Philippines: un kamikaze égyptien et deux autres membres du groupe jihadiste Abu Sayyaf tués

Imprimer

Les forces armées philippines ont tué un kamikaze égyptien présumé et 2 militants locaux d'un groupe jihadiste lié à l'Etat islamique, suite à une opération ratée des jihadistes. Leur échec devrait rendre le groupe islamiste incapable de lancer de nouvelles attaques suicides à l'avenir.

Les forces armées ont tué les trois terroristes armés, dont deux combattants locaux du groupe rebelle "Abu Sayyaf", lors d'un échange de tirs de 10 minutes vendredi soir près d'un village isolé, au large de la ville montagnarde de Patikul, dans la province méridionale de Solo.

Les forces ont également récupéré trois fusils d'assaut, des ceintures explosives et des munitions, a déclaré le colonel Benjamin Patara Junior.

Renseignements
Les responsables militaires philippins n'ont pas indiqué comment les trois islamistes armés avaient été découverts, mais le commandant militaire, le général Sirelito Subigana, a indiqué que les forces avaient utilisé les renseignements fournis par les villageois.

"Il y a un besoin urgent de soutien de la population dans nos opérations de paix et de sécurité", a déclaré Sobigana à l'Associated Press.

"Al-Masry, que l'armée connaissait sous un seul nom, Youssef, était le fils du militant égyptien Six Aisha, qui a été tué lors de l'explosion d'une bombe  il y a deux ans dans la ville d'Indanan à Solo », a-t-il ajouté.

Son beau-père égyptien a également été tué lors d'une fusillade avec des troupes à un poste de contrôle militaire à Indanan, également en 2019, a indiqué l'armée.

William Gonzalez, un général de l'armée philippine, a déclaré qu'"avec leur mort, la possibilité d'un autre attentat suicide est devenue très faible".

Les commentaires sont fermés.