Syrie : Frappe de drone à la frontière irako-syrienne quelques heures après l'attaque des champs pétrolières d'al-Omar

Imprimer

Tard mardi 13 juillet 2021, un drone de combat non identifié a visé un poste militaire à la frontière syro-irakienne, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Le poste, qui est situé dans le village d'al-Harra dans le sud de la province de Deir Ezzor en Syrie, est occupé par le Hashd al-Chaabi, des forces de la coalition de groupes paramilitaires chiites irakiens soutenus par l'Iran. Aucune perte n'a été signalée à la suite de la frappe du drone.

Si elle est confirmée, ce ne sera pas la première frappe de ce type cette année. Le 22 mai, un drone de combat non identifié avait visé un véhicule dans la région ouest de l'Irak, près de la frontière avec la Syrie. Le véhicule, une camionnette Toyota, aurait transporté des armes.

Les États-Unis et Israël ont tous deux mené des frappes contre les forces soutenues par l'Iran gardant la frontière syro-irakienne à plusieurs reprises au cours des dernières années.

La nouvelle frappe sur le passage d'al-Harra pourrait avoir été une réponse des États-Unis aux récentes attaques contre leurs bases dans le nord-est de la Syrie. Les forces syriennes et irakiennes soutenues par l'Iran seraient à l'origine de ces attaques.

Moins de 12 heures avant la frappe du drone, des sources officielles syriennes ont signalé une nouvelle attaque contre la principale base américaine dans les champs pétrolifères d'al-Omar dans la région du nord-est.

La guerre secrète en cours entre les États-Unis et les forces soutenues par l'Iran en Irak et en Syrie s'intensifie. Washington semble incapable de dissuader les alliés de Téhéran.

Les commentaires sont fermés.