Soudan : L'armée affirme avoir repoussé une incursion de l'armée éthiopienne

Imprimer

L'armée soudanaise a déclaré avoir repoussé une tentative d'incursion des forces éthiopiennes dans la zone frontalière entre les deux pays. Les troupes d'Addis-Abeba, suite à la contre-offensive soudanaise, ont été contraintes de se retirer de la zone d'Umm Barakit. Le chef des forces armées de Khartoum, le général Abdel Fattah al-Burhan, a précisé que les affrontements avaient eu lieu samedi 25 septembre. Le commandant a souligné que l'armée protégeait le pays après la tentative de coup d'État organisée dans la capitale le 21 septembre. Le colonel Getnet Adane, porte-parole militaire de l'Éthiopie, n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Agitation de la tribu Beja
Pendant ce temps, au Soudan, des manifestants des tribus Beja, dans la région orientale du pays, ont occupé un oléoduc qui transporte du pétrole brut importé vers Khartoum. Les résidents se sont déplacés pour protester contre les conditions politiques et économiques dégradantes de leurs communautés. Le correspondant d'Al Jazeera, Hiba Morgan, a déclaré que le mécontentement de la tribu Beja, l'une des principales tribus de l'est du Soudan, a commencé en octobre 2020, lorsque certains groupes armés et d'opposition ont signé un accord de paix avec le gouvernement soudanais. La tribu estime que l'accord n'est pas "représentatif" et ne traite pas "les causes profondes de la marginalisation et du sous-développement dans la région orientale", a déclaré Morgan. "Ils disent qu'ils veulent que le gouvernement comprenne ce que signifie vivre une crise économique, être sous-développé et faire entendre votre voix », a-t-il ajouté. Selon le journaliste, l'objectif des manifestants est de tenir une conférence avec diverses tribus et ethnies de la région pour trouver une alternative à l'accord de paix. Le gouvernement, pour sa part, a appelé les manifestants à mettre fin à l'occupation de l'oléoduc d'ici une semaine afin d'éviter que le pays ne subisse d'énormes pertes financières. Gadian Ali Obaid, ministre soudanais du pétrole et de l'énergie, a déclaré dans une interview : « Les autorités tentent de résoudre le problème de la fermeture des ports ». Samedi 25 septembre, Obaid a précisé qu'il restait encore suffisamment de réserves pour répondre aux besoins du pays pendant encore 10 jours. Selon le ministère, la raffinerie de pétrole de Khartoum, qui produit du carburant pour la consommation interne, fonctionne toujours normalement. Un autre oléoduc utilisé pour exporter du pétrole brut du Soudan du Sud voisin, tout en fonctionnant toujours, est également vulnérable car des manifestants ont bloqué un cargo. L'arrêt des exportations de pétrole "conduira à de lourdes pertes économiques", a déclaré Yaser Arman, conseiller du Premier ministre Abdalla Hamdok, dans un communiqué, estimant les dommages potentiels d'une panne prolongée à plus d'un milliard de dollars.

Répercussions de la guerre du Tigray en Ethiopie
Les tensions entre le Soudan et l'Éthiopie se sont accrues depuis que le conflit dans la région nord de l'Éthiopie du Tigray s'est intensifié et que le différend sur la construction du Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) n'a pas encore été résolu. 

La guerre au Tigray a commencé par une opération de l'armée fédérale éthiopienne dans la région après que le TPLF a été tenu pour responsable d'une attaque contre une base militaire des forces gouvernementales à Dansha, dans le but d'y voler du matériel militaire. Abiy, le 1er ministre éthiopien, avait accusé le TPLF (Front de Libération du Peuple Tigray) de trahison et de terrorisme et avait lancé une campagne militaire pour rétablir l'ordre dans la région. L'offensive a été déclarée terminée le  29 novembre  2020, avec la conquête de la capitale régionale, Mekele. Cependant, les combats se sont poursuivis dans le centre et le sud du Tigray. L'Érythrée voisine a également envoyé ses hommes pour soutenir les forces d'Abiy. Les combattants du Tigray n'ont pas cessé le combat et, quelques mois plus tard, ils ont repris contrôle d'une grande partie du territoire  de la région nord du Tigray, après avoir reconquis la capitale régionale, Mekele. L'opération militaire du gouvernement fédéral a subi un revers sévère face à la contre-offensive des forces tigréennes et, dans la soirée du 28 juin, l'exécutif d'Addis-Abeba a été contraint d'annoncer un  cessez-le-feu unilatéral et immédiat. Cette décision a marqué une accalmie dans le conflit civil, qui durait depuis près de huit mois. Le TPLF a cependant qualifié la trêve de « blague » et les combats n'ont pas encore cessé.

Les commentaires sont fermés.