Pakistan : Islamabad pourrait chercher à négocier avec les rebelles baloutches anti-chinois face à la montée en puissance des talibans afghans

Imprimer

Le Premier ministre pakistanais Imran Khan s'est récemment engagé à entamer des pourparlers avec les insurgés armés du Baloutchistan.

Le gouvernement pakistanais semble avoir pris conscience de la grave menace que l'insurrection baloutche fait peser sur le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) et du pourrissement de la situation politique au Baloutchistan, dans le sillage de la résurgence des talibans dans l'Afghanistan voisin.

La province du Baloutchistan, avec son port stratégique de Gwadar où la Chine investit des milliards de dollars, est un territoire vital pour le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC).

Dans le même temps, le Baloutchistan a également été historiquement une base sûre pour le leadership des talibans afghans. Quetta, la capitale du Baloutchistan,  est sans doute en train de devenir une zone de confluence de militantisme d'inspiration religieuse et d'insurrection ethnique.

Cela en fait une région extrêmement sensible pour le Pakistan, car l'instabilité généralisée qui gagne l'Afghanistan depuis le départ des troupes américaines pourrait fournir un nouvel élan aux groupes baloutches pour réorganiser leurs milices et intensifier leur agenda séparatiste. Le 14 juillet 2021, une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montrait un rassemblement pro-taliban dans la capitale du Baloutchistan, Quetta. Avec des personnes portant des armes et louant les victoires des talibans en Afghanistan. Le rassemblement confirme non seulement une présence taliban très visible dans la province, mais montre également la tendance croissante du groupe à projeter son pouvoir par des moyens politiques et militants.

Certes, les groupes d'insurgés baloutches ne sont pas le seul groupe à cibler la province du Baoutchistan. Ces derniers mois, il y a eu au moins une douzaine d' attaques au Baloutchistan par les islamistes de Tehreek-i-Taliban , soulignant à quel point la situation sécuritaire de la province se détériore à la suite de l'intensification de la guerre civile en Afghanistan.

Bien que l'État pakistanais soit la principale cible des insurgés baloutches, ceux-ci ont récemment ciblé les ressortissants chinois et le CPEC associés à Islamabad.

De nombreux analystes et dirigeants politiques au Pakistan pensent qu'une insurrection militante et ethnique généralisée pourrait finalement forcer la Chine à quitter le Baloutchistan, ce qui porterait un coup sérieux aux efforts du Pakistan pour dynamiser son économie.

Les attaques contre les forces gouvernementales et les Chinois ne cessent de prendre de l'ampleur. Elles sont le fait, non seulement des insurgés baloutches, mais aussi des islamists de Tehreek-i-Taliban, les talibans pakistanais, bien que les deux groupes d'insurgés ne partagent aucune affinité idéologique.

En juin 2020, l'Armée de libération du Baloutchistan a attaqué la Bourse du Pakistan à Karachi, où sont basées un certain nombre d'entreprises chinoises impliquées dans la CPEC. En 2017, un consortium d'entreprises chinoises avait acheté une participation de 40 % dans la Bourse du Pakistan, ce qui en fait leur plaque tournante au cœur de la plus importante ville financière du Pakistan.

14 agents de sécurité, dont sept membres du Frontier Corps, ont été tués en octobre 2020 lors d'une attaque armée contre leur convoi sur la route côtière dans la zone d'Ormara du district de Gwadar. 

En mars 2021, des insurgés armés baloutches ont attaqué un véhicule transportant du personnel de la marine pakistanaise, tuant au moins un et en blessant deux.

Le 21 avril, une voiture piégée à l'hôtel de luxe Serena à Quetta a tué cinq personnes et en a blessé 12. Les talibans pakistanais ont revendiqué la responsabilité de l'attaque  et déclaré que la police et d'autres responsables étaient la cible. 

