Syrie: quatre soldats tués dans les combats à Deraa

Imprimer

Quatre soldats syriens ont été tués, lundi 30 août 2021, dans une attaque des rebelles contre des postes de contrôle de l'armée dans la province méridionale de Deraa, ont rapporté les médias officiels, alors que l'escalade des violences menace un accord de trêve.

Au moins un civil et un combattant de l'opposition ont été tués, a déclaré de son côté à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les rebelles attaqué des points de contrôle et des positions militaires des forces du régime dans la ville d'al-Sanamayn dans la campagne nord de Deraa, en plus d'une attaque menée par d'autres, visant un point de contrôle de la quatrième division à la périphérie de la ville de Sahem al-Golan dans la parite occidentale de la province de Deraa. 

Berceau du soulèvement anti-régime de 2011, la région de Deraa a été reconquise par le gouvernement en 2018 mais certains rebelles, autorisés à y rester dans le cadre d'un précédent accord de cessez-le-feu, en contrôlent encore certaines parties.

Fin juillet, de violents affrontements ont éclaté entre les deux camps alors que le régime tente de reconquérir la région. Il a imposé un siège paralysant Deraa al-Balad, grand quartier du sud de la ville éponyme.

La semaine dernière, les rebelles ont commencé à évacuer la zone dans le cadre d'un nouvel accord de trêve négocié par la Russie. Les récents affrontements ont toutefois considérablement compromis l'accord, des batailles faisant rage lundi dans plusieurs parties de la province.

Selon l'agence de presse officielle Sana, l'attaque contre des postes de contrôle de l'armée à Deraa a tué quatre soldats et en a blessé 15 autres.

L'OSDH a indiqué que les forces du régime, soutenues par des miliciens pro-iraniens, avaient intensifié les tirs d'artillerie contre Deraa al-Balad plus tôt dans la journée. Elles ont tiré 20 missiles sol-sol sur des quartiers résidentiels des zones assiégées de Deraa al-Balad, après minuit dimanche et lundi. 3 civils ont été tués dimanche par les bombardements du régime.  Deux hommes qui ont été tués à Deraa Al-Balad et une femme par une attaque de missile visant la ville de Jalin, à l'ouest de Deraa.

La reprise des affrontements  coïncide avec les tentatives de la quatrième division, soutenue par les milices qui sont fidèles au régime, d'avancer vers les quartiers assiégés de Daraa al-Balad. La région résonne des tirs quasi ininterrompus des mitrailleuses lourdes et des grenades propulsées par fusée (RPG) sur le axes de la combat. Les rebelles affirment avoir déjoué les attaques de la quatrième division. Vidéo. A noter que la 16e brigade de l'Armée syrienne a également gagné le front de Deraa le 24 août et a participé aux combats du 29 août. L'unité était principalement stationnée dans le nord d'Alep. La 16e division est une ramification des Tiger Forces, dirigées par le brigadier général Salah Sabaa et entièrement soutenues par la Russie.daraa-7.jpeg

Un comité de Deraa, affilié à l'opposition, a déclaré dimanche que l'accord de trêve "s'était effondré" en raison des violations du régime syrien et de l'insistance du gouvernement à appliquer des mesures non reconnues dans l'accord initial.

Les « Comités centraux de Houran » ont publié un communiqué dans lequel ils annonçaient la mobilisation générale dans tous les quartiers du gouvernorat de Deraa après l'escalade importante dans les quartiers de Deraa al-Balad.

Le communiqué explique « malgré toutes ses tentatives pacifiques et négociées pour parvenir à des solutions satisfaisantes pour tous afin d'arrêter les meurtres, la famine et la destruction, les forces du régime insistent pour entraîner la région dans une guerre brutale menée par des officiers iraniens et des milices sectaires multinationales. ." 

La déclaration a conclu en déclarant "la mobilisation générale dans chaque Houran en réponse à l'appel de notre peuple à Deraa al-Balad et en déclarant la guerre dans chaque Houran à moins que le régime n'arrête immédiatement la campagne militaire et commence à lever le siège."

De son côté, le gouvernement syrien accuse les rebelles d'être responsables de l'échec de cessez-le-feu.

L'accord de trêve initial prévoyait le départ d'une centaine de combattants rebelles de Deraa al-Balad pour le nord de la Syrie et la remise des armes des combattants restants.

En échange, le gouvernement mettrait fin aux attaques et lèverait son siège affectant 40.000 résidents, notamment avec des coupures d'eau et d'électricité et un manque de nourriture et de services.

Plus de 50 rebelles ont déjà quitté la zone, selon l'OSDH, mais il n'y avait aucun signe lundi que les évacuations se poursuivraient.

Les combats ont fait plus de 38.000 déplacés en l'espace d'un mois, a indiqué l'ONU la semaine dernière.

Les commentaires sont fermés.