Irak : nouvelle opération antiterroriste à Kirkouk

Imprimer

L'armée irakienne a indiqué avoir éliminé un "détachement entier" de militants de l'Etat islamique dans la province de Kirkouk, au nord-ouest de l'Irak, à la suite d'une tentative d'embuscade contre une patrouille du service antiterroriste. 

Le général de division Yahya Rasool, porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, a déclaré que des tireurs embusqués de l'unité antiterroriste avaient tué certains des militants le 7 septembre. L'armée irakienne a indiqué qu'« un certain nombre » de militants de l'État islamique avaient été tués dans l'opération, mais n'a pas précisé combien. L'opération fait suite à une attaque mortelle du groupe contre un avant-poste de la police fédérale au sud de Kirkouk, qui a entraîné la mort de 13 membres des forces de sécurité. 

Cette attaque montre à quel point les cellules de l'organisation islamique radicale sont toujours actives en Irak, planifiant des opérations au bon moment et au bon endroit. 

Dans les jours qui ont suivi, les forces de sécurité irakiennes ont lancé des opérations de grande envergure dans le nord du pays visant à empêcher l'Etat islamique de mener de nouvelles attaques. En une semaine seulement, une trentaine de civils et de membres des forces de sécurité auraient été tués ou blessés à la suite d'attaques de l'Etat islamique. Face à cette situation dramatique,  les autorités irakiennes ont lancé, le 6 septembre, une opération conjointe entre l'armée, la police fédérale et les Forces de mobilisation populaire (FMP), visant à poursuivre les combattants de l'État islamique dans les provinces de Diyala et Salah al-Din. 

Kirkouk est l'une des régions incluses dans ce qu'on appelle désormais "Triangle de la mort", qui comprend également les provinces de Diyala et Salah al-Din, où les cellules de l'État islamique sont très actives. 

Bien que le gouvernement irakien ait annoncé sa victoire sur l'État islamique le 9 décembre 2017, le pays n'est toujours pas débarrassé  de la menace terroriste. Comme l'a déclaré le Premier ministre irakien al-Kazimi le 26 janvier, le terrorisme est revenu menacer le pays, probablement dans le but de saper le chemin de la démocratie, en vue des élections prévues le 10 octobre.

L'un des épisodes les plus violents de 2021 a eu lieu le  19 juillet, lorsque l'État islamique a mené une attaque contre un marché à Bagdad, dans la banlieue à majorité chiite de Sadr City, faisant environ 30 morts et 60 blessés, dont des femmes et des enfants.  Un responsable du commandement des opérations conjointes avait rapporté que des informations des services de renseignement avaient révélé que l'État islamique avait l'intention d'intensifier ses opérations lors de la célébration musulmane de l'Aïd al-Adha à Bagdad  comme dans d'autres régions. Selon la source, l'attaque de Sadr City n'aurait représenté que la première d'une série d'attaques "isolées" visant à déstabiliser la sécurité du pays. 

Les commentaires sont fermés.