Syrie : Regain de tension à Qamichli après l'arrestation d'agents des services de renseignement syriens par la sécurité des FDS (Kurdes)

Imprimer

Les tensions sont montées d'un cran dans la ville de Qamichli, dans le nord-est de la Syrie, entre les forces gouvernementales et les Forces Démocratiques Syriennes (kurdes).
 
Tard le 26 décembre, les forces de sécurité des FDS, communément appelées Asayish, ont arrêté trois officiers de la Direction du renseignement de l'armée de l'air syrienne. L'arrestation a eu lieu en réponse à une opération de sécurité des forces gouvernementales, au cours de laquelle plusieurs membres des FDS et des employés de son administration ont été placés en détention.
 
Selon plusieurs sources, dont l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les forces de sécurité gouvernementales et les unités Asayish à Qamichli ont été placées en état d'alerte à la suite des arrestations. Néanmoins, aucun affrontement n'a été signalé.
 
«Les forces de sécurité intérieure des FDS [Asayish] contrôlent la ville de Qamichli, bien que les forces du régime y soient stationnées à plusieurs endroits», a déclaré l'OSDH.
 
La police militaire russe, qui maintient une grande base sur l'aéroport de Qamichli, est intervenue pour empêcher toute escalade en patrouillant à l'intérieur de la ville.
 
Ces dernières années, des affrontements limités entre les forces gouvernementales et Asayish ont éclaté à plusieurs reprises dans la ville de Qamichli. En aucun cas, cependant, les affrontements ne se sont transformés en guerre ouverte.
 
Les FDS, qui comptent sur le soutien de la Russie et de Damas pour dissuader les forces turques, relâcheront probablement les officiers des renseignements syriens, mais ce nouvel accès de fièvre ne devrait pas jouer en faveur des Forces Démocratiques Syriennes contrôlée par les Kurdes.

Les commentaires sont fermés.