Irak : Violents affrontements à Najaf

Imprimer

De violents affrontements ont éclaté dans la ville irakienne de Najaf, une villet sacrée pour les chiites. Les incidents ont opposé les forces de sécurité aux manifestants protestant contre la détérioration des conditions de vie, la corruption et l'ingérence iranienne dans la conduite des affaires de la ville et de l'Etat.

Un certain nombre de personnes ont été blessées lors des affrontements avec les forces de sécurité et les milices chiites fidèles au Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI).

Les manifestations ont éclaté après la date limite fixée par les manifestants pour renvoyer le gouverneur de Najaf, Louay Al-Yasiri, que les manifestants accusent de corruption.

Les affrontements dans la ville, qui comprend l'un des sanctuaires les plus sacrés pour les musulmans chiites, se sont déroulés dans le contexte de l'assassinat de Jasb Al-Hiliji dans la ville d'Amara mercredi dernier.

Les manifestants ont incendié des pneus et coupé les rues menant au bâtiment du gouvernement local à Najaf et à la maison du gouverneur, en réponse à un fort déploiement des forces de sécurité et au blocage des rues autour de la maison du gouverneur et du bâtiment du gouvernement.

Des vidéos publiées par des militants sur les réseaux sociaux ont montré que des manifestants avaient été blessés à la suite de l'utilisation par les forces de sécurité de bombes lacrymogènes et de petites boules de verre lancées pour disperser les manifestants.

Jaseb Al-Hiliji - le père de l'activiste irakien Ali Jaseb, kidnappé il y a plus d'un an - a été abattu près du centre de la ville d'Amara, mercredi soir.

Auparavant, plusieurs villes du sud de l'Irak avaient été témoins de manifestations condamnant l'assassinat. Les manifestants ont exigé que les tueurs soient identifiés et poursuivis.

Le mois dernier, des manifestations réclamant la destitution du gouverneur de Dhi Qar, Nazim al-Waeli, ont causé la mort d'un certain nombre de manifestants, avant que le gouverneur ne cède à la pression populaire et ne soumette sa démission.

Lien permanent Catégories : Agitation sociale, IRAK, Najaf 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.