Cisjordanie : Recrudescence des violences - les Palestiniens se mobilisent en faveur des prisonniers

Imprimer

Ce qui a mis le feu aux poudres, c'est l'évasion audacieuse de six prisonniers palestiniens de l'établissement pénitencier de haute sécurité de Gilboa, le 6 Septembre.

Depuis, quatre des six évadés ont été repris. Les deux derniers sont toujours dans la nature.

En soutien des évadés, les Palestiniens se sont rassemblés dans toute la Cisjordanie où les affrontements avec les forces de sécurité israéliennes sont maintenant quotidiennes.

Les Palestiniens veulent défendre les prisonniers évadés dans un acte de résistance collective. Les combattants palestiniens du camp de réfugiés de Jénine ont affronté la présence militaire israélienne accrue, se jurant de protéger la zone et la vie des évadés. La même volonté de résister à la force israélienne déployée massivement à la recherche des deux derniers évadés a été observée dans d'autres localités de Cisjordanie.

Depuis une semaine maintenant, les Palestiniens de Cisjordanie célèbrent l'évasion. Une nouvelle « Journée de colère » a eu lieu le 10 septembre en solidarité avec les évadés et les prisonniers dans toute la Palestine. Vidéo.

D'énormes manifestations ont éclaté pour dénoncer la violence et les mauvais traitements que subissent les Palestiniens dans les prisons israéliennes. Les forces israéliennes ont riposté pour réprimer les manifestations, faisant de nombreux blessés.

Le 12 septembre e , des coups de feu lourd ont retenti dans la région de Jénine dans le nord de la Cisjordanie où les forces de sécurité israéliennes auraient essuyé des tirs pendant la chasse à l' homme pour les deux derniers prisonniers évadés.

De leur côté, les autorités israéliennes prétendent qu'une « attaque majeure » a été déjouée.

Le service de sécurité du Shin Bet et la police ont déjoué un certain nombre d'attaques, ont rapporté les canaux 12 et 13 de la télévision israélienne, sans donner de détails sur l'attaque majeure empêchée. La police rste en état d'alerte, craignant de nouvelles violences à l'occasion de la fête de Yom Kippour, en particulier à Jérusalem.

"Je ne sais pas si nous sommes au bord d'une escalade", a déclaré le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev au radiodiffuseur public Kan.

"Mais nous sommes définitivement dans une période très sensible – les récents attentats, l'évasion des terroristes de la prison et les deux qui n'ont pas encore été arrêtés, ainsi que nos problèmes avec le Hamas."

Tout incident pourrait mettre à feu et à sang toute la région. Nous nous préparons donc à une escalade à Jérusalem, en Judée-Samarie (Cisjordanie) et à Gaza », a ajouté le ministre.

Le Hamas et le Jihad islamique ont également lié la récente recrudescence des attaques à l'évasion des prisonniers.

« La recrudescence des attaques au couteau à Jérusalem, les fusillades, les affrontements croissants, la colère populaire en Cisjordanie et les manifestations à Gaza, s'inscrivent dans le cadre du soulèvement pour la liberté lancé par notre peuple palestinien en solidarité avec les prisonniers héroïques et face aux l'arrogance de l'occupation», a déclaré le porte-parole du Hamas Abdelatif al-Qanou.

« Maintenir l'affrontement avec l'occupation sioniste et accélérer le rythme des opérations par divers moyens est la meilleure option pour affronter l'occupation sioniste », a-t-il déclaré.

« Les actes de résistance sont le droit légitime du peuple palestinien, et nous bénissons et soutenons cet acte djihadiste », a déclaré le porte-parole du Jihad islamique Daoud Shehab.

Une autre raison qui exacerbe la colère palestinienne est la détérioration de la santé de six grévistes de la faim palestiniens, protestant contre leur détention administrative ou leur détention sans jugement.

Kayed Fasfous, Miqdad Qawasmeh et Hisham Abu Hawash de Hébron ; Raik Bisharat de Tubas ; Alla al-Araj de Tulkarem ; et Shadi Abu Aker de Bethléem sont en grève de la faim prolongée – refusant de manger jusqu'à ce que les autorités israéliennes les informent de quoi ils ont été inculpés et quand ils seront libérés.

Quelque 1.400 détenus palestiniens vont également entamer une grève de la faim
Près de 1.400 prisonniers palestiniens s'apprêtent à entamer une grève de la faim pour dénoncer la détérioration de leurs conditions de détention en Israël après l'évasion de six détenus la semaine dernière, dont quatre ont depuis été capturés, a indiqué mardi l'Autorité palestinienne.

Les prisons israéliennes, qui comptent plus de 4.000 détenus palestiniens, ont connu un accès de tensions la semaine dernière après l'évasion des six Palestiniens, membres de groupes armés, du centre pénitentiaire de haute sécurité de Gilboa (nord) via un tunnel creusé sous un évier.

Les tensions ont débuté après le transfert de plusieurs centaines de personnes depuis cette prison durant lequel des fouilles ont été opérées et des objets personnels confisqués, d'après le Club des prisonniers palestiniens. Des incendies avaient été allumés par des détenus dans certaines prisons. "La situation à l'intérieur des prisons est très mauvaise, ce qui a incité les prisonniers à observer une grève de la faim", a indiqué à l'AFP Qadri Abou Bakr, président de la Commission chargée des prisonniers, organe de l'Autorité palestinienne, précisant que 1.380 détenus feraient grève à partir de vendredi, puis d'autres se joindraient au mouvement la semaine prochaine.

La Croix-Rouge a annoncé mardi qu'après décision israélienne, les visites auprès des prisonniers seraient de nouveau possibles après avoir été annulées la semaine dernière.

Quatre des six fugitifs palestiniens, écroués pour leur responsabilité dans des attaques anti-israéliennes, ont été capturés en fin de semaine dernière dans le nord d'Israël. M. Qadri s'est inquiété de leur sort mardi, affirmant que ni leurs avocats ni la Croix-Rouge n'avaient eu le droit de leur rendre visite.

 

 

Commentaires

  • Des habitants d’une ville arabe de Cisjordanie ont refusé d’aider les fugitifs
    Les recherches des deux derniers fugitifs se concentrent sur la vallée de Jezreel et Jénine ; les responsables craignent qu'un raid en Cisjordanie ne provoque une escalade (voir plus s/https://fr.timesofisrael.com/des-habitants-dune-ville-arabe-de-cisjordanie-ont-refuse-daider-les-fugitifs/)

Les commentaires sont fermés.