Irak : l'Etat islamique continue de semer la mort dans le pays

Imprimer

Trois membres d'une même famille ont été tués samedi 31 juillet à la suite d'une attaque menée par l'État islamique dans le gouvernorat d'al-Anbar, dans l'ouest de l'Irak. La veille, le 30 juillet , une attaque de la même organisation jihadiste a fait 8 morts et 19 blessés dans le gouvernorat nord-ouest de Salahuddin.

À propos de l'incident du 31 juillet, des sources sécuritaires ont rapporté que des combattants de l'Etat islamique avaient attaqué une maison située dans la localité d'al-Akaba, dans la province sunnite d'al-Anbar, entraînant la mort d'un homme et de ses deux fils. Les assaillants, a-t-on précisé, ont ensuite fui vers une destination inconnue, tandis que les forces de sécurité locales se lançaient à leur recherche. Le même jour, une bombe a explosé près d'un véhicule appartenant au Hashd al-Chaabi, une coalition de groupes paramilitaires chiites  dans la région de Salahuddin, tandis qu'une autre a touché une ambulance dans la région de Zarkah. Ces explosions ont causé la mort d'un membre du Hashd al-Chaabi  et blessé 4 autres personnes.

Les attaques du 31 juillet sont survenues après une autre attaque de l' Etat islamique dans le district de Yathrib la veille, dans la province de Salahuddin. Des hommes armés ont ouvert le feu sur un cortège funèbre, touchant un véhicule appartenant au personnel de secours chargé de protéger le cortège. Le dernier bilan, rapporté par des sources médicales, se monte à 8 morts, mais le nombre pourrait augmenter, compte tenu de l'état grave de certains des blessés. 

Les provinces de Salahuddin et al-Anbar, avec celle de Kirkouk, font partie d'une zone qui en Irak a été surnommée le "triangle de la mort" et qui, depuis 2020, a connu une escalade croissante de la menace terroriste, en particulier contre les forces Forces irakiennes de sécurité et du Hashd al-Chaabi . Bien que le 9 décembre 2017 le gouvernement de Bagdad ait annoncé la défaite de l'État islamique, l'organisation terroriste est active notamment dans les zones désertiques et montagneuses plus reculées, ainsi que dans la région du Kurdistan, où les conflits territoriaux ont affaibli les systèmes de sécurité.

La périphérie de Yathrib abriterait un certain nombre de caches des terroristes, étant donné la nature de la zone, qui regorge de vergers. Dans le même temps, la milice pro-iranienne Asaib Ahl al-Haq bénéficie d'une forte présence dans la ville, un facteur qui a exacerbé les tensions au sein de la communauté locale à majorité sunnite. Le 3 janvier 2020, les États-Unis ont sanctionné le groupe pour de graves violations des droits humains, notamment le meurtre de milliers de civils sunnites pendant la période d'occupation américaine et de lutte contre l'Etat islamique et, depuis 2019, de centaines de manifestants chiites. Enfin et surtout, les analystes avertissent sur les risques d'avoir un si grand nombre de groupes responsables de la sécurité, des milices à la police locale en passant par l'armée.

 

Les commentaires sont fermés.