'être "la voix" des vidéos de propagande de l'Etat-islamique

Imprimer

Mohammed Khalifa, d'origine saoudienne, est accusé d'être "la voix derrière la violence" en fournissant une narration en anglais sur une quinzaine de vidéos.

Beaucoup d'entre elles ont encouragé les partisans à rejoindre l'Etat islamique, tandis que d'autres montraient "l'exécution brutale" de prisonniers et d'otages.

S'il est reconnu coupable, l'homme de 38 ans pourrait être condamné à la prison à vie.

M. Khalifa comparaîtra devant un tribunal américain la semaine prochaine pour avoir fourni "un soutien matériel à une organisation terroriste, entraînant la mort". Il nie les accusations.

Les procureurs ont déclaré qu'il était également un combattant de l'Etat islamique et qu'au cours d'un affrontement, peu de temps avant d'être capturé, il a lancé une grenade sur les forces opposées.

"Grâce à son rôle présumé de premier plan dans la traduction, la narration et la promotion de la propagande en ligne de l'Etat islamique, Khalifa a fait la promotion du groupe terroriste... et a élargi la portée des vidéos qui glorifiaient les meurtres horribles et la cruauté aveugle de l'Etat islamique", a déclaré Raj Parekh, procureur américain par intérim du district oriental de Virginie, dans un communiqué .

Parmi les vidéos figurent deux productions de l'Etat islamique que le ministère américain de la justice a décrites comme "les vidéos les plus influentes et les plus violentes" qui encourageaient la violence contre les citoyens étrangers, montraient diverses attaques de l'Etat islamique et la mort de prisonniers non armés.

Une autre vidéo comprend un enregistrement vocal d'Omar Mateen, qui a tué 49 personnes lors de l'attaque du Pulse Nightclub en Floride en 2016, jurant allégeance à l'Etat islamique.

M. Khalifa a quitté le Canada en 2013 pour rejoindre l'Etat islamique en Syrie, où il est devenu un membre clé de l'équipe de propagande du groupe, a déclaré le ministère américain de la Justice.

Il aurait occupé plusieurs postes de premier plan avant de devenir son traducteur principal en raison de ses compétences linguistiques en anglais et en arabe.

En traduisant les vidéos en anglais, il a joué un rôle essentiel dans le recrutement et la radicalisation des Occidentaux qui ont causé la mort de nombreuses personnes aux mains de l'Etat islamique, selon les procureurs.

Mohammed Khalifa a été capturé en janvier 2019 lors d'un échange de tirs entre l'Etat islamique et les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) - une milice dirigée par les Kurdes et soutenue par les États-Unis qui mène la lutte contre l'Etat islamique dans le nord-ouest de la Syrie.

Il a ensuite été remis au FBI.

Dans une interview à un journal après sa capture, il a déclaré qu'il avait été un combattant de bas niveau et "juste la voix" de l'Etat islamique. Il a insisté sur le fait qu'il n'avait joué aucun rôle dans le tournage ou la réalisation des scènes horribles qu'il a racontées.

Des vidéos en ligne montrant des décapitations et d'autres atrocités ont été un élément clé de la campagne de recrutement mondiale de l'Etat islamique alors que le groupe étendait son contrôle sur la Syrie et l'Irak.

Mais l'effort de propagande a diminué alors que les militants ont commencé à perdre du territoire à partir de 2017.

 

Les commentaires sont fermés.