Ethiopie : affrontements dans la région Afar, civils tués et déplacés

Imprimer

Au moins 20 civils ont été tués et plus de 54 000 personnes contraintes de quitter leurs maisons dans la région d'Afar en Éthiopie à la suite d'affrontements entre les rebelles du Tigray et les forces pro-gouvernementales. Les dernières attaques indiquent que le conflit, qui a commencé il y a 8 mois, s'étend au-delà du territoire tigréen. Plus précisément, les combattants du Tigray ont pris le contrôle de trois districts Afar cette semaine, selon le porte-parole de la région attaquée, Ahmed Koloyta.

« Les combats acharnés se poursuivent. Au total, quelque 54 000 personnes ont été directement touchées et se retrouvent déplacées. Plus de 20 civils sont morts », a déclaré Mohammed Hussen, un responsable de l'agence nationale éthiopienne de réponse aux catastrophes, basée à Afar, jeudi 22 juillet. La région est d'une importance stratégique car elle est traversée par la route et la voie ferrée qui relient la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, au port maritime de Djibouti. Ce dernier représente le principal point d'accès à la mer pour l'Éthiopie, sans débouchés.

Les rebelles tigréens ont franchi la frontière avec l'Afar samedi 17 juillet, mais les affrontements se poursuivent. Getachew Reda, porte-parole des forces du Tigray, a confirmé que d'intenses combats avaient eu lieu ce week-end dans la région. "Nous ne sommes pas intéressés par des gains territoriaux en Afar, nous sommes plus intéressés par la dégradation des capacités de combat de l'ennemi", a déclaré Reda, précisant que les forces Tigréennes ont déjà repoussé les milices de la région d'Oromia, envoyées combattre aux côtés des forces fédérales. 

Hussen a précisé jeudi 22 juillet que les opérations des combattants du Tigray auraient une portée beaucoup plus large que ne le suggérait Reda et a souligné que les civils sont pris entre deux feux. "La junte (tigréenne) a traversé la frontière vers Afar et a attaqué la communauté pastorale innocente", a déclaré le responsable de l'agence nationale éthiopienne. « Ils essaient de subjuguer le peuple Afar. Alors maintenant, les forces fédérales unissent leurs forces avec les forces spéciales, les communautés locales et les milices de la région. Ces derniers jours, les habitants se battent et tentent de se protéger », a-t-il ajouté.

La guerre entre les rebelles du Tigray et le gouvernement central d'Addis-Abebail a commencé en novembre 2020. Des milliers de personnes sont mortes dans le conflit. Environ 2 millions d'habitants ont été contraints de fuir leurs foyers et plus de 5 millions dépendent de l'aide alimentaire d'urgence. 

L'Éthiopie a un système fédéral qui comprend 10 régions et, depuis la semaine dernière, le conflit au Tigray a attiré des forces régionales de tout le pays en soutien à l'armée nationale. Les dirigeants tigréens ont déclaré qu'ils continueraient à se battre jusqu'à ce qu'ils reprennent le contrôle total du territoire contesté dans le sud et l'ouest de la région, exproprié par les forces du gouvernement Amhara, allié à Addis-Abeba. Debretsion Gebremichael, chef du Front populaire de libération du Tigray (TPLF), a déclaré par téléphone jeudi 22 juillet à l'agence de presse Reuters, que les forces du Tigray sont à Afar et prévoient de cibler les forces d'Amhara dans les prochains jours. 

Fin juin, les rebelles ont repris la capitale régionale, Mekele, et la majeure partie du Tigray, après que le gouvernement ait retiré les soldats et déclaré un cessez-le-feu unilatéral. Les retombées de la guerre dans une autre partie du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique pourraient accroître la pression sur le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

Pour comprendre comment le conflit civil en Éthiopie est né, il faut se rappeler que, le 4 novembre 2020, l'armée éthiopienne avait lancé une offensive en réponse aux attaques présumées des forces régionales tigréennes contre les bases du gouvernement fédéral.  Le Front populaire de libération du Tigray, responsable ce ces attaques, a été pendant longtemps, au moins depuis 1991, la force dominante de la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), une alliance multi-ethnique composée de quatre partis, qui a a dirigé le pays pendant près de 30 ans avant l'arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed le 2 avril 2018. L'année dernière, le TPLF s'est séparé de l'EPRDF après avoir refusé de fusionner avec les trois autres partis de la coalition dans le nouveau Parti de la prospérité (PP), sous le commandement d'Abiy. 

On estime que des milliers de personnes, combattants et autres, ont été tuées depuis le début du conflit. Ceci malgré le fait que la communauté internationale ait demandé à plusieurs reprises la fin immédiate des affrontements  et l'accès humanitaire.

Les commentaires sont fermés.