Nigeria : L'Etat islamique capture la ville de Marte et la base de l'armée

Imprimer
Les troupes gouvernementales et des centaines d'habitants ont été contraints de fuir après que les combattants de l'Etat islamique aient envahi une ville et capturé une base militaire dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigéria; L'attaque a aussitôt été revendiquée par l'Etat islamique, ont indiqué des sources de sécurité.
 
Des combattants armés de mitrailleuses de la province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué la base de la ville de Marte dans la région du lac Tchad pendant la nuit de vendredi à samedi, ont déclaré deux sources à l'agence de presse AFP.

pROjqYqO.jpeg

L'échec de l'armée est d'autant plus inquiétant que des informations précises qu'une attaque des jihadistes contre la localité de Marte était en préparation.

Er7USSiXAAInwIR.jpeg

 
«La priorité est maintenant de reprendre la base aux terroristes et une opération est en cours», a déclaré samedi l'une des sources.
 
«Nous avons été attaqués par les terroristes de l'ISWAP. Ils ont occupé la base de Marte après une bataille féroce.
 
Une autre source source a déclaré que l'armée avait «subi des pertes», mais on ne savait pas encore combien de personnes étaient mortes ni le niveau de destruction infligé par le groupe armé islamiste.
 
Un communiqué de l'armée a indiqué que les troupes «se sont retirées tactiquement» à l'extérieur de Marte pour se défendre contre l'attaque. Les troupes ont «détruit» sept camions chargés d'armes avant l'évacuation  et «décimé» un nombre indéterminé d'attaquants, a ajouté le communiqué.
 
ISWAP a par la suite publié une déclaration sur sa chaîne d'information Amaq sur Telegram revendiquant la responsabilité de l'attaque.
 
Sans donner plus de détails, il a déclaré que sept personnes avaient été tuées et une capturée, et que ses combattants avaient saisi des armes, des munitions et six véhicules à quatre roues motrices, ainsi que brûlé la caserne de l'armée.
 
Marte était toujours  contrôlée par les jihadistes samedi, ont déclaré des sources sécuritaires à l'agence de presse Reuters.

Les commentaires sont fermés.