Azerbaïdjan : Après le refus du gouvernement azerbaïdjanais de leur implantation, plus de 900 mercenaires pro-turcs rentrent en Syrie

Imprimer

Des sources fiables ont déclaré à l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) que de nouveaux groupes de mercenaires syriens pro-turcs sont retournés en Syrie depuis l'Azerbaïdjan, car tous les efforts turcs ont jusqu'à présent échoué pour les maintenir en Azerbaïdjan. Il est à noter que le gouvernement azerbaïdjanais refuse que ces mercenaires soient installés au Haut-Karabakh ou dans d'autres régions azerbaïdjanaises.

Selon des sources de l'OSDH, plus de 900 combattants des factions syriennes pro-turques sont rentrés en Syrie par groupes, le dernier groupe étant arrivé en Syrie jeudi dernier. Alors que d'autres groupes devraient revenir dans les heures ou les prochains jours.

Les mercenaires rapatriés ont reçu une partie de leurs salaires, environ 10 000 livres turques, et il est prévu qu'ils reçoivent le reste de leur salaire dans les jours suivants.

Le nombre total de combattants syriens lancés dans les batailles du Haut-Karabakh a atteint 2580, dont 342 combattants sont retournés en Syrie après avoir abandonné et renoncé à leurs paiements. Selon les statistiques de l'OSDH, 293 mercenaires syriens ont été tués. Les dépouilles de 225 combattants ont été rapatriés en Syrie tandis que le reste des corps est resté en Azerbaïdjan.

Le gouvernement turc avait l'intention de maintenir des groupes de combattants syriens pro-trucs au Haut-Karabakh, malgré la suspension des opérations militaires et l'accord conclu entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan grâce à la médiation de la Russie.

La Turquie a justifié ses exigences en expliquant que ces combattants étaient originaires de cette région, en particulier du Caucase. Il s'agissait en fait de combattants turkmènes pro-Turcs.

30 nouvelles dépouilles de mercenaires syriens pro-turcs seraient récemment arrivés en Syrie, après qu'ils aient péri lors d'opérations militaires antérieures au Haut-Karabakh.

Les commentaires sont fermés.