Nigeria : L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) enlève une trentaine de passagers et tue un soldat sur la route de Maiduguri

Imprimer

Une trentaine de passagers ont été enlevés vendredi 18 décembre par des combattants de l'ISWAP à un point de contrôle monté par les insurgés le long de la route principale menant à Maiduguri, la capitale de l'État de Borno.

L'attaque s'est produite dans le village de Kondiri, près de la ville de Jakana, dans la zone de gouvernement local de Konduga, au nord-est du Nigéria.

Les véhicules et effets personnels appartenant aux personnes enlevées ont été laissées sur la route.

Selon le Daily Trust, Modu Usman, un témoin oculaire qui a échappé de peu à l'attaque, a déclaré que les insurgés vêtus de camouflages militaires avaient disposé deux véhicules Toyota Hilux surmontés de canons anti-aériens au bord de la route de la même manière que les troupes nigérianes.

«Dieu nous a sauvés, notre chauffeur, qui a l'expérience de cette route, les a aperçus quand nous les approchions», a déclaré Usman.

«Déjà un bus hummer et deux voitures avaient été interceptés et les passagers arrêtés, alors ils ont commencé à tirer et nous avons fait demi-tour dans la brousse.

«Nous sommes retournés à Benishek pour passer la nuit. Ce matin, nous avons vu quatre véhicules dont un camion brûlé portant le marquage de la société Dangote transportant du ciment », a-t-il ajouté.

Les insurgés ont également attaqué un poste militaire le long de la route, tuant un militaire et en blessant trois autres. 

La route relie les villes des États de Yobe et Borno. Elle est longue d'environ130 kilomètres, avec un certain nombre de villages éparpillés le long.

Le tronçon Jakana-Auno-Maiduguri de la route est considéré comme particulièrement dangereux en raison de la mauvaise nature de la route et des fréquentes attaques menées par les jihadistes de l'Etat islamique (ISWAP).

En février, au moins 30 personnes ont été tuées lorsque des jihadistes ont incendié des voyageurs bloqués à un barrage routier à Auno.

Des civils et des travailleurs humanitaires ont également été  tués par les insurgés.

Les personnes enlevées subissent des destins différents - tandis que certains sont libérés, d'autres sont exécutés ou maintenus en captivité interminable.

L'insurrection dans le nord-est du Nigéria a fait au moins 30 000 morts et déplacé plus de 2,3 millions de personnes, dont une grande partie vit dans des camps pour personnes déplacées à l'intérieur des villes de garnison établies par l'armée nigériane.

Vidéo : Sur la route de Maiduguri le lendemain de l'attaque terroriste et au même endroit. On voit encore les voitures abandonnées sur les bas côtés par les personnes enlevées.

Les commentaires sont fermés.