Liban : Un camp de réfugiés syriens incendié près de Tripoli à la suite de heurts

Imprimer

EqO-Eg3XYAIXlZ5.jpegEqQY2OwW4AIHkc7.jpeg

Samedi 26 décembre, la région de Miniyeh, dans le nord du Liban, a été témoin d'affrontements entre travailleurs libanais et syriens, qui ont fait 3 blessés. Suite à l'altercation, un certain nombre de tentes de réfugiés syriens ont été incendiées.
 
Selon l'Agence de presse officielle libanaise, un problème est survenu (elle n'a pas mentionné sa cause) entre une personne libanaise de la famille "Al-Mir" et un certain nombre de travailleurs syriens dans la région de Miniyeh, qui a conduit à un affrontement. On a relevé 3 blessés des deux côtés.
 
Selon l'agence, un certain nombre de membres de la «famille al-Mir» ont incendié des tentes de réfugiés syriens dans la région.
 
L'armée et les forces de sécurité sont immédiatement intervenues pour contrôler la situation. Des véhicules de la défense civile sont venus lutter contre le feu, qui brûlait encore à 20h20 GMT.
 
Plus d'un million de réfugiés syriens enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés vivent au Liban. De son côté, le gouvernement libanais estime leur nombre à 1,5 million.
 
Il y a quelques semaines, l'Observatoire euro-méditerranéen des droits de l'homme a dénoncé "les attaques contre un grand nombre de réfugiés syriens" dans la ville de Bcharré (nord), après le meurtre d'un libanais, et a appelé à la protection des réfugiés.
 
L'Observatoire, une organisation non gouvernementale dont le siège est à Genève, a appelé les autorités libanaises à "protéger les réfugiés syriens contre les représailles".
 
Le meurtre a eu lieu le 24 novembre dernier et l'armée a déclaré, dans un communiqué à l'époque, que «le Syrien (M.K. H) avait tiré sur le dénommé Joseph Tawk, à la suite d'un problème privé entre eux, qui a entraîné sa mort». Le meurtrier syrien s'est rendu aux forces de sécurité intérieure, et les enquêtes ont commencé.

Les commentaires sont fermés.