Irak : Des factions pro-iraniennes ont acheminé des missiles à Bagdad pour frapper l'ambassade américaine

Imprimer

Le journal londonien Asharq Al-Awsat, citant des sources irakiennes, a révélé que des milices pro-iraniennes avaient introduit en secret des missiles dans la capitale, Bagdad, dans le but de bombarder l'ambassade américaine à l'occasion du premier anniversaire de l'assassinat de Qassem Soleimani, le chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran. 

La source a déclaré: "Des informations ont été détectées sur un groupe armé transportant des missiles (Grad) vers le quartier Al-Maamel, à l'est de la capitale, afin de cibler la (Zone verte) le soir du Nouvel An". La source a ajouté que "des directives de sécurité ont été émises pour surveiller et inspecter les zones susceptibles d'être atteint par les missiles, ainsi que pour suivre tout mouvement suspect".
 
Le journal a déclaré que le Premier ministre Mustafa al-Kazimi avait exhorté Téhéran à freiner les milices qui lui sont fidèles.
 
Et, de son côté, e général de division Yahya Rasoul a déclaré, dans une interview accordée à Al-Arabiya TV, que la situation sécuritaire restait sous contrôle à Bagdad et que nos forces faisaient leur devoir de la meilleure façon.
 
Il a également souligné qu'il était du devoir des forces irakiennes de sécuriser les missions diplomatiques, notant qu'il y avait beaucoup de tentatives d'intimidation dans le pays.
 
"Nous respectons la souveraineté des pays voisins, et les pays doivent respecter notre souveraineté", a-t-il déclaré.
 
Pour le Commandement des opérations conjointes  la situation sécuritaire est sûre dans la capitale et 'il n'y a pas de menace, ajoutant qu'il continue de poursuivre les lanceurs de roquettes qui menacent la sécurité de la région.
 
Concernant les tirs de roquettes précédents, il a confirmé que certains des auteurs de ces attaques étaient en cours d'arrestation.
 
Une source judiciaire a révélé que la justice irakienne avait émis 4 mandats d'arrêt contre des personnalités militantes et civiles liées à des groupes ayant tiré des roquettes sur des bâtiments diplomatiques et militaires à Bagdad et dans d'autres gouvernorats.
 
Une source sécuritaire a déclaré que "les personnes impliquées sont 3 chefs des Brigades du Hezbollah irakien et une personnalité civile", qui est liée à Abu Ali Al-Askari.
 
Face à la tension persistante entre le gouvernement Al-Kazemi et les milices du Hezbollah irakien et de Asaib Ahl al-Haq, le Premier Ministre irakien a dépêché un envoyé spécial en Iran pour mettre fin aux menaces proférées contre lui par des milices pro-iraniennes et a transmis le message que le gouvernement irakien était à bout de patience face aux actions de ces milices.
 
L'envoyé d'Al-Kazemi, Abu Jihad Al-Hashemi, a livré le message aux Iraniens, confirmant que le gouvernement irakien manquait de patience face aux récentes actions des milices et que l'Iran serait le premier à perdre en cas d'affrontements armé.

Les commentaires sont fermés.