Yémen : 150 morts en une semaine de combats au sud de la ville portuaire de Hodeida

Imprimer

Quelque 150 rebelles houthis et soldats progouvernementaux ont été tués en une semaine de combats au sud de la ville stratégique de Hodeida au Yémen, selon un bilan recueilli lundi par l'AFP de sources militaires et médicales.
 
Le conflit qui oppose depuis 2014 les houthis, soutenus par l'Iran, au gouvernement, appuyé par l'Arabie saoudite, a plongé ce pays pauvre de la péninsule arabique dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU.
 
Selon une source militaire pro-gouvernementale, ces combats ont été provoqués par des attaques des rebelles chiites houthis, qui tiennent la ville portuaire de Hodeida (sud-ouest) et cherchent à étendre leur contrôle plus au sud où sont positionnées les forces loyalistes. Les affrontements sont les plus violents depuis l'entrée en vigueur d'une trêve négociée par l'ONU en décembre 2018, ont rapporté des habitants, indiquant qu'ils n'avaient pas donné lieu à une avancée des rebelles. "Le bilan des pertes des deux parties a atteint en une semaine environ 150 morts et 260 blessés", a déclaré à l'AFP un responsable des forces loyales au gouvernement. Ce bilan a été confirmé du côté rebelle par l'un des chefs locaux des insurgés.
 
Les combats, dont on ignore s'ils ont fait des victimes civiles, ont baissé d'intensité lundi, après des affrontements violents samedi et dimanche. Les forces pro-gouvernementales "ont contré plusieurs assauts des rebelles, tuant 44 d'entre eux au prix de 27 morts dans leurs propres rangs", ont précisé deux autres sources au sein du pouvoir.
 
Des médecins et des secouristes ont avancé quant à eux un bilan de 70 morts et de dizaines de blessés des deux côtés pour les seules journées de samedi et dimanche. Médecins sans frontières a fait état sur Twitter d'un "regain des affrontements sur les lignes de front dans le sud de Hodeida". L'ONG a ajouté qu'elle travaillait à la mise en place d'un plan pour "répondre à l'afflux de blessés" dans les centres de santé.
 
Début janvier, cinq femmes ont péri dans le tir d'un obus sur une salle de mariages proche de l'aéroport de Hodeida, situé sur la ligne de front. Avec des dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés et une population au bord de la famine, la guerre a ravagé le Yémen. Et les prédictions de l'ONU pour 2021 restent pessimistes, évoquant notamment "16 millions de personnes qui vont souffrir de la faim".

Les Emirats Arabes Unis déménagent leur base de la ville portuaire de Mokha
Par ailleurs, selon des sources locale, les forces des Emirats Arabes Unis évacueraient leur base dans la ville de Mokha et retireraient toutes les armes, y compris les systèmes de défense aérienne et les véhicules.

Il semble que les Émirats arabes unis ne soient plus intéressés à combattre contre les Houthis dans la région de Hodeidah. Il semble qu'ils aient plutôt décidé de concentrer leurs forces dans le sud, aux côtés de leurs alliés du Conseil de transition du Sud afin d'assurer leur contrôle au moins sur la partie sud de la côte yéménite. Si cette politique des Emirats Arabes Unis se confirment, cela aurait pour conséquences de réduire les chances des Saoudiens et du gouvernement basé à Aden de remporter d'une manière ou d'une autre la victoire sur les rebelles chiites houthis.
 

Les commentaires sont fermés.