Syrie : Escalade des violences dans la région du grand Edleb

Imprimer

Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'Al-Qaïda, et ses alliés continuent de violer le cessez-le-feu dans la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb. Le cessez-le-feu avait été négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an.

Mardi 13 avril, des combattants de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, contrôlée parHTS, ont attaqué les troupes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville d'al-Hakorh dans le nord-ouest de Hama. Un véhicule a été détruit avec un missile guidé antichar.

Selon des sources de l'opposition, trois officiers ont été tués dans l'attaque. L'une des victimes présumées a été identifiée comme étant le lieutenant Sumar As'ad Murshid.

Mercredi 14 avril, des combattants d'al-Fateh al-Mubin ont bombardé un certain nombre de positions de l'AAS sur le mont al-Akrad, dans le nord de la province de Lattaquié. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a affirmé dans un rapport que deux soldats de l'AAS avaient été tués par les bombardements. L'information reste à vérifier.

L'AAS a répondu à ces violations en bombardant les positions des rebelles islamistes dans le Grand Edleb, principalement sur le mont al-Zawiya, dans le sud d'Edleb. Une réponse plus sérieuse des forces aérospatiales russes devrait avoir lieu prochainement.

Plus d'un an après l'accord russo-turc, signé le 5 mars 2020, le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Le principal facteur de déstabilisation dans la région est la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin, qui est indirectement soutenue par Ankara.

Les commentaires sont fermés.