Tchad : L'armée tchadienne dissout le gouvernement et le parlement, ferme les frontières et impose un couvre-feu

Imprimer

Mardi 20 avril 2021, les autorités tchadiennes ont déclaré un deuil national dans tout le pays pour une période de 14 jours, en honneur du président Idriss Déby décédé des suites de ses blessures lors d'affrontements avec des rebelles dans le nord du pays.

Les médias ont également rapporté que l'armée tchadienne avait annoncé un couvre-feu dans la capitale, N'djamena et ses environs, de 18 heures à 5 heures du matin, tandis que les frontières terrestres et l'espace aérien ont été fermés jusqu'à nouvel ordre. Le gouvernement et l'Assemblée nationale ont également été dissous 

L'armée tchadienne a promis de tenir des élections «démocratiques» après une période de transition de 18 mois.

Selon un communiqué de l'armée tchadienne, un conseil militaire dirigé par le général Mohamed Kaka (également connu sous le nom de Mohamed Idriss Deby), fils du défunt président, dirigera le pays après la mort de son père.

Le porte-parole de l'armée, Azim Bermindau Aguna, a déclaré dans une émission télévisée qu'un conseil de transition comprenant un groupe d'officiers supérieurs de l'armée avait choisi le général Muhammad Kaka, le fils de Deby, comme président par intérim.

Sa mort a été annoncée un jour après avoir été déclaré vainqueur d'une élection présidentielle qui lui aurait valu un sixième mandat présidentiel. La plupart de ses opposants, qui se plaignent depuis longtemps de son règne brutal, ont boycotté les élections.

Le président Deby s'était rendu sur les lignes de front après que les rebelles stationnés de l'autre côté de la frontière libyenne se soient avancés de centaines de kilomètres au sud vers la capitale, N'Djamena. Vidéo des combats qui ont coûté la vie au président Deby.

Un porte-parole de l'armée tchadienne, entouré de plusieurs officiers, a déclaré: «Le maréchal Idriss Deby Itno a pris le commandement des opérations lors de la lutte héroïque contre les terroristes de Libye, comme il l'a fait à chaque fois que les institutions de la république étaient sous un danger imminent. Il a été blessé pendant les combats et est mort à son retour à N'Djamena.

Le conseil national de transition rassure le peuple tchadien
«Le Conseil national de transition rassure le peuple tchadien que toutes les mesures ont été prises pour assurer la paix, la sécurité et l'ordre républicain», a-t-il déclaré.

Déby avait rédigé une nouvelle constitution en 2018 qui lui aurait permis de rester au pouvoir jusqu'en 2033, même si elle prévoyait des restrictions sur les mandats présidentiels.

Il faisait malgré tout face à un mécontentement populaire croissant sur sa gestion de la richesse pétrolière du pays et traitait durement ses adversaires.

Mais Deby a remporté 79% des voix lors de l'élection, dont les résultats avaient été annoncés lundi 19 avril.

L'occident perd un allié très utile
Les pays occidentaux considéraient Deby comme un allié dans la guerre contre les groupes extrémistes islamiques, y compris le groupe nigérian Boko Haram dans le bassin du lac Tchad et les groupes liés à Al-Qaïda et à Daech dans la région du Sahel africain.

Sa mort est un revers pour la France, qui a fait de la capitale tchadienne N'Djaména le centre de ses opérations antiterroristes dans la région du Sahel. 

Il était considéré comme un allié occidental fiable dans une région instable en proie à la violence des groupes armé

 

Les commentaires sont fermés.