Libye : Reprise des vols entre les deux villes rivales de Benghazi et Misrata après 7 ans d'interruption

Imprimer

Les liaisons aériennes entre les villes libyennes de Benghazi et Misrata, contrôlées par des autorités rivales, ont repris mardi après sept ans d'interruption, nouveau signe d'un début de normalisation dans un pays en quête de stabilité.

Un avion d'Afriqiyah Airways en provenance de Benghazi (est) a atterri mardi à 09H00 locales (07H00 GMT) à l'aéroport de Misrata (ouest), a annoncé la compagnie. Quatre vols hebdomadaires sont désormais programmés "pour rassembler les habitants du même pays", selon la compagnie nationale fondée par l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, tué en 2011 par des rebelles après huit mois de révolte.

Le pays a été ensuite le théâtre de violences sanglantes entre milices armées et de luttes de pouvoir et d'influence.

Les liaisons Benghazi-Misrata avaient été suspendues en avril 2014, en raison d'affrontements entre milices et des luttes d'influence entre libéraux et islamistes.

Berceau de la révolution, Benghazi est la deuxième ville de Libye et le siège du pouvoir du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est. La cité portuaire et marchande de Misrata, située à quelque 200 km de la capitale Tripoli, est le siège des plus puissantes milices de l'ouest libyen, ralliées au gouvernement d'union nationale basé à Tripoli et reconnu par l'ONU. Elle est la troisième ville de Libye.

Un premier vol symbolique Benghazi-Tripoli a été effectué en octobre dernier. Cette liaison avait été interrompue après une offensive lancée en avril 2019 par les pro-Haftar pour s'emparer de Tripoli et qui s'est soldée par un échec 14 mois plus tard.

C'est à la suite de l'échec de l'assaut du maréchal septuagénaire que les combats ont cessé. Un accord de cessez-le-feu entre les deux autorités rivales a été conclu en octobre 2020 et une nouvelle autorité exécutive transitoire a été désignée en février dernier, sous l'égide de l'ONU, pour tenter d'unifier le pays. L'accord prévoit la réouverture des principales voies terrestres et les liaisons aériennes internes. Des discussions sont désormais en cours pour la réouverture de la route terrestre reliant l'Ouest à l'Est. Des opérations de déminage ont été menées ces dernières semaines, notamment autour de Syrte où se situe la ligne de front.

Les commentaires sont fermés.