Mozambique : Les armées du Rwanda et du Mozambique reprennent une ville stratégique

Imprimer

Dimanche 8 août 2021, les forces armées rwandaises, envoyées au Mozambique pour soutenir l'armée contre les militants islamistes qui ont pris le contrôle de la province septentrionale de Cabo Delgado, ont annoncé avoir repris la ville portuaire de Mocimboa da Praia. 
mozambique_political_map.png

La nouvelle a été rapportée sur Twitter par les Forces de défense du Rwanda, qui ont écrit : « La ville portuaire de Mocimboa da Praia, l'un des principaux bastions du soulèvement depuis plus de deux ans, a été conquise par les forces de sécurité rwandaises et mozambicaines. ". Le message sur Twitter a souligné que le quartier général des rebelles du district et un aéroport sont également présents dans la ville. Le porte-parole des forces armées, le colonel Ronald Rwivanga, a confirmé la nouvelle , affirmant que la prise de la ville représente la fin de la première phase des opérations de contre-insurrection en cours. 

Mocimboa da Praia, d'où les premières attaques rebelles ont été organisées en octobre 2017, était devenue le siège, à partir de 2020,  d'un groupe armé rebelle appelé localement al-Shabab. La reprise du contrôle de la zone est d'une importance vitale pour les autorités mozambicaines et constitue le deuxième succès de la coalition africaine engagée dans cette région. Le premier était de reprendre Awasse, un petit village stratégique près de Mocimboa da Praia. 

Le Rwanda a envoyé environ 1 000 soldats et officiers de la police nationale dans le nord du Mozambique en juillet 2021. Ceux-ci ont fusionné au sein d'une mission connue sous le nom de « Standby Force » de 12 millions de dollars, financée par la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), une organisation composée de 16 pays. Les opérations ont débuté le 15 juillet et devraient durer au moins trois mois, avec possibilité de prolongation. À cet égard, le colonel Rwivanga a déclaré : « Nous terminerons notre travail le plus rapidement possible et ce n'est qu'alors que nous déciderons quand nous retirer ». Les experts militaires de la SADC ont souligné la nécessité de déployer au moins 3 000 soldats dotés d'armes, d'hélicoptères, d'avions et de capacités navales au Mozambique, où l'insurrection qui a éclaté dans la province de Cabo Delgado en 2017 continue de s'intensifier.

Les pays de la SADC - Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, RD Congo, Seychelles, Afrique du Sud, Eswatini, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe -  avaient convenu , mercredi 23 juin, de déployer des militaires au Mozambique pour aider le gouvernement contre les militants islamistes. Depuis août 2020, les combattants contrôlaient la ville portuaire de Mocimboa da Praia, tandis qu'à partir de mars de cette année également celle de Palma. Le gouvernement a déployé des milliers de soldats à Cabo Delgado pour combattre les miliciens, mais l'armée mozambicaine est historiquement faible, mal entraînée et sous-équipée.

La ville de Palma, connue pour être la référence pétrolière du pays, est attaquée depuis le 24 mars. Ce jour-là, des militants liés à l'État islamique ont lancé des attaques coordonnées, pillant et détruisant des bâtiments et tuant des habitants alors que des milliers de personnes tentaient de fuir. Suite aux assauts, le géant pétrolier français Total s'est retiré du site d'exploration gazière situé dans la région. Les attaques ont marqué une intensification de la violence, qui a ensuite repris par intervalles au fil du temps. 

Al-Shabab du Mozambique - liés à l'Etat islamique
Les principaux auteurs de la nouvelle insurrection sont les militants du groupe connu sous le nom d'  al-Shabab ou d'Al-Sunna wa Jama'a . Il s'agit d'une organisation islamiste du Mozambique, qui a juré allégeance à l'Etat islamique en 2019 et qui compte au moins 4 500 combattants. Ils opèrent dans la province de Cabo Delgado depuis octobre 2017, date à laquelle ils ont lancé un soulèvement armé contre le gouvernement de Maputo. En mai 2020, une série d'  attaques  ont alors été lancées dans la ville de Mocimboa da Praia et se sont depuis propagées à sept autres quartiers. Les dirigeants de l'organisation ont également des liens avec d'autres groupes terroristes en Afrique de l'Est. 

Les commentaires sont fermés.