Irak : Le déploiement de la police fédérale à Shingal (Sinjar) divise les forces locales

Imprimer

Le premier point de l'accord de Shingal (Sinjar) entre les gouvernements d'Irak et la région du Kurdistan a été mis en œuvre samedi 21 novembre.

Près de 6 000 policiers fédéraux irakiens ont été déployés à l'ouest de Shingal, selon le commandant de la brigade 1 des forces fédérales.

Trois brigades de la police fédérale irakienne - près de 6.000 hommes au total - ont été envoyées pour garder une section de 80 kilomètres de la frontière entre l'Irak et la Syrie.

Selon le gouverneur de Ninive, l'accord devrait être pleinement mis en œuvre au début du mois prochain.

"Ces forces sont venues pour garder la frontière, plus précisément à l'ouest de Shingal, Baaj, la frontière avec la Syrie", a déclaré le gouverneur de Ninive, Najm al-Jibouri.

Certains des groupes armés de Shingal ne veulent pas partir.

"Il n'est pas juste que quelqu'un vienne s'imposer à Shingal. Il n'est pas acceptable de demander à ceux qui sont devenus des martyrs, qui ont offert leur sang à cette terre et qui se battent depuis six ans, quittent Shingal aussi facilement", a déclaré Hussain Haji, membre du Parti Yazidi pour la liberté et la démocratie (PADE).

Il est inacceptable que les forces de police irakiennes viennent nous remplacer et créent le chaos à Shingal". Personne de sensé n'acceptera cela.

Mais des membres d'autres forces affirment que le déploiement des forces irakiennes à Shingal est une bonne chose.

"La police fédérale irakienne est venue ici aujourd'hui. Leur but est de prévenir les problèmes à Shingal. Ils protègent également les zones frontalières entre l'Irak et la Syrie. Il y avait des problèmes dans les zones frontalières, donc je considère que c'est une bonne chose", a déclaré le commandant des forces de protection de Yezidkhan, Haider Shasho. "Ils doivent identifier leur territoire avant de commencer les négociations à Shingal."

Le porte-parole du Commandement des opérations conjointes (JOC) irakien, Tahsin al-Khafaji, a déclaré samedi aux médias d'Etat irakiens que "les forces de police fédérales envoyées dans le district de Sinjar sont chargées de superviser le dossier de sécurité et de mettre en œuvre l'accord de Sinjar".

"Le travail a commencé avec la mise en œuvre de l'accord de Sinjar, qui prévoit la présence de forces fédérales uniquement dans le district - aucune autre force, ni les Peshmerga ni personne d'autre, et seul le drapeau irakien sera hissé", a-t-il déclaré.

"La sécurité à l'intérieur du district sera entre les mains des forces fédérales, qu'il s'agisse de la police ou des forces de sécurité nationales. Mais à l'extérieur du district, ce sera la responsabilité de l'armée".

Les commentaires sont fermés.