Burkina Faso : 5 morts dans un accrochage avec des présumés terroristes dans le Sahel

Imprimer

Au moins cinq personnes ont été tuées et trois autres portées disparues dans un accrochage mardi 25 novembre , avec des terroristes présumés sur le site d’or artisanal d’Arra dans la commune de Arbinda dans la province du Soum dans le Sahel burkinabè.

"Un accrochage entre volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et hommes armés non identifiés a eu lieu le 24 novembre sur le site d'or d'Arra, dans la commune d'Arbinda (province du Soum, région du Sahel)", a annoncé la Radio Oméga citant des sources sécuritaires.

La même source fait état de cinq morts et trois disparus du côté des volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des civils armés par les autorités pour épauler l’armée dans la lutte contre le terrorisme.

Un élu local joint au téléphone a conformité l’attaque et le bilan, ajoutant que les orpailleurs ont fui le site après l’attaque.

Aucune partie n’a revendiqué cette attaque mercredi jusqu’à 16H00 heure locale, les autorités aussi n’ont pas encore réagi.

Confronté à des attaques terroristes depuis 2015, le Burkina Faso a adopté en janvier 2020, une loi instituant le concept de "volontariat pour la défense de la patrie" consistant à doter certains citoyens d'armes, pour contribuer à défendre la patrie contre les attaques terroristes, au besoin, par la force de celles-ci.

Bénéficiant d’un encadrement et d’un appui financier de l'Etat pour leur fonctionnement, ces "volontaires" doivent aider les forces de défense et de sécurité sur le terrain.

Cependant elles sont régulièrement accusées d’exactions par des organisations telles que le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés, le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) et l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ).

Depuis 2015, 1665 personnes, dont 1229 civils et 436 parmi les forces de défense et de sécurité ont été tuées dans des attaques terroristes dans le pays, selon un décompte du conseil économique et social (CES) du Burkina Faso fait en août dernier.

Ces attaques ont contraint également plus d'un million de personnes à fuir leurs villages, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

Les commentaires sont fermés.