Le 14 juillet, une explosion survenue dans un bus dans la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa a fait au moins 13 morts, dont neuf ressortissants chinois. Alors que la Chine a rapidement qualifié cela d'attentat à la bombe, les autorités pakistanaises continuent d'insister sur le fait qu'il s'agissait d'une panne de véhicule. 

Le 15 juillet, deux militaires pakistanais, dont un capitaine, ont été tués par une explosion dans le district de Pasni au Baloutchistan, à 126 kilomètres à l'est du port de Gwadar.

Alors que l'apparente attaque de bus dans la province de Khyber Pakhtunkhwa met en évidence l'accent mis par les Tehreek-i-Taliban sur la CPEC, les insurgés baloutches considèrent également que la CPEC manifeste et perpétue ce qu'ils considèrent comme « l'impérialisme chinois » au Baloutchistan, qui, selon eux, se fait au détriment de la population indigène.

Certains dirigeants politiques et responsables de la sécurité au Pakistan suggèrent cependant que le succès des talibans en Afghanistan pourrait en fait être de bon augure pour la lutte du Pakistan contre les insurgés baloutches, car le Pakistan pourrait tirer parti de son influence sur les talibans pour forcer les groupes militants baloutches à mettre un terme à leur insurrection.

Cependant, la suggestion néglige la dynamique en évolution rapide des liens traditionnels du Pakistan avec les talibans afghans.

Lors d'une récente séance d'information privée donnée au parlement, les plus hauts responsables militaires pakistanais auraient décrit les Tehreek-i-Taliban et les talibans afghans comme les deux faces d'une même pièce, ajoutant qu'une divergence croissante se fait jour entre les deux groupes militants à la suite de la distanciation calculée du  Pakistan par rapport aux talibans en Afghanistan.

À la suite de l'activité militante croissante au Baloutchistan, « il est rationnel pour le gouvernement d'essayer de faire la paix avec au moins un des auteurs », a déclaré un chef du parti au pouvoir à Asia Times sous couvert d'anonymat.

Les groupes d'insurgés baloutches sont le choix logique car le Pakistan les considère comme les principaux auteurs des attaques contre les projets de la CPEC. Comme plusieurs analystes l'ont noté, une alliance tacite entre les groupes d'insurgés baloutches et les talibans pourrait nuire considérablement au projet et avec lui à la fragile alliance du Pakistan avec la Chine.

Un accord de paix avec les insurgés baloutches relâcherait considérablement la pression sécuritaire sur le Pakistan et lui permettrait plutôt de se concentrer sur la menace croissante émergeant d'Afghanistan.

En tant que tel, le Pakistan envisage d'inclure Pékin dans ses pourparlers avec les groupes militants baloutches, en vue de répondre aux préoccupations des groupes insurgés baloutches concernant le contrôle de la Chine sur leurs ressources, y compris le port de Gwadar.

Mais cette initiative ne va-t'elle pas s'ajouter à la  longue liste des tentatives infructueuses pour répondre aux préoccupations des Baloutches ?

Comme le montre l'histoire, ce n'est qu'en répondant à la demande fondamentale des Baloutches d'une autonomie politique, administrative et fiscale significative au sein de la fédération que le Pakistan pourra améliorer la situation dans une province agitée depuis son adhésion au Pakistan en 1948.

Une réponse positive à certaines des demandes fondamentales des Baloutches liées à l'autonomie provinciale - permettrait au Pakistan de déployer des ressources et des forces. à la menace croissante de l'activisme transnational d'inspiration religieuse des talibans.

Pour que les pourparlers réussissent, le Pakistan doit engager des négociations avec les véritables dirigeants politiques baloutches, pas les mandataires connus de l'État, tels que Shahzain Bugti, qui n'ont aucun lien politique réel avec les insurgés baloutches. Parmi les dirigeants baloutches crédibles, on peut citer le Dr Abdul Malik, ancien ministre en chef du Baloutchistan et champion connu de l'autonomie provinciale.

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.