Iran : Accrochage dans une zone frontalière du Sud-Est, quatre militaires tués

Imprimer

Quatre membres du Corps des gardiens de la révolution Islamique (CGRI), l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, ont été tués lors de heurts avec des "malfaiteurs" dans une zone frontalière en proie à la violence, a rapporté samedi l'agence officielle Irna.

"Quatre combattants" des gardiens ont été tués "hier soir (vendredi) lors d'un accrochage avec des malfaiteurs dans la région de Khash au Sistan-Baloutchistan", dans le sud-est de l'Iran, a annoncé l'agence, citant un communiqué de ces forces. La source n'a pas précisé la nature de cet affrontement, ni l'identité de ces "malfaiteurs".

Frontalier du Pakistan et de l'Afghanistan, le Sistan-Baloutchistan est une région déshéritée, habitée par une large population sunnite appartenant à l'ethnie baloutche, dans un pays où la population est à plus de 90% chiite. Les attentats ou les accrochages entre forces de l'ordre et groupes armés y sont fréquents. Vers fin avril 2021, les gardiens ont annoncé avoir tué dans une opération à la frontière trois "terroristes", sans plus de précisions. Selon des médias d'Etat iraniens, deux personnes, parmi lesquelles un policier ont été tuées en février dans des violences déclenchées dans la même zone liées à des trafics de carburant vers le Pakistan. Début octobre, les médias iraniens avait annoncé la mort de trois membres des gardiens, tués "par des assaillants inconnus" à Nikchahr, dans le Sistan-Baloutchistan.

Manifestations dans l'Azerbaïdjan irnien
Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux ont montré des manifestants descendant dans les rues de Tabriz, la capitale de la province de l'Azerbaïdjan oriental, dans le nord-ouest de l'Iran. Les manifestants voulaient exprimer leur solidarité avec le Khuzestan. « Azerbaïdjan, Ahwaz, unité, unité », ont-ils scandé.

Les commentaires sont fermés.