Mozambique : Les militants de l'Etat islamique contrôlent toujours le nord-est du pays.

Imprimer

Récemment, des terroristes ont attaqué une localité dans le secteur de Palma, tuant quatre personnes et incendiant plusieurs bâtiments et des magasins.

Les forces de sécurité sont arrivées à la rescousse de la population et ont réussi à repousser les djihadistes. 

Malheureusement, l'insécurité est telle dans la région, du fait que les djihadistes contrôlent la plupart des routes, que l'approvisionnement en nourriture est difficile, ce qui fait que les habitants du district de Palma et les personnes déplacées à l'intérieur d'autres districts de la province de Cabo Delgado sont confrontés à de graves pénuries alimentaires.

Selon les médias mozambicains, à l'ouest de Palma dans la ville de Nangada, un convoi de nourriture de soixante camions n'a pas pu poursuivre sa route vers Palma en raison de l'absence d'une escorte militaire capable de le protéger des djihadistes. 

A cela s'ajoute les dévastations provoquées par le cyclone Eloise du 23 Janvier. Il a touché terre au Mozambique, apportant des vents puissants, des pluies torrentielles et de graves inondations. Le cyclone a endommagé et détruit des terres agricoles, des infrastructures vitales et des milliers de maisons, portant un autre coup dévastateur aux familles qui tentaient de refaire leur vie après le cyclone Idai, il y a moins de deux ans.

Environ 250 000 personnes, dont 130 000 enfants, vivant dans le centre du Mozambique, auront probablement besoin d'une aide humanitaire, selon les estimations du gouvernement. Les personnes vivant dans les zones touchées par le cyclone, en particulier les IDP (personnes déplacées), pourraient bientôt être exposées au risque de contracter des maladies d'origine hydrique telles que le choléra et les infections diarrhéiques.

Même avant le passage du cyclone Eloise, près de la moitié de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté. 43% des enfants de moins de 5 ans souffraient d'un retard de croissance sévère ou modéré. De son côté, le conflit entre forces de sécurité et l'Etat islamique dans la province de Cabo Delgado, dans le nord du pays, a déplacé plus d'un demi-million de personnes. Les services de base ont été gravement perturbés et les familles touchées ont un besoin urgent d'abris, de nourriture, de protection et d'accès aux soins de santé et à l'eau potable. Sans oublier le ralentissement économique lié au COVID-19 qui n'a fait qu'exacerber ces besoins.

Et pour noircir encore un peu plus le tableau, on annonce l'arrivée prochaine d'une autre tempête tropicalee.

La situation dans le pays est incroyablement désastreuse, tant en raison de l'Etat islamique que des catastrophes naturelles qui font des ravages sur la population locale, qui, même dans des circonstances normales, est en difficulté.

Les commentaires sont fermés.