Syrie : Un officier syrien et des combattants irakiens tués par l'Etat islamique dans la région centrale

Imprimer

Les jihadistes de l'Etat islamique continuent de lancer des attaques contre les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés dans la vaste région centrale de la Syrie.

Tôt mercredi 18 août, des cellules de l'Etat islamique ont attaqué plusieurs postes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville de Shoulah, située sur l'autoroute Deir Ezzor-Homs. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé à Londres, un officier a été tué et cinq soldats ont été blessés à la suite de l'attaque.

À peu près au même moment, les jihadistes ont bombardé les forces soutenues par l'Iran situées sur le mont al-Bishri, juste à la frontière administrative entre les provinces de Deir Ezzor et Raqqa. L'OSDH a déclaré qu'un combattant irakien du Kataeb Hezbollah a été tué dans l'attaque.

Des cellules de l'Etat islamique ont également attaqué les troupes de l'AAS près de la ville de Soukhnah dans la partie orientale de la province de Homs. De violents affrontements ont eu lieu dans la région. Cependant, aucune perte n'a été rapportée.

Pendant ce temps, les Syriens et les Russes continuent de cibler les repaires de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie. Le 17 août, au moins 30 frappes aériennes ont visé la périphérie de Shoulah ainsi que les environs de la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa. Le 18 août, plus de 20 frappes aériennes ont visé la partie occidentale de la province de Deir Ezzor et la partie orientale de la province de Hama.

Selon l'OSDH, les opérations de l'AAS et les frappes aériennes russes ont coûté la vie à 973 terroristes de l'Etat islamique depuis le 24 mars 2019.

Malgré ses lourdes pertes, l'Etat islamique n'a pas cessé ses opérations dans le centre de la Syrie. Le groupe jihadiste sait que perdre cette région signifierait sa fin en Syrie.

Les commentaires sont fermés.