Arabie saoudite : Cinq civils blessés par un projectile des rebelles houthis

Imprimer

Un projectile tiré par les rebelles houthis du Yémen a blessé cinq civils dans un village frontalier du sud de l'Arabie saoudite, a annoncé mardi un média d'Etat saoudien, dans un contexte de recrudescence des attaques contre le royaume.

Ces rebelles soutenus par l'Iran ont intensifié leurs attaques contre l'Arabie saouditedepuis qu'ils ont repris le mois dernier leur offensive pour s'emparer de Marib, dernier bastion dans le Nord des forces loyales au gouvernement, appuyées par une coalition dirigée par Riyad.

"Un projectile tiré par la milice terroriste des houthis soutenus par l'Iran vers l'un des villages frontaliers de la région de Jizan, est tombé sur la voie publique, blessant cinq civils: trois citoyens saoudiens et deux résidents de nationalité yéménite", a déclaré la défense civile, citée par l'agence de presse officielle SPA. "Les blessés ont été transférés à l'hôpital", a-t-elle ajouté. Les houthis n'ont pas immédiatement revendiqué la responsabilité de l'attaque.

L'ambassade américaine à Riyad a condamné l'attaque de Jizan, et appelé les houthis à "cesser d'attaquer des civils innocents et à s'engager dans le processus diplomatique pour mettre fin à ce conflit". Samedi, de fortes explosions ont secoué la capitale Riyad. La coalition a déclaré avoir déjoué une attaque aux missiles balistiques lancée par les rebelles au Yémen voisin.

La guerre civile du Yémen, qui dure depuis plus de six ans, a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, dans ce que l'ONU qualifie régulièrement de pire désastre humanitaire au monde. Lundi, une réunion virtuelle des donateurs s'est achevée par des promesses de don "décevantes" selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, ne récoltant que 1,7 milliard de dollars sur les 3,85 milliards espérés. Antonio Guterres a prévenu que le manque de financement de l'aide humanitaire équivaut à une "peine de mort" contre la population yéménite, qui se rapproche inexorablement du précipice de la famine.

Les commentaires sont fermés.