Libye : Colère de la Turquie après la saisie d'un navire turc par les forces de Haftar

Imprimer

La Turquie a "fermement" dénoncé, mardi 8 décembre, la saisie d'un navire commercial par les forces du maréchal Khalifa Haftar en Libye, les sommant de libérer les membres de son équipage sous peine de "graves conséquences".

L'"Armée nationale libyenne" (ANL) de M. Haftar, homme fort de l'Est libyen qui combat le gouvernement de Tripoli soutenu par Ankara, a annoncé lundi soir avoir intercepté dimanche un navire battant pavillon jamaïcain appartenant à un armateur turc. Selon l'ANL, le navire commercial, baptisé Mabrooka, était entré dans une "zone d'opérations militaires" dans la région de Ras Al-Hilal. Il a été remorqué au port et une enquête a été ouverte. Son équipage est composé de 17 personnes, dont neuf marins turcs.

Le ministère turc des Affaires étrangères a "fermement condamné cette mesure". "Le navire doit être autorisé à poursuivre sa route sans tarder", a-t-il ajouté dans un communiqué. "Nous rappelons une fois de plus que si les intérêts turcs en Libye sont pris pour cible, il y aura de graves conséquences et les auteurs de (ces atteintes) seront considérés comme des cibles légitimes", a-t-il mis en garde. Selon les autorités turques, le navire transporte du matériel humanitaire et a été intercepté par des vedettes.

Par ailleurs, l'ambassadeur de Turquie en Libye a  informé le 7 décembre Fathi Bashagha, le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national (GNA), de l'énervement du président turc Recep Tayyip Erdogan à propos de la visite de Bashaga en Égypte et en France.

L’ambassadeur de Turquie a également informé le chef du Conseil suprême du gouvernement d’accord national, Khaled al-Mishri, de l’inconfort du président turc face au rapprochement entre le Conseil suprême et la Chambre des représentants (HoR) basée à Tobrouk, ajoutant qu'Ankara considérait  tout rapprochement entre al-Mishri et Aqila Saleh, le président du Parlement (HoR),  à moins que ce dernier n’accepte l’accord entre la Turquie et le gouvernement. d'accord national.

Rappelons que Fathi Bashagha a rencontré des hauts fonctionnaires égyptiens au cours de la première semaine de novembre lors d'une visite au Caire.

 

Les commentaires sont fermés.