Libye : la route côtière entre Syrte et Misrata rouverte

Imprimer

La Libye a annoncé, vendredi 30 juillet, la réouverture de la principale route côtière du pays , qui relie les villes de Syrte et Misrata. L'initiative représente l'un des points clés de l'accord de cessez-le-feu, conclu le 23 octobre 2020, au sein du Comité militaire mixte 5 + 5, composé de délégués du Gouvernement d'entente nationale (GNA), de Tripoli, et de la Armée nationale libyenne (ANL). C'est le Comité, soutenu par les Nations Unies, qui a déclaré la réouverture de la route, fermée depuis 2019.

La lenteur des progrès dans l'ouverture de la voie est le résultat des difficultés rencontrées sur la voie de la résolution du conflit libyen et de la réalisation d'un cessez-le-feu, d'un gouvernement d'union, de futures élections nationales et d'une série d'initiatives visant à unifier les institutions économiques. Malgré les difficultés et le scepticisme de beaucoup quant à l'issue des négociations, l'ouverture de la route signifie un gain de temps de 10 heures entre Tripoli et Benghazi. Au fil des ans, les Libyens ont été contraints d'emprunter des routes secondaires alternatives, dont certaines sont mauvaises, ce qui a entraîné un grand nombre d'accidents de la route.

Le 8 juillet , le Conseil présidentiel libyen, en tant que commandant suprême de l'armée, avait demandé aux forces auparavant affiliées au gouvernement de Tripoli d'autoriser immédiatement la réouverture de la route côtière pour faciliter la circulation des biens et des personnes. Dans une lettre adressée à la salle des opérations à Syrte et al-Jufra, le Conseil avait exhorté cette dernière à repositionner ses forces et à collaborer avec les autres unités de sécurité impliquées, pour permettre la circulation dans les deux sens. La salle des opérations, de son côté, avait demandé le retrait de l'ANL de Haftar, ainsi que des mercenaires russes de la compagnie Wagner, avant de redéployer ses forces. 

L'accord de réouverture de la route côtière comprend également certaines étapes préparatoires pour le retrait des combattants étrangers, une autre partie du pacte de cessez-le-feu conclu l'année dernière qui n'a pas encore été mis en œuvre. Selon ce qui a été établi dans l'accord du 23 octobre, ils auraient dû quitter le pays dans les 90 jours suivant la signature de l'accord, mais, à ce jour, cela ne s'est pas encore produit et il ne semble pas y avoir de mesures particulières à cet égard. "Le président est le seul à trancher sur la question des forces étrangères et des mercenaires dans le pays", a déclaré la présidente de la Chambre des représentants libyenne, Aguila Saleh., le 28 juillet, ajoutant qu'en ce moment, il y a aussi des difficultés dans l'unification de l'appareil militaire, précisément à cause de l'ingérence étrangère. Dans des déclarations diffusées à d'autres médias libyens, rapportées par al-Arabiya, c'est Saleh lui-même qui a déclaré que la Turquie continuait d'envoyer des armes et des mercenaires en Libye, considérant son comportement légitimé par les accords conclus avec le précédent gouvernement de Tripoli dirigé par Fayez al-Sarraj. .

Ce qui s'est passé en Libye, d'abord le 5 février, avec la nomination des nouvelles autorités exécutives par le Forum de dialogue politique, puis, le 10 mars, avec le vote de confiance au gouvernement intérimaire, a représenté un moment « historique » qui, depuis le 15 février 2011, est le théâtre d'une crise persistante et d'une longue guerre civile. L'accord de cessez-le-feu, signé à Genève le 23 octobre 2020 dans le cadre du Comité militaire mixte 5+5, formé par des délégués des deux belligérants, le GNA et l'Armée Nationale Libyenne, a donné un nouvel élan à la voie politique nationale libyenne. Avant cette date, coexistaient à l'Ouest un gouvernement internationalement reconnu, le GNA, institué avec les accords de Skhirat du 17 décembre 2015, et à l'Est, un exécutif parallèle représenté par le Parlement (HoR).

Les commentaires sont fermés.